Sports

Le Gaz ferme les vannes

Désormais marié avec Suez, Gaz de France annonce qu’il met fin à son partenariat financier assumé depuis dix ans. Ce divorce risque de porter un coup fatal à ce rendez-vous annuel avec l’athlétisme mondial au Stade de France.

Gaz de France ferme le robinet. Depuis dix ans, le groupe énergétique est un des partenaires essentiels du meeting international d’athlétisme, en contribuant pour un million d’euros sur les deux et demi du montant total (soit 40%). Son récent mariage avec Suez (qui soutient plusieurs disciplines comme le foot), le conduit à réexaminer ses soutiens financiers, explique celui dont le nom figure à l’affiche depuis dix ans de meeting au Stade de France. Désormais, le sponsoring gazier a choisi de s’adresser directement à dix-huit athlètes, comme Christine Aron, Ladji Doucouré… Ce qui compromet le rendez-vous annuel de Saint-Denis, le seul à bénéficier en France du label de la Golden League, autrement dit d’un circuit international.
« Oui, le meeting est en péril, confirme son organisateur sportif Gérard Rousselle, joint vendredi 3 octobre au matin. Nous avons seulement quelques semaines devant nous pour trouver de nouveaux partenaires, alors que l’on ne s’attendait pas à cette décision brutale, car les cycles de la Golden League sont de quatre ans, et celui en cours s’achève en 2009. »
« L’arrêt de cette manifestation serait un vrai coup dur pour l’athlétisme, français et mondial », ajoute Gérard Rousselle, qui, depuis la création en 1984 de ce qui était alors le Saint-Denis-Humanité et se tenait au stade Delaune, est aux commandes de cette manifestation. « C’est une formidable aventure ; nous sommes passés d’un meeting organisé la première fois pour les 80 ans du journal fondé par Jean-Jaurès, à un des trois plus importants meetings mondiaux. » Il ajoute : « C’était un pari de remplir le Stade de France et nous l’avons tenu, par exemple avec plus de 70 000 spectateurs en 2005 au lendemain des JO d’Athènes de 2004. Avec ce passé, il faut être ambitieux. Sans se fermer les yeux. Comme les autres disciplines, l’athlétisme connaît des hauts et des bas, avec des générations d’athlètes qui vieillissent et d’autres qui pointent. C’est toujours un grand défi… et on espère bien ne pas s’arrêter là. »
« Ce meeting est né dans notre ville et nous y sommes attachés, souligne de son coté Fabienne Soulas, adjointe au maire de Saint-Denis, en charge des sports. « C’est un symbole sportif et populaire, qui se trouve compromis par les choix que fait un groupe public qui vient de fusionner avec un groupe privé. Cette démarche visant à préférer avant tout les bénéfices des actionnaires, se traduit par une décision fort regrettable ».
Ce recentrage financier intervient en effet alors que les meetings d’athlétisme ne sont pas au mieux de leur forme. Pas plus que l’athlétisme tricolore qui est revenu de Pékin avec une petite médaille d’argent. Peut-être faudrait-il revenir à des meetings plus modestes, non pas en termes de plateau sportif mais de taille physique. Mais cette question peut-elle être d’actualité quand le grand spectacle (pas toujours du meilleur goût) tente le mariage avec le sport ? En son temps, Delaune était une belle et grande fête. Puis, le Stade de France a pris dignement la relève, et de grands moments y ont été vécus dans une fraternelle communion entre les sportifs et le public, par exemple lors de la soirée d’adieu du perchiste français Jean Galfione.
Dans l’urgence, la question est financière. Le plateau sportif Golden League s’élève par exemple à 600 000 euros. Et l’on voit mal les collectivités publiques faire un tel chèque. Alors, qui inscrira demain son nom sur la belle affiche du meeting de Saint-Denis ?
Gérald Rossi

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur