À la une Sports

Équipements sportifs
/ Le nécessaire grand coup de neuf

Alors que Saint-Denis sera au cœur des Jeux Olympiques et paralympiques (JOP) de Paris 2024, la ville des Rois accuse un manque cruel d’équipements sportifs.
 Le Palais des sports Auguste-Delaune a, de l’avis de tous, besoin d’un plan de rénovation. Les travaux sont programmés pour 2021. © Yann Lalande
Le Palais des sports Auguste-Delaune a, de l’avis de tous, besoin d’un plan de rénovation. Les travaux sont programmés pour 2021. © Yann Lalande

Ainsi en 2017, Saint-Denis avait un taux de 16 équipements pour 10 000 habitants (1), au même niveau que la Seine-Saint-Denis, contre 22,8 pour 10 000 habitants en Ile-de-France, et un taux de 41,3/10 000 dans le reste de la France métropolitaine.

« On est passé de 85000 habitants fin 1990 à près de 120000 aujourd’hui. Et en vingt ans, on a construit deux équipements : l’un à Plaine, l’autre à Pleyel. On n’a pas assez d’équipements », critique Houari Guermat (UDI). Mais au-delà du constat comment les candidats veulent-ils concrètement améliorer la situation ? Laurent Russier (PCF) veut clairement surfer sur les JOP 2024 pour rattraper une partie du retard à Saint-Denis.

LIRE AUSSI / JO 2024, cherche remède anti-congestion

« Je suis extrêmement fier que l’on accueille les Jeux olympiques et paralympiques, dit-il. Sans les JOP, on n’aurait jamais eu le centre aquatique olympique. Aujourd’hui, personne n’est en capacité de construire seul un tel équipement avec deux bassins », souligne le maire. Laurent Russier ajoute qu’avec la reconstruction de la piscine de Marville, par le Département où siège Mathieu Hanotin en charge des sports, Saint-Denis comptera d’ici 2024 trois complexes aquatiques neufs et de qualité, en incluant la Baleine dans le grand centre-ville. Permettant ainsi à la ville de rattraper son retard en la matière, qui en 2017 comptait seulement 59,6m2 de bassin de natation pour 10 000 habitants, contre 147,6m2 à Plaine Commune et 161,1 m2 dans la Région.

La Ville a acheté pour environ 300 000 € de créneaux horaires dans la future piscine olympique, dont le maître d’ouvrage est la Métropole du Grand Paris (MGP). Le maire assure qu’il s’est « battu » pour obtenir des prix abordables. « On se retrouvera avec une piscine quasiment gratuite », se félicite le candidat communiste. Par ailleurs, Laurent Russier assure que la Ville a demandé des financements au Comité d’organisation des Jeux olympiques (Cojo) pour rénover des équipements qui serviront notamment comme lieux d’entraînements lors de la compétition en 2024, à savoir le palais des sports Auguste-Delaune, le gymnase Maurice-Baquet dans le centre-ville et celui du Franc-Moisin.

LIRE AUSSI : Stade de France : exit le consortium
 

Besoin d’une grande salle polyvalente ?

Dans la même majorité, Bally Bagayoko (LFI), confirme que la rénovation du palais des sports, maintes fois repoussée, commencera « en 2021 ». Mais pour l’instant, l’élu Insoumis explique que la Ville n’a pas encore tranché sur l’hypothèse des travaux : soit elle étale la rénovation, ce qui permettrait une ouverture partielle, soit elle ferme complètement l’équipement, ce qui obligerait à trouver des solutions pour toutes les associations occupantes des lieux. Un vrai casse-tête. Cette décision sera prise en accord avec les associations « après les élections » municipales, assure le maire-adjoint aux sports. Bally Bagayoko concède que cette rénovation - estimée à environ 20 millions d’€ - a pris beaucoup de retard.

« On a eu des points de désaccords au sein de la majorité. Parfois, dans les arbitrages [entre la construction d’écoles et d’équipements sportifs], on peut ne pas être majoritaire. Je ne l’ai pas été », admet celui qui est maire-adjoint aux sports depuis 2014. Tous les autres candidats assurent que la rénovation du palais des sports sera prioritaire lors de leur prochaine mandature. « il faut être attentif à comment on va faire les travaux », prévient le marcheur Alexandre Aïdara (LREM).

« Ma priorité sera de rénover les équipements existants et surtout d’arrêter leur dégradation. Il y a un vrai sujet sur l’entretien des bâtiments. La priorité sera de remettre à niveau nos équipements », défend Mathieu Hanotin (PS). Pour lui, en plus du palais Auguste-Delaune, « Il y a le besoin en priorité d’un équipement supplémentaire, comme un gymnase, dans la partie sud de la ville à la Plaine ».

Alexandre Aïdara partage le même constat mais pour la tête de liste d’En Marche, il faut que ce nouvel équipement « soit central ». « Le palais Auguste-Delaune ne suffit pas. Il faut le compléter avec une grande salle polyvalente, de spectacle et de sport. Sa construction sera lancée avant la fin du mandat », annonce-t-il, sans donner de précisions ni sur sa capacité, ni sur son coût ni au sujet de son emplacement exact. « Je ne peux pas encore le dire », commente-il, en promettant des précisions dans les prochaines semaines.

Du côté de Houari Guermat, « il faut aussi rénover les équipements existants avant de construire de nouveaux bâtiments ». Il promet de remettre à niveau tous les « tous les équipements sportifs » de la Ville. « On fera un audit. Et s’il faut construire, on le fera », précise-t-il. Pour la tête de liste UDI, il faut aussi utiliser les écoles, en dehors du temps scolaire, pour accueillir des activités sportives. De la même manière, le socialiste Mathieu Hanotin veut lui utiliser « un soir par semaine » les accueils de loisirs pour faire du sport. Bally Bagayoko propose de son côté une meilleure utilisation des équipements sportifs des collèges et des lycées.

LIRE AUSSI / Municipales 2020 : Comment résorber la fracture citoyenne ?

Aziz Oguz

(1) D’après une étude co-réalisée par la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale (DRJSCS) d’Ile-de-France et l’Institut régional de développement du sport (IRDS)

Réactions

Encore une fois les certains sont sur une autre planète. Laurent Russier attends l'après 2024 pour des créneaux de piscine... Et ils s'en félicite... donc d'ic 2024. Les sportifs font quoi? Delaune a toujours été pourri. Bally Bagayoko n'est pas pris au sérieux dans cette majorité qui est capable de donner des subventions à tout vas mais qui est incapable de maintenir son patrimoine. De l’énergie pour reconstruire une fleche qui n'a rien demandé, les élus pavanent... mais les enfants des pauvres qui font du foot (sport pas trop cher encore), ils peuvent attendre une hypothétique de rénovation. Et Laurent Russier a demandé des financements, qu'il n'auras surement pas car le budget JO est déjà dépassé. Il est vraiment naïf de penser que les JO sont pour les habitants. Laurent Russier est dans le dénis de son mandat.
olala elle est belle l 'équipe des candidats qui découvre la vétusté du Palais des Sorts et de ses équipement sportif ( parties communes et salles). A ce jour, aucun candidat ne c'est présenté à moi concernant la vétusté de la salle de Boxe que la France entière nous envie, sans doute la faute de l 'état ! Bailly est il le seul responsable ? J'en doute, celui ci n'ayant aucune solution celui ci propose de surcharger les clubs allant même à inclure d'autres club ( Ursurpant les Statuts d'un club datant de 1945)pratiquant la même discipline dans une salle de 100 m2 ( peut etre grâce a un soutien de Stephane PEU et tout ça sous la pression ... Saint Denis ville Olympique ? Seul un panneau indiquant qu'il s'agit d'un Palais de Sports à été installé à l "entrée de ce bâtiment pendant ce mandat. Bailly seul responsable porterai le chapeau je l 'ai cru j'en doute actuellement.
"la Ville a acheté 300000 euros de créneaux horaires dans la future piscine olympique" ? comment interpréter cette phrase du maire communiste de Saint-Denis ? faudra-t-il adhérer au Parti Communiste Français pour accéder aux bassins de la piscine olympique de Saint-Denis (dont tous les habitants du département de Seine-Saint-Denis paieront la gestion) ? Pendant soixante ans dans les pays de l'Est il était impossible de faire du sport sans adhérer au Parti Communiste local. Les horaires d'ouverture au public de la piscine olympique seront-ils étroits et inaccessibles ? ou larges et accessibles à celles et ceux qui rentrent du travail tard après avoir galéré dans les transports ? Sans la carte de membre du PCF une habitante/un habitant de Seine-Saint-Denis pourra-t-elle (il) nager dans le bassin olympique de la piscine des JOP 2024 ?