À la une Cultures

TGP
/ Le théâtre, c’est pas que pour les parents

Depuis plusieurs années, le Centre dramatique national propose une programmation spécialement dédiée à son jeune public. « Et moi alors ? », c’est son nom, s’évertue à donner le goût du spectacle vivant à des générations de futurs spectateurs.
« Attention les enfants, le spectacle va commencer ! »
« Attention les enfants, le spectacle va commencer ! »

Le théâtre n’est pas qu’une affaire d’adultes et le TGP l’a très bien compris. En proposant depuis plusieurs années une programmation spécialement dédiée à son jeune public, le Théâtre Gérard-Philipe tente de fidéliser des générations de futurs spectateurs sur un territoire où l’accès à la culture est une question fondamentale. « Et moi alors? » – son nom – propose huit spectacles pour enfants tout au long de la saison, soit un tiers de la programmation du TGP.

En plus des séances tout public les mercredis et samedis, et celle réservée aux accueils de loisir, trois à quatre représentations sont organisées pour les scolaires. « Pour la saison 2017-2018, on comptabilise plus de 5 000 entrées sur le temps scolaire. 100 classes d’écoles primaires et maternelles se sont rendues au TGP », assure Camille Cuvier, chargée de production et d’actions culturelles à la direction de la culture de Saint-Denis. La Ville prend part à la réalisation de la programmation, un fait assez inédit pour un Centre dramatique national. « Nous allons voir certains spectacles et participons à des rencontres pour évaluer la faisabilité des spectacles, des actions qui les accompagnent et les partenariats possibles avec des structures locales telles que l’Unité d’archéologie, le musée ou le conservatoire », précise Camille Cuvier.

Objectif «désanctuariser »

Les événements annexes comme les brunchs, les après-midi en famille (lire ci-dessous) ou les visites ateliers, ont pour objectif de « désanctuariser » le théâtre. Derrière les enfants et les adolescents, ce sont des familles entières qui sont touchées et qui aussi prennent de nouvelles habitudes. « Nous voulons faire du TGP un endroit dans lequel on ose plus « Attention les enfants, le spectacle va commencer ! » Ces petits plus nous permettent de faire venir des personnes qui viennent moins souvent, qui viennent de quartiers plus éloignés, reconnaît Laure Le Goff, responsable des relations avec le public. Nous observons aussi une vraie fidélité. Quand des familles participent, elles nous demandent souvent quand est-ce qu’elles peuvent revenir. Elles se l’approprient. »

Acceptation de l’autre, richesse des différences, écologie, liens familiaux sont des thèmes traités cette saison. Et allier le fond et la forme n’est pas un jeu d’enfant. « Au-delà des problématiques abordées, nous essayons d’avoir des formes et des esthétiques différentes. Nous cherchons sans cesse un point d’équilibre, témoigne Laure Le Goff. Nous accordons aussi une importance au fait que la sortie scolaire ou en famille se fait avec des adultes. Il nous semble donc important de proposer des spectacles avec différents niveaux de lecture. »

Le 15 mars, la compagnie Catherine Wheels présentera son spectacle White, l’histoire de deux lutins vivant dans un monde tout blanc. Leur vie se trouve perturbée lorsque les couleurs décident de s’inviter dans leur quotidien. Du 10 au 13 avril, le TGP délocalisera son spectacle jeune public Piletta Remix qui sera joué au théâtre de la Belle Étoile. Pour cette création du collectif Wow!, les comédiens et les spectateurs portent des casques, les voix sont reprises dans les micros et les bruitages réalisés sur le vif, à l’aide d’ustensiles insolites… Retour au bercail le 19 avril avec le très touchant Moun et ses jeux d’ombres, puis avec la pièce J’ai trop peur jouée les 15 et 18 mai qui traite de la peur… de l’entrée en 6e ! Une visite des coulisses du TGP sera d’ailleurs organisée le 18 mai. Enfin, la saison se clôturera avec la création musicale et théâtrale, Sweet Dreamz à partir du 26 mai. Doux rêveurs bienvenus ! Maxime Longuet

Tout le programme de « Et moi alors ? » sur www.theatregerardphilipe.com

Maxime Longuet

 

On a testé « L’après-midi en famille »

« Moi j’ai préféré l’atelier, papa », « et moi le spectacle ! » 19h30, c’est déjà l’heure du débriefe après ce riche après-midi en famille. Lancée l’an passé, la formule n’a eu aucun mal à trouver son public. Il faut dire que le concept donne envie pour peu qu’on aime le théâtre et qu’on ait envie de faire partager son plaisir à sa progéniture.

Première étape, salle Mehmet-Ulusoy pour Mange tes ronces, spectacle jeune public. Les parents sont bluffés par la prestation virtuose de ceux chargés d’animer ce captivant théâtre d’ombres. Les enfants eux s’amusent de cette fable familiale de Moquette production, dans laquelle Mamie Ronce et Léopold son petit-fils apprennent à se découvrir pendant un week-end. À peine le temps d’une brève pause-café et petits et grands se séparent. Les premiers emboîtent le pas d’Agata, machiniste du TGP, pour un atelier éclairagiste dans la salle Le terrier.

Les deuxièmes prennent la direction de la salle Roger-Blin pour s’émouvoir des histoires de cœur intemporelles de Jean Racine. Voilà 350 ans que Titus se refuse obstinément à Bérénice. Et Isabelle Lafon nous rappelle à quel point ce texte oublié depuis longtemps dans la bibliothèque familiale est grand. À la sortie, tout le monde se retrouve au restaurant – où l’on reconnaît Mamie Ronce et Bérénice en civil – pour dîner (inclus pour les enfants dans le prix du billet). « Maman, c’était trop bien. On a relié le câble 25 à la touche 5 et on allumait la lumière depuis la régie. » « Ça ne s’appelle pas des lumières, ça s’appelle des projecteurs!, rectifie le petit frère. Moi j’ai choisi orange, ma 3e couleur préférée… Eh papa, est-ce que dans les pestacles tu vois les prises électriques? Et bien non parce qu’elles sont cachées! »

Pour Laure Le Goff du TGP le pari est gagné : « On veut offrir la possibilité aux parents d’aller au spectacle sans se préoccuper du mode de garde et de faire découvrir le théâtre autrement aux enfants. »

« En ne promouvant pas seulement le texte mais la technique aussi », ajoute Agata la machiniste. « Ainsi on poursuit notre objectif de faire du TGP un lieu convivial où l’on fait des rencontres en famille ou séparément. » Dommage que l’après-midi en famille n’ait lieu qu’une fois par an.

Yann Lalande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur