En ville

La Plaine : le projet social des Kiosques

Depuis près de deux ans, le 120, avenue du Président-Wilson a trouvé une nouvelle dynamique avec des rendez-vous autant festifs que sociaux, pour développer le lien avec les habitants et responsabiliser davantage le tissu associatif.

Une brocante, un spectacle de la compagnie Jolie Môme, Basta Ya, et pour couronner la journée un bal concert mêlant les genres et les générations. C’est le samedi 19 septembre, le dernier en date des « Kiosques des quatre saisons » que la maison de quartier de la Plaine renouvelle quatre fois par an. La formule, à laquelle prennent part des associations, était inaugurée en décembre 2007 par le nouveau directeur de la maison de quartier, Samir Ouddir. Trois mois après sa prise de fonction, il donnait ainsi le signal du changement. Ancien directeur de la Fédération des œuvres laïques de Nouvelle Calédonie, ce jeune quadra ne craint pas de bousculer les habitudes. D’autant qu’il n’est pas en terrain inconnu. De sa prime jeunesse, il se souvient notamment de la fête annuelle de quartier, « où étaient mis tous les moyens. Après, il n’y avait plus rien pendant un an ». D’où l’idée du kiosque, « initiative de petite taille ». « On y rencontre mieux les habitants. On ne se sent pas débordé. » Mais ce n’est que la partie la plus émergée du « projet social», auquel il travaille avec sa directrice adjointe Martine Dubail, et en impliquant sa petite équipe, dont les agents d’accueil.

« Cela nous permet d’avoir l’agrément centre social »

Établi à partir d’un « diagnostic social » auprès d’habitants de la Plaine et des usagers de la maison de quartier, sur leurs attentes et besoins, le « projet social » est d’abord le document cadre à faire valider tous les trois ans par la Caisse d’allocations familiales. « Cela nous permet d’avoir l’agrément centre social et une subvention, qui est d’environ 60 000 euros, soit 20% de notre budget », explique M. Ouiddir. Pour résumer la teneur de son projet, il cite la parentalité, la jeunesse, l’aide aux personnes en difficultés qui se rapportent aux missions attendues d’un centre social. Il est aussi question de convivialité et d’un « développement des dynamiques collectives » qui s’est concrétisé par une petite révolution. Les associations, dont la maison de quartier héberge les activités, « signent une convention qui définit leur rôle par rapport au projet : que donnent-elles en contrepartie de l’utilisation gratuite des locaux ?, explique Martine Dubail. On ne donne plus une clé comme ça ». Et alors qu’ « avant elles ne travaillaient pas ensemble et ne se connaissaient même pas », elles sont à présent invitées à lier leurs activités.

« Avec les assocs, nous filons un coup de main et cela créé une dynamique collective »

Cette implication requise dans « le projet collectif » s’est soldée par la disparition de deux ateliers, mosaïque et danse indienne. Par contre, des rapprochements ont eu lieu entre la couture et le flamenco de l’association Flamenco art et mémoire. Laquelle, par exemple, s’est aussi attelée en juin à une fête dominicale, repas et bal, au théâtre de la Belle Étoile, pour un public mélangé, dont beaucoup de mamans kabyles. « Au départ, nous faisions tout, les associations n’avaient qu’à s’occuper de la musique. Maintenant, nous leur filons un coup de main. Cela créé une dynamique collective. » Et les deux responsables de la maison de quartier mettent la main à la pâte. « On nettoie la salle, on aide à faire à manger… On n’est pas seulement dans nos bureaux à signer des papiers. »
Pour aller à la rencontre des nouveaux habitants du quartier, c’est plutôt hors les murs que se déroulent les moments festifs. « Nous avons un problème d’identité. C’est le “lieu pour les pauvres”. Or, nous avons des activités pour tout le monde. » Déjà, les cours d’instruments du centre musical « sont pleins. Le capoeira marche très fort. Et la prof de danse classique refuse du monde ». Autre volet de leur projet, les partenariats. Citons, parmi d’autres, Objectif emploi, mais aussi l’Éducation nationale et l’association Canal pour un « café des parents » qui se tient une fois sur deux au collège Iqbal-Masih (1).

Marylène Lenfant

(1) Café des parents le jeudi 24 septembre, à 18h30. Maison de quartier : 120, avenue du Président-Wilson. Tél. : 01 49 98 15 90.

***************

ÉCLAIRAGE

Des espaces pratiques et ludiques

Depuis plus d’un an, la maison de quartier restructure ses espaces sur une superficie de 3000 m2 répartis sur trois niveaux. Au premier étage du nouveau bâtiment de la médiathèque, soit 178 m2, ont été aménagés une salle informatique, un atelier d’arts plastiques et une cuisine pédagogique pour préparer des repas avec les habitants. Dans la partie ancienne, désertée par la bibliothèque, va bientôt s’ouvrir une salle des retraités. Et la ludothèque sera réintégrée sur deux niveaux. Mais le plus spectaculaire est à venir avec la refonte du hall d’accueil, où sera créé un « pôle ressources habitants », avec permanence d’accès droit et écrivain public, et un point information jeunesse.

M.L.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur