À la une Cultures

Lycée Suger
/ La Colombie au-delà des clichés

En octobre 2019 cinq élèves du lycée Suger de Saint-Denis sont allés en échange en Colombie, dans la ville de Medellin, qu’ils connaissaient surtout via la série télévisée Narcos. L’occasion de déconstruire leurs préjugés.
Les lycéens de Suger accopmpagnés de leurs correspondants colombiens. © Camille Beauvais
Les lycéens de Suger accopmpagnés de leurs correspondants colombiens. © Camille Beauvais

Hamja, Coralie, Oscar, Laura et Cleia, lycéens à Suger, ont pu partir en voyage scolaire en Colombie en octobre 2019. « Le but est de créer un échange avec des élèves colombiens, pour permettre une ouverture culturelle plus vaste que dans les pays limitrophes de la France, » explique Camille Beauvais, l’enseignante d’histoire-géo organisatrice du voyage. Elle s’est lancée dans ce projet grâce à un contact sur place, au Colegio Colombo Frances, l’établissement qui a accueilli les élèves. « C’était aussi une ouverture pédagogique, ils ont assisté aux cours des Colombiens et inversement lorsque les Colombiens sont venus en France en mars 2019 », ajoute-t-elle.

En totale immersion pendant 3 semaines, les jeunes ont vécu au sein des familles de leur correspondant, pour partager leur quotidien.

LIRE AUSSI : Aurélie Gigot : l'enseignement des voyages

« Nous étions dans des familles très aisées car les élèves sont dans un lycée privé, ils étaient 10 par classe et fonctionnent de manière autogérée, ils peuvent prendre des pauses quand ils veulent, il n’y a pas de hiérarchie entre les élèves et les professeurs. Ils ont moins de cours mais leurs savoirs sont mieux acquis », constate Oscar, 16 ans. Pour Coralie, 17 ans, la situation était particulière : « mon père est colombien, il était au départ très réticent à ce que je parte à cause du narco-trafic, j’étais émue de découvrir son pays ». 
 

Entre histoire et fiction

« On s’imaginait des armes et de la drogue vendues à tous les coins de rue, à cause de la série télévisée Narcos qui se passe là-bas, mais on n’a rien vu de tout ça… On trouve plutôt des fruits et des personnes très accueillantes », sourit Hamja, 17 ans. Les élèves ont aussi constaté que « la drogue est un sujet très tabou là-bas ». « Les Colombiens n’ont pas voulu par exemple venir avec nous voir un « Mémorial Tour » qui devait raconter l’histoire de la ville du point de vue des victimes, il s’agissait finalement d’un circuit sur les pas de Pablo Escobar, célèbre baron de la drogue », raconte Camille Beauvais. Oscar ajoute : « ça mettait un peu mal à l’aise d’aller sur les lieux de sa vie, sur sa tombe, en marbre et surélevée… »

LIRE AUSSI : Des villes jumelées à la coopération décentralisée

Même si les week-ends étaient dédiés à des sorties touristiques, les lycéens sont aussi partis avec l’idée de réaliser un travail en lien avec leur séjour. « Nous voulons transmettre notre expérience, montrer Medellin avec notre regard de touriste, avec un thème qui abordera la frontière entre l’histoire et les narco-séries », déclare Hamja. En spécialité photo avec Laura, il pense faire une exposition. Pour Oscar ce sera un court-métrage.

Au printemps 2020, des élèves colombiens viendront et le groupe de lycéens organisera un événement au lycée pour partager leur expérience. Ils seront aussi invités à faire une conférence à l’Ambassade de Colombie en France.

Ce séjour, d’un coût de 500€/élève, a été une expérience humaine enrichissante pour ces jeunes qui ont noué des liens très forts avec les familles. Hamja, est lui parti sans connaître un mot d’espagnol.

« J’appréhendais mais j’ai réussi à me faire comprendre, à apprendre, et depuis je continue d’échanger avec mon correspondant et sa famille par téléphone, en espagnol. C’est comme une deuxième famille », confie-t-il. Hamja et Coralie pourront d’ailleurs mettre cette expérience à l’international à profit pour leur projet professionnel : faire une formation dans le commerce international. Le projet d’échange et voyage scolaire en Colombie vient d’être renouvelé pour l’année prochaine, Camille Beauvais espère qu’« il sera pérennisé ».

Delphine Dauvergne

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur