À la une En ville

Tramway
/ Le T5 empêché d’avancer

RATP, Ville et Plaine Commune s’inquiètent des intrusions sur la plateforme du T5, qui perturbent l’exploitation de cette ligne déjà saturée.
Les intrusions multiples sur la plateforme de circulation du tram T5, perturbe l'exploitation de la ligne / © DR
Les intrusions multiples sur la plateforme de circulation du tram T5, perturbe l'exploitation de la ligne / © DR

Mis en service en juillet 2013, le tramway T5 relie la place du 8-Mai-1945 à Saint-Denis à la gare de Garges-Sarcelles. Un trajet de 6,6 km qu’il était supposé boucler en 22 minutes. Mais la vitesse moyenne du T5 est restée en deçà de ce qu’escomptait la RATP. Elle est même passée de 16,54 km/h en 2014 à 15,76 km/h en 2017 pour un parcours qui s’étire à présent sur 25 minutes. Aussi minime puisse-t-il paraître, ce ralentissement qui a pour effet de dégrader davantage la qualité de service sur cette ligne déjà saturée (56000 voyageurs par jour), préoccupe l’exploitant et ses partenaires, dont la Ville et Plaine Commune.

Les racines du problème sont les intrusions multiples, potentiellement dangereuses, sur la plateforme de circulation du tram. Dans la rue Gabriel-Péri, où elles sont les plus nombreuses, on recense rodéos de motos, voitures à contresens, véhicules de livraison dont les places réservées sont occupées, etc. Voir des bacs à ordures. Une réunion en avril, puis deux en juin, ont réuni RATP, Plaine Commune, Ville et police nationale afin de mettre un terme à ces intrusions, comme à celles qui empoisonnent l’exploitation du T8.

Sur cette ligne, la RATP signalait en avril les 30000€ investis pour remettre en état la plateforme engazonnée, labourée de traces de pneus. T5 ou T8, « 90 % des intrusions ont lieu à Saint-Denis », relève-t-on au cabinet du maire. Depuis, l’Unité territoriale propreté est intervenue sur l’emplacement des bacs à ordures. Pour le reste, « aucune amélioration n’est perceptible, soupire Christophe Piercy, président de l’AUT (Association des usagers des transports) de Plaine Commune. Intrusions, stationnements sauvages, jets de projectiles continuent, voire s’aggravent. » La Ville fait pourtant valoir la « mobilisation » de la police municipale pour verbaliser les véhicules garés sur les places de livraison. Mais en raison de l’insuffisance de ses effectifs, « un soutien de la police nationale a été sollicité ».

Quatre nouvelles rames

Dans le compte rendu de la réunion de juin, sont aussi mentionnées les six opérations conjointes menées à l’arrêt « Marché de Saint-Denis » contre les vendeurs à la sauvette, massés entre les dessertes du T1 et du T5. Comme le rappelle Christophe Piercy, quatre nouvelles rames pour la ligne 5 ont été acquises en 2016 par Île-de-France Mobilités (ex STIF), dont deux devraient entrer en service en janvier. Mais qu’en attendre dans ces conditions pour améliorer la régularité de la ligne ? La question est à l’ordre du jour de la réunion convoquée le 9octobre par Île-de-France Mobilités.

Marylène Lenfant