À la une En ville

Figaro Magazine
/ La couverture « qui diffame »

Le jour de la parution de l’hebdo du groupe Dassault, qui titre en une « Molenbeek-sur-Seine, à Saint-Denis l’islamisme au quotidien », des jeunes dionysien(ne)s ont voulu être reçus par la rédaction. Sans succès.
Devant le siège du Figaro
Devant le siège du Figaro

Quand la une du Figaro Magazine commence à circuler sur les réseaux sociaux jeudi 19 mai, un jour avant la parution en kiosque du magazine, une dizaine de jeunes dionysiens ont tellement les nerfs qu’ils décident de se rendre le lendemain au siège du média qui titre « Molenbeek-sur-Seine, à Saint-Denis l’islamisme au quotidien ». Proches pour certains du Parti socialiste de gauche et de la Jeunesse communiste, ou sans appartenance politique pour d’autres, ils se dirigent vers le 7e arrondissement via la ligne 13 du métro. L’adjoint au maire Slimane Rabahallah est avec eux vendredi midi quand ils arrivent dans le hall du Figaro, boulevard Haussmann. Aucun responsable de la rédaction n’a le temps de recevoir une délégation. Et donc les quelques messages qu’ils voulaient faire passer. 

"Appréhender par le social et le culturel"

« On se sent blessés. Ça ne représente pas la réalité de la ville », explique Medhi. Pour son copain Vladimir, « cette couverture sous-tend que Saint-Denis est un vivier du terrorisme. C’est un raccourci facile. Nous, on est juste des jeunes de banlieue, musulmans ou pas ». « Le Figaro diffame Saint-Denis, et donc nous diffame », renchérit Jules qui poursuit : « Saint-Denis n’est pas un khalifat, c’est un modèle de métissage dans une France identitaire. Tout le monde y cohabite. Je suis athée, mais je n’ai aucun problème avec la religion. » Plutôt que par le biais de la religion, Cécile voudrait que les problèmes soient appréhendés par « le social et le culturel » surtout quand, rappelle-t-elle, « la plupart des Dionysiens sont agnostiques ou athées ». Plongée dans la lecture du magazine gracieusement offert par les hôtesses d’accueil du Figaro pour faire patienter, Mordjen donne son avis : « Ce qui me choque le plus, c’est que la plupart des gens qui s’expriment dans l’article ont des noms arabes pour que ça passe mieux, pour que ça fasse moins raciste. » Au téléphone intérieur du journal, M. Rabahallah converse avec le rédac chef photo. Il confirme que personne ne peut se libérer pour échanger avec le petit comité dionysien. L’adjoint au maire a le temps de lui dire « que le Figaro fait du M6 et que la une est une insulte pour Saint-Denis, pour tous ses habitants qui essaient chaque jour de joindre les deux bouts », avant de reprendre le métro dans l’autre sens en prenant soin de prendre la direction de ce que le Figaro n’appelle plus Saint-Denis mais Molenbeek-sur-Seine.

Réactions

Hé bé ! Quelle publicité pour un magazine à mémères qui finit généralement à moitié déchiré dans les salles d'attentes des dentistes ! Ce journal est tellement merdique que contrairement à notre JSD, on ne peut même pas s'en servir pour le mettre dans la caisse du chat ! Didier Paillard a bien fait de porter plainte, il ne pouvait pas faire moins et il est dans son rôle. Mais en attendant le prochain vomi médiatisé, ne donnons pas davantage de visibilité au Fig-mag' par nos protestations indignées. Tiens, si j'étais Paillard, je proposerais de jumeler Saint-Denis à Molenbeek, histoire de faire chier les lecteurs du Figaro ! Que nous soyons au moins solidaires dans l'opprobre que l'on nous fait ! Et si on faisait une grande fête à Saint-Denis et on inviterait les Molenbeekois (je ne sais si on les appelle comme ça) et après, on irait faire la fête chez eux ? Chahut et fraternité !
Que de bruit pour rien... Au final, non seulement le Maire ne portera pas plainte mais il est même obligé de reconnaître que ce qui est dit dans l'article n'est pas faux... http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/nous-reduire-a-une-fabrique-de-salafistes-est-un-peu-simpliste-didier-paillard-maire-pc-de-saint-denis-20-05-2016-5814667.php Beaucoup d'agitation autour de cet article mais seulement sur la couverture choc, personne ne parle du fond de l'article et de ce qu'y disent les Dionysiens interviewés. Belle manière de ne pas parler des choses qui fâchent...
Si ces élus pouvait réagir aussi vite aux appels à l'aide des habitants, on en serait pas là aujourd'hui...Ils ont réagi tellement vite, qu'ils en avait oublié de lire le magazine pour s'apercevoir que ce qui est écrit est le ressentiment de la plupart des musulmans de St-Denis, mais encore faut-il descendre de sa tour d'ivoire pour les écouter.
Il faut jumeler Saint-Denis à Molenbeek, histoire d'emmerder ces fumiers de racistes.
Je suis très étonnée de lire dans les commentaires " la plupart des gens qui s'expriment ont des noms arabes, pour que ça passe mieux, que ça fasse moins raciste" mais c'est une forme de racisme de dire cela!! ça sous-entend que "les arabes" à Saint-Denis ne pourraient pas en nombre s'exprimer contre l'insécurité, le trafic de drogue, le communautarisme également en tant que laïcs , moi je peux témoigner le malaise et même le raz-le-bol de dionysiens d'origine "arabes" qui s'expriment exactement comme dans l'article du Figaro.
"La couverture qui diffame" ou "la couverture qui dit femmes"? Je suis assez fière de ce petit jeu de mot à la Lacan que je viens de trouver! Mais plus sérieusement, c'est vrai: cette couverture du Fig Mag me dit "femmes, attention !Vos libertés sont en danger, partout, tout le temps, mais peut-être plus ici à Saint-Denis..Soyez vigilantes". Soyons vigilantes.