À la une En ville

Grande-Synthe à Saint-Denis
/ Le devoir d'accueil aux migrants

Réunie le 21 mars en mairie, l’Association nationale des villes et territoires accueillants a été créée à l’initiative du maire de Grande-Synthe avec une poignée de villes, dont Saint-Denis, pour assurer l’accueil des migrants.
Le 26 octobre 2017, 93 personnes en situation irrégulière ont bénéficié d’un parrainage républicain à Saint-Denis.
Le 26 octobre 2017, 93 personnes en situation irrégulière ont bénéficié d’un parrainage républicain à Saint-Denis.

Improvisé dans un champ en zone inondable, le camp était un tel cloaque que les humanitaires le disaient pire que la jungle de Calais, située à une quarantaine de kilomètres. En quelques mois, près de 3000 migrants avaient afflué là près du stade municipal de Grande-Synthe. Depuis cet hiver 2015, l’État a démantelé le camp plusieurs fois, et procédé à des mises à l’abri. « Il y a encore 500 personnes dans la ville », observe Damien Carême, maire Europe Écologie les Verts (EELV) de cette commune de la périphérie de Dunkerque. Pour lui, s’il est « de la responsabilité de la ville qu’il y ait une bonne cohabitation avec la population », encore faut-il que l’État mette les moyens aux missions d’accueil et d’accompagnement qui lui incombent.

C’est à partir de cette exigence qu’il a lancé en mars 2018 à Grande-Synthe une Convention nationale sur l’accueil et les migrations avec l’ambition de constituer un réseau d’élus et de collectivités. En septembre était ainsi constituée à Lyon l’Association nationale des villes et territoires accueillants (Anvita), qu’il préside et dont Saint-Denis est l’une des huit villes fondatrices. Le jeudi 21 mars à l’hôtel de ville, elles étaient une dizaine représentées aux côtés de Damien Carême et de Jaklin Pavilla, première adjointe au maire, en charge des solidarités. Parmi elles, Grenoble, « ville délinquante solidaire », s’est distinguée en mai 2018 pour avoir décerné la médaille de la Ville à Cédric Herrou, l’agriculteur de la vallée de la Roya alors poursuivi pour aide à l’entrée et au séjour des étrangers en situation irrégulière. Un cas de figure emblématique de leur revendication. 

LIRE AUSSI : Pause au vert pour les migrants à Mériel
 

Accueil inconditionnel des migrants 

Les élus de l’Anvita défendent l’accueil inconditionnel des migrants, quels qu’en soient les motifs, politiques, économiques ou climatiques. « Nous avons proposé qu’1 % du budget de la métropole y soit dédié », signale Catherine Bassani, élue EELV de Nantes, en rappelant les 700 migrants qui avaient campé l’été dernier dans un square du centre-ville, avant leur mise à l’abri provisoire dans cinq gymnases. « Ce n’est pas un problème de budget, mais de courage politique », assure-t-elle. À Malakoff aussi, un gymnase a été mis à disposition des migrants ces derniers hivers. Malgré un centre d’hébergement pour SDF et un autre pour les migrants, « on arrive à nos limites, relève la maire communiste Jacqueline Belhomme. On a beau être une ville d’accueil, on sent bien les crispations. »

LIRE AUSSI : Solidarité, de l'art de la philanthropie

 

Sensibilisation citoyenne

 Pour Denise Reverdito, élue à la Seyne-sur-Mer, ville socialiste de l’agglomération de Toulon, c’est là le cœur du problème. L’ouverture d’un centre de 40 places pour des mineurs non accompagnés « a provoqué un fort rejet de la population, avec des réactions très agressives. Pour 40 jeunes, c’est hallucinant ! » Le combat de l’Anvita est aussi celui-là. La « sensibilisation citoyenne » fait l’objet d’une des cinq commissions qui doivent être constituées avec des acteurs de la société civile, pour une mise en commun des compétences et des « bonnes pratiques » sur l’accès aux droits, les mineurs non accompagnés, etc.

Pour Saint-Denis, les élues Jaklin Pavilla et Suzanna de La Fuente reviendront notamment sur les mises à l’abri des derniers mois. Mais d’après le collectif Solidarité Migrants Wilson, seul acteur de terrain invité à la rencontre, « il y a un vrai fossé » entre les considérations nationales, voire internationales soulevées par les élus et chercheurs réunis ce jeudi-là, et la réalité à laquelle ils se collettent jusqu’à l’épuisement physique et financier. Ils ont fait le compte : entre le noyau d’une trentaine de personnes, et tous ceux nombreux qui viennent leur prêter main-forte, ce sont « 60 heures de bénévolat » que depuis l’automne 2016 ils consacrent chaque jour, sept jours sur sept, aux migrants de l’avenue du Président-Wilson.

Refoulés de toutes parts, « acculés dans des trous à rats », ils seraient à présent une quarantaine d’hommes, jusqu’à 400 à la Porte de La Chapelle, pour qui «manger, boire, aller aux toilettes et dormir reste compliqué. Il y a des gens malades, d’autres qui deviennent fous, raconte Clarisse. C’est très préoccupant. » D’autant que le 31 mars prendra fin la trêve hivernale, et avec elle les hébergements.

Marylène Lenfant

 

1. Également représentées les villes de Strasbourg, Ivry-sur-Seine, La Courneuve, Arcueil, ainsi que l’Institut Convergences Migrations.

Réactions

Le tiers mondialisme intellectuel toujours en action.
En avril 2017 le camp de la linière a été ravagé par un incendie. En 2017, 2018 et 2019 l’État a eu cent fois raison de procéder à des mises à l'abri, dictées par des considérations humanitaires. Bravo au préfet du nord Michel Lalande. A Grande-Synthe, les évacuations sont systématiquement précédées d'une décision d'expulsion validée par le Tribunal de Grande Instance. Il serait responsable que la Ville de Paris et l’État mettent à l'abri les quatre cent migrants présents Porte de la Chapelle, avant que ceux-ci ne deviennent tous gravement malades.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur