En ville

Transports
/ Le Grand Paris Express sur les voies

Les enquêtes publiques viennent de prendre fin pour les lignes du métro automatique, dont les chantiers vont se succéder selon l’agenda prévu, comme l’a précisé le président de la Société du Grand Paris.
Le 15 septembre, au siège de la SGP, Philippe Yvin (à droite) aux côtés des étudiants "apprentis entrepreneurs".
Le 15 septembre, au siège de la SGP, Philippe Yvin (à droite) aux côtés des étudiants "apprentis entrepreneurs".

Le projet de transport du Grand Paris Express a franchi cet été une nouvelle étape. Après trois ans d’enquêtes publiques, le calendrier a été calé pour la mise en chantier des six lignes du métro automatique qui sillonnera l’Île-de-France. « Le dernier avis de la commission d’enquête est attendu dans quelques semaines pour la ligne 15 Est », relevait Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), le 15 septembre, lors d’une conférence de presse à La Plaine, au siège de cet établissement public. À la mi-2017, précisait-il, 14 des 16 gares seront en travaux pour la ligne 15 Sud, première en service, à la fin 2022, de Pont de Sèvres à Noisy Champs.

L’agenda sur lequel s’était engagée la SGP « sera tenu », soulignait M. Yvin. Comme prévu, les connexions à partir de la gare Saint-Denis Pleyel s’échelonneront sur quatre ans, à partir de la fin 2023, avec la 16 jusqu’à Noisy Champs. En 2024, ce sera au tour de la 14, qui aura été prolongée en 2019 jusqu’à la gare Mairie de Saint-Ouen, distante de 1,7 km. Échéances suivantes, 2025 pour relier par la 15 Est Rosny-sous-Bois, et 2027 par la 15 Ouest pour se rendre à Nanterre. Philippe Yvin n’en réservait pas moins quelques annonces, mais sans rapport avec l’ingénierie pure et dure des transports. À ses côtés, trois étudiants en écoles de commerce ont présenté les projets qui leur ont valu de figurer parmi les 17 « apprentis entrepreneurs » choisis par la Société du Grand Paris pour « donner naissance à de nouvelles idées et à de nouveaux services ».

Parmi ces projets travaillés en équipe de trois ou quatre étudiants, une application Androïd d’open data devrait être mise au point pour délivrer aux riverains des chantiers toutes informations utiles pour en comprendre le déroulement et en admettre ainsi les inconvénients. Aux abords des gares en construction, pourraient encore être implantés des pôles de services, restauration et commerces aménagés dans des containers. Autres perspectives à l’étude, les offres du point multi-services que la SPG a décidé d’aménager dans chacune de ses gares. L’appel à projets avait été lancé au printemps. D’autres ont été programmés, dans les mois à venir, en partenariat avec le Stif, l’Ademe et la Région Île-de-France. 


Réactions

La Seine-Saint-Denis a besoin de la ligne 15 Ouest reliant Saint-Denis Pleyel à La Défense. Jean Marc Ayrault a décidé que la ligne 15 Ouest serait la dernière construite en 2027. La décision de Jean Marc Ayrault est purement idéologique sans aucun motif technique ni commercial. Cette décision fera souffrir des dizaines de milliers de séquano-dionysiens partant travailler chaque jour à La Défense et des milliers d'habitants des Hauts-de-Seine venant travailler chaque jour à Saint-Denis. On s'en rappelera au moment de voter en mai et juin 2017.
Il est clair que la liaison St Denis - La Défense / Ouest Parisien est cruciale, la plus urgente pour beaucoup de Dionysiens, qu'ils soient cadres ou femmes de ménage. Que de temps et de galères en moins dans les transports pour des milliers d'usagers au quotidien. Dommage qu'il faille attendre 2027... En attendant, vivement la 14 à Mairie de St Ouen !
Je reviendrai en 2027 sur cet article pour voir si "les dates ont été tenues", comme le prévoit la SGP. Il est évident que c'est impossible sur les plans financiers, techniques et administratifs, mais j'ai tout de même envie de croire en cette promesse... Je suis d'accord avec les commentaires sur le tronçon Ouest de la ligne 15 dont il est dommage qu'il ait été repoussé en fin de calendrier. Gageons que le RER E et la ligne14 permettront de rejoindre plus aisément La Défense d'ici là ! Ou que les déménagements vers La Plaine se poursuivent... Sur le projet, l'urgence été effectivement de créer la ligne 15 de rocade dans son ensemble, ainsi que la dorsale que constitue la ligne14. Les lignes 16,17,18 sont soit des doublons, soit disproportionnées au regard des besoins réels des territoires "desservis" (on utilisera plutôt le terme "traversés", compte tenu du nombre excessivement faible de stations, signe supplémentaire qu'un métro n'est pas le moyen de transport adapté...) Las, les enjeux politiques, bien au delà des clivages de façade qu'on nous sert quotidiennement, étaient bien trop important pour chaque petit Baron d'obtenir "son" métro, "sa" station. Avancer le calendrier de ces lignes totalement surdimensionnées est la garantie pour chacun de voir ces bien trop dispendieux projets se concrétiser, avant un changement de gouvernance qui pourrait remettre en cause, en s'appuyant sur les études qui montrent d'ores et déjà qu'elles seront un gouffre financier, éventuellement au détriment des tronçons suivants de la ligne.. 15. Bon, pour limiter la casse, on a raboté un peu : "métro à gabarit adapté", "mutualisation de tunnel", etc. Tout ce qui, à terme, lorsque l'urbanisation et les usages feront que ces lignes seront nécessaires (horizon d'une trentaine d'année) rendra l'exploitation et l'adaptation de ces lignes impossibles. Les lignes à branches, à Saint-Denis on connaît la catastrophe, pourtant c'est bien ce qui est proposé pour les lignes 16/17, reproduisant à terme les problèmes de la ligne 13, ou du tunnel partagé RER B RER D. Le gabarit réduit, à Saint-Denis on connaît, le T5 est impraticable. Les stations à la longueur exacte des métros, là aussi réduit en longueur, on connaît en Île de France. L'allongement des lignes 1 et 4 n'a pas été une mince affaire, l'augmentation de l'offre sur les lignes de métro parisiennes est impossible. Heureusement, à une époque, la raison a su prendre le pas sur le politique, permettant de construire des quais de ligne 14 adaptés à huit voitures (ouf !) des quais pour 5 voitures sur la ligne 11 (ouf !), anticipant les - réels - besoins futurs. Lignes 16/17/18, surdimensionnées aujourd'hui, sous-dimensionnées à terme. Il est urgent d'annuler ces projets en l'état, et de se consacrer aux vrais besoins des franciliens (et à leurs finances...) à savoir ligne 14 et 15, transformation des lignes 16/17/18 en tram ou BHNS, très largement adaptés à la fréquentation attendue... en 2030 ! (Et autrement moins chers...)