À la une Sports

Rugby
/ Le Sdus de retour en Fédérale 2

Une courte victoire 24-18 contre Compiègne aura suffi au bonheur des Dionysiens dimanche 26 mai. Un an après une rétrogradation administrative, Saint-Denis retrouve la Fédérale 2 et poursuit sa route en huitième de finale. Ce sera contre Sarcelles dans un derby très attendu.
L'équipe du Sdus Rugby retrouve la Fédérale 2 et poursuit sa route en huitième de finale.
L'équipe du Sdus Rugby retrouve la Fédérale 2 et poursuit sa route en huitième de finale.

Main dans la main, les enfants de l’école de rugby et les seniors du Saint-Denis union sports pénètrent sur la pelouse. L’image forte symbolise à elle seule l’importance du match pour tout un club. Chacun en avait conscience au coup d’envoi contre Compiègne dans ce seizième de finale de Fédérale 3 synonyme ou non de montée à l’échelon supérieur. Le succès étriqué 25-22 dans l’Oise des Dionysiens laissait place au suspense à Delaune dimanche 26 mai. Un suspense que les locaux voulaient tuer d’entrée. Après plusieurs temps de jeu dans les 22 mètres adverses, une pénalité leur permet de rapidement ouvrir le score. 

Bien que mise sous une grosse pression, la défense compiégnoise est héroïque durant presque toute la première période. Pire, les visiteurs concrétisent aussi sur leurs rares opportunités par des points au pied. Le score serré de 9-6 à la 35e minute n’est pas pour rassurer. Mais à deux minutes de la mi-temps, les bleu et blanc trouvent enfin la faille grâce à un astucieux coup de pied par-dessus de l’ouvreur pour lui-même. 14-6, la tribune bien garnie respire mieux. À tel point que le speaker annonce, un peu vite, la date du huitième de finale : le 2 juin. Même si l’écart cumulé en faveur du Sdus est de 11 points à la pause, rien n’est acquis. 

 

 

40 minutes d’interruption

Le scénario catastrophe aurait pu se matérialiser. À la reprise, un plaquage du n°6 Mamadou Diakhite sur un Compiégnois en train de dégager son camp provoque l’interruption du match. Les deux joueurs ne se relèveront pas, touchés aux cervicales. Comme le veut le protocole, interdiction de les déplacer jusqu’à l’intervention des pompiers. Ils seront transportés 40 minutes plus tard sous les applaudissements nourris du public et de leurs coéquipiers tentant tant bien que mal de ne pas se refroidir. Si ces évacuations impressionnent, le troisième ligne dionysien lèvera fièrement le poing en l’air sur son brancard pour rassurer les siens.

« La coupure a fait mal. On a parlé avec les joueurs, physiquement ça a été dur de reprendre. On est beaucoup pénalisé aussi à la reprise. Une fois chaud, on a remis de l’intensité », commentera l’entraîneur Jonathan Marquet. Compiègne inscrit en effet un essai presque dès le retour au jeu. 14-11, ses protégés commettent deux fautes coup sur coup alors que le staff ne cesse de hurler « discipline ! ». Peu après ce sera paradoxalement ce secteur de jeu qui redonnera de l’air aux Dionysiens plus fébriles, presque sur le point de craquer. Les joueurs de l’Oise râlent sur une pénalité concédée dans le camp de Saint-Denis et prennent dix mètres de plus. Ils offrent ainsi la possibilité au Sdus de tenter puis réussir cette pénalité à une quarantaine de mètres.

 

« Un gros soulagement »

Le suspense sera finalement tué à un quart d’heure de la fin grâce à un essai du n°16 Philippe Ribeiro portant le score à 24-11. Le carton blanc pour fautes répétées écopé par Charles Costa ainsi que l’essai de l’honneur des visiteurs à une minute de la fin n’y changeront rien. Grâce à ce succès (24-18) Saint-Denis tient sa remontée en Fédérale 2, un an après l’avoir quittée sur rétrogradation administrative. À la plus grande joie du président Olivier Gleveo : « C’est un super moment ! C’est vraiment un gros soulagement, l’année dernière on était au fond du seau. Le club aurait pu imploser. Il y a eu 35 départs à l’intersaison. Heureusement qu’il y a eu un groupe de joueurs qui nous ont fait confiance et se sont tout de suite mobilisés pour remonter en Fédérale 2. »

Les leçons du passé ont-elles été tirées ? « On ne va pas refaire la même bêtise qu’il y a deux ans. On va être humble et monter une équipe qui sera compétitive. On va construire un budget dans les semaines à venir et on s’y tiendra. On ne va pas aller recruter certains joueurs si c’est pour se retrouver derrière en déficit », assure l’entrepreneur. L’entraîneur, tout aussi soulagé d’avoir rempli sa mission, savoure : « Je pense qu’on va attirer des bons joueurs parce que le projet est intéressant, l’ambiance a changé en deux ans. On verra l’objectif en début de saison avec les joueurs. Si la première année on est en milieu de tableau, ce sera une bonne chose. »

Adrien Verrecchia

 

Un duel fratricide contre Sarcelles

Le retour en Fédérale acté, la saison du Sdus rugby n’est pas terminée pour autant. Sarcelles, également promu, se dressera sur le chemin des Dionysiens dans un huitième de finale sec le dimanche 2 juin sur un terrain encore à définir. Un adversaire bien connu puisque la moitié de l’effectif sarcellois est composé d’anciens du club partis l’été dernier.

À en croire le président Gleveo, « ça va être un gros derby avec des joueurs qui se connaissent par cœur ». « Il n’y a pas d’état d’âme, poursuit-il. J’espère que ça va être une belle fête et que ça se jouera pas trop loin d’ici. C’est un club ami, on est en entente en juniors. » Le contexte aurait sans doute été bien plus explosif si la montée était en jeu.

AV.

Réactions

Même si cette saison nos résultat son plus que encourageant grâce à des joueurs solidaire et honnête envers leur coatchs et dirigeants il y’a de zone d ombre notamment au niveau des dirigeants de toute lés catégorie qui finissent la saison très fatiguer d un engagement rare en ces temps où l individualisme prend l’ascendant je voudrais lancer un signal fort pour dire que chacun peu venir prendre une place dans notre club nous vous accueilleront simplement et avec courtoisies À bientôt les amoureux du rugby

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur