À la une Cultures

Cinéma L'Ecran
/ La vie scolaire fait salles combles

Le second long-métrage du duo de Dionysiens Grand Corps Malade et Mehdi Idir, en très grande partie tourné à Franc-Moisin, a été présenté en avant-première le 24 juin dans deux salles du cinéma du centre-ville.
Environ 400 personnes ont assisté à l’avant-première de La vie scolaire à l’Écran (sortie nationale le 28 août). © Yann Mambert
Environ 400 personnes ont assisté à l’avant-première de La vie scolaire à l’Écran (sortie nationale le 28 août). © Yann Mambert

« Ils jouent à domicile », souligne Boris Spire, le directeur de l’Écran. Ce lundi 24 juin, Grand Corps Malade et Mehdi Idir sont venus présenter leur deuxième long-métrage La vie scolaire en avant-première (sortie nationale le 28 août) dans le cinéma dionysien, dont les deux salles étaient pleines pour l’occasion. Familles, amis et connaissances sont présents. Les deux réalisateurs ont grandi à Saint-Denis. Pendant un temps, ils ont même habité à deux pas du cinéma.

« Pour nous, c’est super émouvant. On est très content d’être ici », raconte Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud, au côté de son partenaire Mehdi Idir, dit Minos. Contrairement à Patients (sorti en 2017), qui avait été tourné en grande partie en Seine-et-Marne, La vie scolaire a pris comme décor leur ville natale. Leur deuxième long-métrage a quasiment entièrement été filmé pendant l’été dernier au collège Garcia-Lorca, dans le quartier Franc-Moisin où a grandi Mehdi.

LIRE AUSSI : La vie scolaire, épisode 1 : un casting local 
 


 

L'histoire d'une CPE

Le film raconte l’histoire de Samia (Zita Hanrot), jeune conseillère principale d’éducation (CPE), qui débarque de province à Saint-Denis dans cet établissement réputé difficile. Elle se prend d’affection pour Yanis (Liam Pierron), un ado en classe de 3e à l’esprit vif et intelligent. Sans être un cancre, il fait preuve d’insolence avec ses professeurs. Marqué par une histoire personnelle compliquée, le jeune n’est pas convaincu par les chances que lui offre l’école. Elle-même confronté à des problèmes, Samia va tout faire pour lui prouver le contraire. « CPE, c’est un métier incroyable, défend Grand Corps Malade. La vie scolaire, nous permet d’aborder beaucoup de thèmes. »

Le film est une critique acerbe du système, du poids des déterminismes sociaux. « Parfois le contexte est plus fort que nous », dit le professeur de maths joué par Soufiane Guerrab. S’il faut accepter cette réalité, il ne faut pas non plus se résigner. C’est le message défendu par le film. À l’image de Patients, La vie scolaire est à la fois drôle et touchant, aidé par une belle distribution d’acteurs (Alban Ivanov, Moussa Mansaly, Redouane Bougheraba, Nadia Roz). Les blagues et les punchlines fusent. Film « superbe », « vrai », « fidèle à la réalité »… À la fin de la projection, les spectateurs ont été enthousiastes.

LIRE AUSSI : Tournage de la vie scolaire, un barbecue pour remercier Franc-Moisin
 

« Ce que j’ai vu, c’est un bout de ma vie. Avec le temps qui passe, on oublie un peu d’où on vient », a témoigné, ému, une trentenaire qui passé sa jeunesse à Franc-Moisin. Comme dans Patients aussi, les réalisateurs ont fait le choix de faire confiance à des acteurs non-professionnels. Au printemps dernier, l’équipe du film a ouvert un local pour le casting. Des jeunes, venus de Saint-Denis et d’ailleurs, y ont participé. Le Parisien Bakary Diombera y est allé sur les conseils d’un éducateur de Saint-Denis. Il a finalement obtenu un petit rôle. « Grâce à eux, j’ai enchaîné. J’ai tourné dans le film Banlieusard de Kery James et la série Alice Nevers. J’ai fait du doublage pour une série américaine », dit-il, reconnaissant.
 

« J'ai envie de continuer, c'est mortel ! »

Lycéen à Suger, habitant de Franc-Moisin, Moryfère Camara a été repéré sur le tard pour jouer un camarade de classe du personnage principal. « Nous, les jeunes, on ne se voyait pas faire du cinéma. Et aujourd’hui, il y a La vie scolaire », répond-il fièrement à un spectateur qui lui demande s’il veut continuer dans le métier. « Moi, à la base, je devais jouer dans Avengers », lance le Dionysien Hocine Moukando, qui joue le rôle d’un mythomane dans le film, provoquant l’hilarité de la salle. « J’ai envie de continuer. C’est mortel », poursuit-il plus sérieusement. Ils sont plusieurs jeunes acteurs de Franc-Moisin comme Aboudou Sacko ou Mahamadou Sangaré qui avait alors déjà joué dans le film Le Monde est à toi (sorti en 2018). « Tourner dans son quartier, c’est encore plus émouvant. Il y a tes potes, ta famille », dit Mahamadou.

Quasiment tous les figurants du film sont par ailleurs originaires de Franc-Moisin. Comme un clin d’œil, le générique de La vie scolaire se termine avec la chanson Je viens de là de Grand Corps Malade. En 2008, cet extrait avait donné un clip qui avait été tourné par Mehdi Idir à… Franc-Moisin.

Aziz Oguz