En ville

La Cathode l'insertion au bout de la caméra

L’association, qui a pour mission de favoriser l’insertion par des projets audiovisuels dans le 93, a emménagé à deux pas du centre commercial Basilique.

La Cathode est une association qui produit et diffuse des films à caractère social et éducatif depuis près de vingt-cinq ans. Basée à Bobigny pendant longtemps, elle s’est récemment installée à Saint-Denis, au 6 de la rue Édouard-Vaillant en centre-ville. « Plaine commune nous a permis d’obtenir de beaux locaux à un prix préférentiel », confie Gabriel Gonnet, le directeur de l’association. « Il y a une grosse demande pour les entreprises d’insertion. »

La Cathode conduit en effet des chantiers d’insertion autour de la réalisation de films courts, avec pour ambition la professionnalisation des jeunes participants dans le secteur de l’audiovisuel. « Nous travaillons en partenariat avec le Pôle Emploi pour recruter des jeunes, niveau bac, en difficulté sociale ou professionnelle, qui doivent remplir les critères qui permettent de prétendre à un CAE (Contrat d’accompagnement dans l’emploi). Ensuite, nous sélectionnons sur la motivation, annonce Gabriel Gonnet. On forme par la méthode de la mise en situation, on apprend en faisant. »

La web-télé, un outil d’expression interactif

Le chantier d’insertion dure une année et débouche sur des projets très concrets. Les derniers chantiers ont contribué à créer Regards2banlieue.tv, une télé web, dont l’idée a germé après les événements de novembre 2005. « Il y avait beaucoup de colère à l’époque. On voulait construire quelque chose à partir de là. On a donc créé ce site interactif, un outil pour faciliter l’expression des jeunes. »

Les films ou documentaires produits par les chantiers d’insertion viennent alimenter le site. « On a eu beaucoup de sujets sur le thème de la solidarité, mais pas que ça. Des choses très variées, sur l’international aussi… », résume Gabriel Gonnet. Le prochain chantier démarre en janvier.

« On va pouvoir accueillir seize jeunes dans nos nouveaux locaux.»

« On va pouvoir accueillir seize jeunes dans nos nouveaux locaux. Ça va créer de l’effervescence », se réjouit-il, en montrant les tables de montage qui occupent l’une des salles dont dispose l’association.

La Cathode anime également des ateliers de réalisation ouverts aux associations de quartier, ou aux groupes scolaires, encadrés par des professionnels. Les œuvres qui en sortiront seront diffusées dans les quartiers, dans les établissements scolaires, mais aussi dans des salles de cinéma (le Ciné 104 à Pantin, l’Écran…) « Pour l’instant, nous n’avons pas encore d’ateliers à Saint-Denis. Si des gens veulent en monter, qu’ils nous contactent. Du côté des jeunes, il y a une forte demande, une vraie cinéphilie », constate Gabriel Gonnet.

Les films produits par l’association sont voués à être publiés sous forme de DVD. Il existe déjà un catalogue de plus de 35 titres qui regroupent deux grandes collections?: La collection Un film pour en parler est née en 1992 à partir de films destinés au public adolescent, avant d’évoluer vers le documentaire, avec un travail de recherche et d’immersion sur le terrain. Bille en tête, collection dirigée par Roland Moreau, s’interroge sur le changement social que les équipes croisent dans le cadre des productions. « C’est une collection plus ouverte sur les thèmes politiques. »

Lauréat de « Regards jeunes sur la banlieue »

Plusieurs DVD viennent de sortir?: Cicatrices, un film sur la résilience, et Mémoires de vie, un documentaire qui interroge les lieux de la Shoah en Seine-Saint-Denis?: Drancy, mais aussi Bobigny, Pantin… Et bientôt sortira le film qui vient d’obtenir le Premier prix du Festival Regards jeunes sur la cité?: « Cela s’appelle Au fond des yeux, c’est un très beau film, entièrement sans paroles, très cinématographique », analyse Gabriel Gonnet.
« Tous nos films sont disponibles ici même, nous avons un espace boutique où les gens peuvent venir les acheter. Et l’association est prête à accueillir les projets des Dionysiens. »

Sébastien Banse

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur