Sports

Football féminin
/ Le Racing n’y arrive pas

Défait à nouveau sur sa pelouse par le Lille OSC (1-3), le Racing Club de Saint-Denis n’a toujours pas soigné ses maux défensifs et offensifs. Lanterne rouge de son groupe en D2 féminine, il y a urgence.
Les Dionysiennes sont en quête d’une première victoire qui lancerait leur saison.  © Stéphane Vague
Les Dionysiennes sont en quête d’une première victoire qui lancerait leur saison. © Stéphane Vague

Six matches, six défaites… Voici le bilan du début de saison morose du Racing Club de Saint-Denis en D2 féminine. Dimanche 20 octobre après-midi, c’est le Lille OSC qui est venu prendre les trois points au stade Auguste Delaune (1-3). Si les joueuses de Michel-Ange Gims ont réussi à faire jeu égal en première période avec les Nordistes, la seconde a montré une nette différence de niveau entre les deux équipes.

Tactiquement, physiquement et surtout mentalement, les Dionysiennes ont montré leurs limites. Une spirale négative qui, sans surprise, ne satisfait pas le président Paul Mert : « On arrive à montrer de bonnes choses sur le terrain mais lorsqu’on commet des erreurs grossières, à ce niveau, ça ne pardonne pas. »

LIRE AUSSI : Le Racing de Saint-Denis déjà dans le dur
 

Les grands maux

L’homme fort du Racing a surtout pointé deux problèmes. Le premier étant le placement défensif. La charnière défensive trop basse a garanti aux Lilloises d’apporter un surnombre au milieu et de trouver des décalages intéressants sur les ailes. L’alignement de la charnière centrale est en cause mais le marquage sur les coups de pied arrêtés aussi. Cette phase de jeu a coûté cinq des huit buts encaissés par le Racing sur ses deux derniers matches contre l’Arras FCF (0-5) et le Lille OSC. À cela s’ajoute un autre souci, offensif, cette fois. « On doit se montrer plus tranchant sur nos occasions », regrette Paul Mert.

L’attaquante Namnata Traoré (1 but marqué en championnat), placée seule en pointe, n’a pas encore retrouvé son instinct de tueuse des précédentes saisons. D’ailleurs, pour cet exercice 2019-2020, le club n’a inscrit que deux buts dont un sur penalty transformé par la capitaine Leila Meflah ce week-end. En conséquence, les Dionysiennes ont la plus mauvaise attaque du championnat.

LIRE AUSSI : Le Racing avec les moyens du bord
 

Matches couperets en vue

De grands maux qui placent le Racing à la dernière place de son groupe en D2 féminine. Avec zéro point au compteur, si la saison se terminait ce week-end, le glas de la relégation sonnerait. Paul Mert se veut tout de même rassurant : « J’ai toute confiance en mes joueuses, mon coach et son staff pour relever la tête. Nous devons juste prendre conscience que nous sommes en D2 et que, pour y rester, il nous faut respecter un certain degré d’exigence. » La sonnette d’alarme est tirée. Les deux prochains matches devraient apporter de nouveaux éléments de réponse.

Un déplacement dimanche prochain, le 27 octobre, au Havre (2e) dans le stade Océane et la réception de l’OGC Nice le 5 novembre au stade Delaune. Les Aiglonnes (11e), candidates directes au maintien, ont la plus mauvaise défense de la D2 féminine et n’ont marqué qu’un but de plus que le Racing. Les Dionysiennes sont en quête d’une première victoire qui lancerait leur saison. Elles sont actuellement à six points du premier non relégable, le Grenoble Foot 38.

Christopher Dyvrande

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur