En ville

La grosse pagaille de la vaccination contre la grippe A

Lundi après-midi, montée de fièvre à la bourse du travail où plusieurs centaines de personnes se sont présentées avec un bon de vaccination. Virginie Le Torrec, adjointe au maire dénonce le manque de moyens accordés par l\'État pour cette campagne qu\'il a lancée.

Lundi 16?h. Le grand hall de la bourse du travail est transformé en ruche humaine. Depuis deux heures, trois médecins et six infirmières, tous venus des centres de santé municipaux, sont à la manœuvre. Secondés par une grosse dizaine de personnels communaux pour la gestion administrative.

Environ cent personnes attendent sur des chaises. Trente-deux poussettes sont entassées dans un coin. Les enfants s’énervent. Les parents un peu moins. À l’entrée, chaque famille reçoit un numéro. Le 256, vient d’être donné à un père qui se demande s’il va pouvoir faire vacciner ses trois enfants. Il dit qu’il va revenir. « Venez, on va essayer de vous trouver une place pour attendre », sourit une des dames de l’accueil en guidant une patiente pas bien valide. Les soignants, blouses bleues fripées, sont fatigués. « Comment va-t-on faire pour fermer à 18?h avec tout ce monde?? », demande l’un d’eux.

Mercredi, c’est le tour des élèves de primaire

La vaccination contre le virus de la grippe A (H1N1), toujours destinée aux personnes dites « fragiles », aux enfants et à leur entourage, se poursuit à Saint-Denis comme dans l’ensemble des départements d’Île-de-France (Paris est un cas à part), à raison de deux demi-journées par semaine, le lundi après-midi et le mardi matin. « Et on fait comment quand on travaille en même temps loin de la bourse?? », nous ont demandé plusieurs lecteurs. Quant à la vaccination des élèves des écoles maternelles et élémentaires, elle débute ce mercredi de 14?h à 18?h. Il est indispensable de se présenter muni du bon de vaccination.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a promis des renforts de médecins militaires et du travail, le président Sarkozy a dit que les vaccinations devraient pouvoir se pratiquer le dimanche… « Mais la ville de Saint-Denis ne peut pas tout faire toute seule, peste Virginie Le Torrec, maire adjointe à la santé. Les médecins libéraux sont certes très occupés dans leurs cabinets, même chose pour les infirmières libérales, bien que plusieurs d’entre elles viennent prêter main-forte, mais le service public municipal se retrouve quasi seul en première ligne, alors qu’il s’agit d’une campagne d’État. De fait, nous sommes contraints d’envoyer en renfort à la bourse des personnels de divers secteurs, ce qui perturbe les autres services auxquels la population a droit. »

Une trentaine de soignants et administratifs est intervenue cette semaine au centre de vaccination. Et les ouvertures envisagées « pour une montée en puissance » poseront d’autres problèmes techniques… Toutefois, comme le dit encore Virginie Le Torrec, « le centre de vaccination de Saint-Denis est un de ceux qui fonctionnent le mieux dans le département, car toutes les villes n’ont pas les infrastructures identiques aux nôtres ». Mais que se passera-t-il lorsque la vaccination concernera plus largement le grand public non prioritaire (qui n’a pas encore reçu à domicile le bon de vaccination indispensable)??

Gérald Rossi

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur