À la une En ville

JOP 2024
/ La crainte de rester sur le banc de touche

Le comité de suivi « Faites vos Jeux » s’est réuni mardi 28 janvier au siège de Plaine Commune. Au menu des échanges, les opportunités d’emploi générées par les Jeux olympiques et leur préparation, pour les habitants du territoire.
© Yann Mambert (Archives)
© Yann Mambert (Archives)

Quels bénéfices économiques des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) 2024 pour les habitants de Seine-Saint-Denis ? Vaste et épineuse interrogation à laquelle le comité de suivi organisé à Plaine Commune tente de répondre ce mardi 28 janvier devant une centaine de participants regroupant associations, entreprises, institutions liées à l’emploi et à l’organisation de Paris 2024, et citoyens.

LIRE AUSSI : La population de Saint-Denis fera t-elle les frais des Jeux olympiques ?
 

« 150 000 emplois seront mobilisés, ce qui ne veut pas dire créés, au fil de l’aventure », tient à rappeler Damien Combredet, responsable du pôle Sport et Société de Paris 2024, dont 60 000 pourvus dans le tourisme en 2024 et 78 000 dans l’organisation dès 2021. Chefs d’entreprises, partenaires institutionnels et du monde olympique abondent dans le même sens : volonté de former et embaucher sur le territoire, de mobiliser les petites entreprises (TPE et PME) et de mettre l’accent sur l’économie sociale et solidaire.

Stéphane Berdoulet, directeur de l’association Halage, propose un peu de concret en évoquant chantiers d’insertion et formations débutant dès maintenant. Il entend s’appuyer sur les Jeux pour« modéliser de nouveaux métiers urbains comme horticulteur urbain ou garde éco-touristique ».

Un enjeu fait office de fil rouge tout au long de la soirée, celui des « métiers en tension » (en manque de candidats). C’est le cas du secteur du bâtiment, « la priorité » pour Laurence Degenne-Shorten de la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). « Nous avons la possibilité de développer des emplois durables pour des travaux jusqu’à 2030 ».

LIRE AUSSI : Les Jeux, c'est du boulot
 

Des questions sans réponse

Manque de main d’oeuvre aussi pour la profession de maître-nageur. Si Francisco Correas, directeur des Sports de la ville d’Aubervilliers, insiste sur les besoins dans les piscines, la coopération avec les associations pour y remédier semble négligée. « Les premiers lieux de recrutement sont les clubs de natation et on n’a pas le sentiment d’être mobilisés, réagit Hervé Borie, président du Saint-Denis Union Sports. Les clubs sportifs sont quotidiennement en contact avec des jeunes en recherche d’emploi ».

Les (trop courts) temps de débats témoignent de la nécessité des citoyens d’obtenir des certitudes. Mathieu Glaymann, co-directeur de la régie de quartiers de Saint-Denis, exprime ses doutes sur la pérennité des emplois et interroge la véritable mise en avant des atouts des habitants, comme le multilinguisme, « une richesse sur le territoire » qui permettrait à des résidents de Seine-Saint-Denis d’endosser le rôle d’interprète. Interrogation restée sans réponse concrète.

La liste des inquiétudes s’allonge avec l’ombre menaçante des plateformes Airbnb, partenaire des JOP, et Uber. À qui va profiter la mobilité en transport ? Un membre du Collectif Club VTC 93 craint d’ « avoir les miettes ». Lui propose de faire des jeunes « de vrais chefs d’entreprises » et non pas des indépendants en trompe l’oeil à la solde d’Uber. Une remarque laissée en suspens une nouvelle fois. Une certitude : il reste du boulot pour garantir aux habitants les retombées économiques des JOP 2024.

Marine Delatouche
 

LIRE AUSSI / JOP 2024 : une Charte sociale

 

Les Mardis du TAF mobilisent

Faire se rencontrer demandeurs d’emploi et entreprises cherchant à recruter immédiatement, c’est l’objectif des Mardis du TAF (travail, accompagnement, formation) dont la huitième édition se tenait mardi 28 janvier dans les locaux de Plaine Commune en préambule au comité de suivi des JOP 2024. Destinée en priorité aux moins de trente ans, l’initiative a lieu tous les derniers mardis du mois. CDI, CDD, alternance, intérim : tous types de contrats sont proposés, ne demandant pas forcément de qualifications et dont la rémunération débute parfois au-delà du SMIC.

De nombreux Dionysiens et habitants de Seine-Saint-Denis en recherche urgente d’emploi ont pu échanger avec une trentaine d’entreprises et organismes de formation, et jeter un œil aux offres en industrie, logistique, administratif, service à la personne, commerce ou encore hôtellerie. Parmi les recruteurs, une entreprise spécialisée dans la rénovation énergétique, qui embauche « un à deux agents administratifs par mois, sans condition de diplôme et en CDI débutant à 1 400€ net », déclare Kaïna Medroub, présidente de Kali&Co.

Pour Houda et Piash, demandeurs d’emploi aux profils bien différents, c’est un moyen d’essayer de se projeter. Houda, 21 ans, habitante d’Aulnay-sous-Bois fait une pause dans ses études et « cherche encore sa voie.Pour le moment, je suis passée au stand de la Police nationale. » Piash, arrivé du Bangladesh il y a deux ans, peut commencer à chercher un travail de « réceptionniste dans un hôtel ou dans un restaurant », sa formation de français tout juste terminée.

MD. 

Réactions

Vouloir les JO, c'est une chose... Assumer les coûts faramineux est un autre défi. Saint Denis aura une piscine olympique qui sera inaccessible aux habitants car elle sera trop loin et surtout inadaptée au besoin du quotidien (écoles, collèges, habitants). bref, ces JO sentent déjà le fiasco. A force de suivre Anne Hidalgo dans ses délires, les élus de Saint Denis se fourvoient dans des objectifs inatteignables. Une grande désillusion les attends. Les habitants avec.
Azzedine, rien ne vous convient ,une piscine à la porte de Paris inaccessible ? entourée de trams ,de métros actuels et futurs de de bus !!!!! Inadaptée ? et pourquoi Attention vous sombrez dans l'incohérence, vos pathologies obsessionnelles se transforment en délire
@Vérités. Elle ne sera pas à Porte de Paris mais à la plaine. En face du Stade de France, un quartier qui est coupé par les infrastructures historiques (canal, autoroute). Si le quartier était bien entouré de transports, il n'y aurait pas ENGIE mais des habitations.... Mais non. Ce n'est pas le cas. Elle sera inadapté car les piscines olympiques sont pour les sportifs de bon niveau. Les scolaires et autres usagers ont des besoins plus simples. Reconstruire Marville est une bonne nouvelle. Mais se pavaner d'avoir une piscine olympique dans la ville, est une folie digne des politiciens des années 80 ou c'est celui qui bétonnera le plus sa ville. On dirait presque du Balkany. Je dis bien presque.
@Azzedine afin de ne pas entretenir inutilement de confusion dans les esprits, la ville de Saint-Denis héritera à l'issue des JOP 2024 de la piscine de water-polo et de la fausse à plongeon. Soit deux bassins (un de 50x25 et l'autre de 25x25) entourés de 2 500 places assises. Un équipement à la taille relativement raisonnable donc. Les bassins qui accueilleront les compétitions et les entraînements de natation seront démontables et réinstallés ailleurs en Seine-Saint-Denis. Par ailleurs la ville de Saint-Denis a déjà réservé auprès du futur concessionnaire 16h de créneaux hebdomadaires à destination des scolaires et des associations. Cordialement Yann Lalande
@Yann.Lalande. Donc, je confirme. Est ce la ville a besoin d'un tel équipement sur territoire qu'elle ne pourra utiliser que 16 heures dans la semaine? Non, elle a besoin de piscine du quotidien. Mais le fantasme des JO sur la ville fait planer les élus.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur