En ville

La galère des courses en fauteuil roulant

Opération nationale du 8 octobre sur l’accessibilité des commerces. Une loi de 2005 prévoit que les lieux de chalandise soient adaptés aux handicapés. Ce qui est loin d’être le cas.
L'accessibilité aux commerces n'est pas toujours assurée en ville
L'accessibilité aux commerces n'est pas toujours assurée en ville


Pour venir au centre-ville de Saint-Denis, ce matin là, Daniel a pris le bus depuis la Plaine. Abdelkader, lui, a cheminé depuis l’Ile-Saint-Denis par des rues en chantier. Ces trajets leur sont familiers, et ils ne s’en plaignent pas. Et pourtant. Daniel, quinquagénaire trapu, et Abdelkader, jeune homme de 27 ans, haut comme trois pommes, se déplacent l’un et l’autre en fauteuil roulant.


Ce samedi 8 octobre, ils font partie de la trentaine de bénévoles mobilisés par l’association Jaccede.com et la municipalité. L’opération, première du genre orchestrée le même jour dans une quarantaine de villes en France vise les commerces.


D’après la loi du 11 février 2005 sur le handicap (1), ces établissements comme l’ensemble des bâtiments et des secteurs d’activités doivent être accessibles aux « personnes à mobilité réduite ». C’est depuis sa création en 2006 le cheval de bataille de l’association Jaccede.com qui s’emploie à sensibiliser notamment les commerçants, dont les plus accueillants sont répertoriés sur son site.


Répartis à travers la ville pour les recenser, les handicapés font équipe avec des parents et des proches, ou des élèves kinésithérapeutes du CEEERRF, situé Porte de Paris.

Agent de sécurité à Aéroports de Paris et habitante de Dugny, Piyasena est venue avec sa fille pour accompagner Daniel.

Sensibilisation et travaux

Leur seule rebuffade et l’une des rares de la journée, un salon de coiffure de la galerie Rosalie. « Elle me dit que sa chef n’est pas là. Je ne lui ai même pas donné les documents, elle les aurait mis à la poubelle », déplore Piyasena. Ne pas insister, telle est la consigne d’ailleurs inscrite dans la fiche d’argumentaire, où est rappelée pour entrée en matière la proportion en France de personnes à mobilité réduite, une sur quatre, dont les femmes enceintes, parents avec poussettes, gens âgés…


En cas d’écoute, sont consignés, dans une fiche de lieu, largeur de la porte d’entrée, présence ou non d’une marche, espace de circulation dans le magasin, dimensions du salon d’essayage, etc. Le tout donnant lieu à une notation sur 10 qui est aussi fonction de l’amabilité du commerçant.


« Cette sensibilisation fait suite au diagnostic réalisé sur nos bâtiments, souligne Elisabeth Belin, conseillère municipale déléguée au handicap. Nous avons lancé un plan de travaux qui mobilise un million d’euros par an, sur six ans. Mais il faudra aller au-delà de ce plan pluriannuel. ». La priorité, est « que nous ayons au moins une école par quartier en accessibilité totale ».


Egalement prioritaires, le centre administratif et l’hôtel de ville. La loi y impose parmi les interventions les plus lourdes des zones d’attente sécurisée en cas d’incendie pour ceux qui ne peuvent emprunter les escaliers de secours. Ou l’ouverture motorisée de toutes les portes d’entrée.


« Pour les associations de personnes handicapées, il s’agit de mettre en place une cité où ils soient en complète autonomie. Mais il est important de promouvoir aussi la solidarité, observe Mme Belin. Réaliser un plan incliné sur un trottoir, ça ne sert à rien quand il est encombré par une voiture ou une poubelle. » Daniel ne la contredirait pas. « Il m’arrive de voir passer quatre bus avant qu’il y en ait un pour me prendre », témoigne-t-il.


Marylène Lenfant


(1) Date butoir de mise aux normes, le 1er janvier 2015. 


CI-DESSOUS LA VIDÉO RÉALISÉE PAR LA VILLE DE SAINT-DENIS


Journée Nationale de l'accessibilité 8 octobre... par villedesaintdenis

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur