Cultures

Lecture pour tous
/ Le dealer de livres fait mouche

Deux mois après son installation sur le parvis de la gare, le stand de Luc Pinto Barreto fait ralentir le pas des badauds pressés de prendre leur RER.
Luc Luc Pinto Barreto vend des livres sur le parvis de la gare. © Olivia Kouassi
Luc Luc Pinto Barreto vend des livres sur le parvis de la gare. © Olivia Kouassi

« Les personnes qui s’arrêtent sont toujours bienveillantes, enthousiastes et m’encouragent beaucoup », détaille celui qui se fait appeler le « dealer de livres ». « Je me suis tout de suite dit qu’il y avait quelque chose à faire sur cette place », sourit le Parisien récemment installé à Saint-Denis. « Le public est très varié, j’essaie de toucher tout le monde. »

Ici, que des livres neufs et personnellement sélectionnés « selon les lectures et les sujets qui m’intéressent ». On trouve de tout. Des écrits du Black Panther Huey P. Newton, à l’histoire du panafricanisme par Amzat BoukariYabara en passant par les ouvrages d’Henry David Thoreau, de George Orwell, Frantz Fanon, Maryse Condé ou encore Françoise Vergès.

Son « plus gros succès » : l’album jeunesse de la jeune auteure Laura Nsafou, Comme un million de papillons noirs. « En 18 après-midi j’ai vendu environ 200 livres. Mon stock de départ s’est bien écoulé et j’ai même fait une nouvelle commande. » Le jeune libraire de 33 ans, « super content » que son projet plaise, se verrait bien rester sur le parvis de la gare un peu plus longtemps.
 

La mairie « ravie » de l’initiative

L’autorisation d’occupation de l’espace public accordé par la mairie s’étend jusqu’au 28 septembre, mais le libraire a fait une demande auprès de la municipalité pour la prolonger jusqu’à fin octobre. Son initiative a immédiatement plu à la Ville.

« C’est formidable, commente Nicolas Laurent, chef de projet Grand centre-ville. Il contribue à rendre ce parvis plus agréable et propose une occupation de l’espace qui rencontre à la fois l’objectif d’apaisement du parvis et l’accès à la lecture pour tous. » Deux objectifs que la municipalité essaie de développer.

Cette demande de prolongation pousse même Luc à vouloir pérenniser son projet. Il souhaite installer un kiosque en dur sur le parvis pour « mieux accueillir les clients, surtout quand il pleut ». S’il a déjà réalisé un devis, le projet reste pour le moment incertain même si la Ville semble favorable à son initiative. « Il faut bien le faire vivre ce parvis ! »
 

« Un peu de culot, beaucoup d’envies »

Après avoir été technicien de maintenance dans l’hôtellerie pendant cinq ans, le bibliophile quitte son boulot et entame une démarche de reconversion grâce à une formation en vente. « J’ai rencontré Sylvie de la librairie Folies d’Encre il y a plus d’un an, avant ma reconversion, se souvient le bouquiniste. J’ai ensuite fait un stage de trois semaines dans sa boutique pour découvrir le métier. » C’est durant cette période d’apprentissage que l’idée de se lancer à son compte germe. Il s’installe alors sur le parvis « avec les ouvrages commandés par le biais de Folies d’Encre ». « Ils m’ont énormément aidé », commente le jeune entrepreneur. Le dealer de livres, très présent sur les réseaux sociaux, aimerait mettre en place plus d’événements, comme des rencontres en plein air, autour de la lecture à Saint-Denis.

« J’ai surtout envie de promouvoir la lecture. La démarche est de faire sortir certains ouvrages des librairies, de les exposer au plus grand nombre » et pourquoi pas « intéresser des gens qui n’ont pas l’habitude de lire ».

Olivia Kouassi

Le dealer de livres est, pour le moment, sur le parvis de la gare de Saint-Denis jusqu’au 28 septembre, du mercredi au samedi de 14h à 19h. Les horaires sont susceptibles d’évoluer, pour rester informé rendez-vous sur la page Facebook Dealer de livres. Pour approfondir certains sujets, rendez-vous sur la page YouTube Dealer de livres

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur