En ville

Avenue Jean-Moulin
/ Le nouveau commissariat a ouvert ses portes

Depuis le 26 novembre, le nouveau commissariat de Saint-Denis est ouvert au public. L’arrivée des experts de la police scientifique est prévue en janvier.
Cet édifice moderne est construit sur trois niveaux sur environ 3500 m2. © Yann Mambert
Cet édifice moderne est construit sur trois niveaux sur environ 3500 m2. © Yann Mambert

Des locaux flambant neuf qui vont changer les conditions de travail des policiers. Depuis le 26 novembre, le nouveau commissariat de Saint-Denis a ouvert ses portes au public. Situé au croisement l’avenue Jean-Moulin et de la rue Georges-Politzer, en face de la piscine La Baleine et du lycée Paul-Éluard, cet édifice moderne n’a plus rien à voir avec l’ancien bâtiment gris et décrépi de la rue Jean-Mermoz, à un kilomètre de là à proximité de la place du 8-Mai-1945.

L’entrée est métamorphosée avec un accueil élargi visible de l’extérieur grâce à une grande baie vitrée. Des bornes de sécurité incrustées au sol ont remplacé les barrières de l’ancien commissariat, et un filtrage a été mis en place à l’intérieur de l’édifice via un sas équipé d’un portique.

LIRE AUSSI : 28 policiers supplémentaires

Construit sur trois niveaux, sur environ 3500 m2, le bâtiment est deux fois plus grand que l’ancien commissariat et dimensionné pour accueillir entre 250 et 300 fonctionnaires. Le nouvel édifice devait initialement ouvrir début 2020, avant que la date ne soit repoussée en juillet puis, à cause de la pandémie, en novembre. 

De plus, ont également été construits les nouveaux locaux de l’Institut national de la police scientifique (INPS) de Paris sur ce terrain de 2 077 m2, où il se trouvait précédemment l’ancienne Sécurité sociale. Contigu au commissariat, cet édifice est néanmoins un bâtiment à part entière, avec sa propre entrée un peu loin dans la rue Politzer.

« Ce sont deux fonctionnements différents avec la même écriture architecturale », résume Philippe Ameller dans Les Échos, codirigeant de l’agence d’architecture Ameller Dubois, concepteur de ce programme construit par Eiffage. Ce projet est le neuvième hôtel de police conçu par ce cabinet. Le bâtiment de l’INPS s’étend sur cinq niveaux faisant au total plus de 7400 m2. Il va accueillir environ 200 fonctionnaires de la police scientifique, jusqu’ici répartis sur trois sites parisiens. Mais les travaux ne sont pas encore totalement finalisés. Les agents de la police scientifique ne devraient donc emménager que fin janvier.  

Au total, ce programme – commissariat et INPS – est estimé à 35 millions d’euros, selon Les Échos. Pour la Ville, le coût s’est élevé à 5 millions d’euros, dont 3,4 millions pour l’acquisition du terrain auprès de l’Assurance maladie, dont elle a également financé – pour 500 000 euros – la démolition du bâtiment. En contrepartie, le ministère de l’Intérieur a cédé le terrain de la rue Jean-Mermoz, estimé à 2,3 millions d’euros. L’ancien commissariat sera détruit. Il était prévu à la place d’y construire la Maison des pratiques amateurs et artistiques. Mais en octobre, la nouvelle majorité socialiste a décidé d’ériger ailleurs le projet de l’ancienne municipalité communiste. Qu’a-t-elle prévu d’y faire à la place ? Contactée, la Ville n’a pas répondu à nos questions.

Aziz Oguz

Réactions

Oui, les habitants bien informés de saint-denis sur facebook disent que la police municipale s'installera en lieu et place du commissariat désormais vide de la rue Jean Mermoz, mais impossible d'obtenir confirmation ou dénégation... On avait la perspective d'un conservatoire et d'un équipement culturel livré en 2023, le choc serait rude.
Démoli, dédié à la police municipale, autre chose... ?"Ailleurs" la maison des pratiques amateurs et artistiques, si ce n'est pas nulle part, un projet qui semble rudement remis en cause, enterré peut-être....On peut tout imaginer avec l'absence de réponses de la municipalité. Souhaitons que l'accès à la culture reste une priorité dans cette ville.