En ville

L’académie Fratellini fait son cinéma

À l’initiative du Pôle audiovisuel du Nord parisien, des professionnels du cinéma viennent découvrir des sites potentiels en Seine-Saint-Denis. Première étape : les chapiteaux de l’académie dédiée aux arts du cirque.

Ce matin de novembre, l’académie Fratellini n’accueille pas des spectateurs ou des apprentis artistes. Ce sont des professionnels du cinéma qui se retrouvent sous le chapiteau. Une cinquantaine d’entre eux sont venus à l’invitation de la Commission du film de Seine-Saint-Denis pour participer à un Eductour, une visite de lieux de tournage potentiels. La Commission du film, animée par le Pôle audiovisuel du Nord parisien, organise pour la première fois cette formule sur trois sites différents du département.

Donner un coup de projecteur aux lieux d’exception

Pierre Quay-Thévenon reçoit les repéreurs à double titre, en tant que vice-président de Plaine commune et en tant qu’adjoint au maire de Saint-Denis en charge de la culture. « Je suis très heureux de vous accueillir ici. J’espère que vous trouverez des lieux qui vous donneront envie de revenir au cours de cette journée », annonce-t-il. « C’est l’occasion de donner un coup de projecteur sur les lieux d’excellence du département, loin de l’image attendue qu’on s’en fait », ajoute-t-il avant d’entraîner les visiteurs à la découverte de l’académie.

Les professionnels observent le petit chapiteau au décor marocain, la grande halle, qui accueille ordinairement les stages pour enfants et les ateliers d’amateurs, les studios de répétition de plusieurs centaines de mètres carrés, et enfin le clou de la visite, le grand chapiteau : une capacité de 1500 personnes, une piste de 16 mètres de diamètre démontable, une fosse de 3 mètres de largeur qui court sous la piste... Les repéreurs se renseignent sur les tarifs de la location, s’inquiètent du bruit du RER, tout proche. Nathalie Nogret, la responsable commerciale, les rassure : « Nous avons déjà tourné des séquences pour la télévision, fait des concerts de musique classique... » Puis la troupe reprend le chemin du car qui doit les emmener vers deux autres sites : le musée de l’air au Bourget, puis l’ancien hôpital psychiatrique Maison-Blanche de Neuilly-sur-Marne.

Ramener des tournages qui n’auraient pas été prévus en Seine-Saint-Denis

« On connaissait des photos du chapiteau, mais pas les studios de répétition, confie un des repéreurs. Cela ouvre d’autres possibilités. » « C’est ce genre d’idées nouvelles que nous cherchons à susciter par ce genre d’initiatives, analyse Stephan Bender, de la Commission du film de Saint-Denis. Cela permet de faire connaître des lieux de tournage potentiels par le bouche-à-oreille à l’intérieur de la profession, et de ramener ainsi des tournages qui n’auraient peut-être pas été prévus ici. » Et de conclure : « Pour les prochains Eductour, je pense qu’on se concentrera sur une seule ville, de manière à limiter les déplacements. Saint-Denis pourrait être un bon terrain de jeux pour les repéreurs. La ville a un potentiel énorme à mettre en avant, avec des lieux très différents, comme le couvent des Ursulines, mais aussi le quartier d’affaires du Landy. C’est une ville du passé autant que du futur. »

Sébastien Banse

ÉCLAIRAGE

Le Pôle audiovisuel du Nord parisien

La Seine-Saint-Denis attire de plus en plus le monde du cinéma. Les tournages se multiplient, les studios s’installent dans le département. Cette attractivité, dont la future Cité du cinéma de Luc Besson qui verra le jour dans le quartier Pleyel n’est que l’exemple le plus connu, doit aussi beaucoup aux efforts conjugués des élus et des responsables du cinéma au niveau des collectivités. L’outil utilisé pour ce faire s’appelle le Pôle audiovisuel - cinéma - multimédia du Nord parisien, créé en 2003 et soutenu par la Plaine commune et le département de la Seine-Saint-Denis. Cette association a pour vocation de contribuer au développement économique et social de l’industrie audiovisuelle sur le territoire du département.

« Le Pôle anime un réseau de collaboration qui compte une soixantaine de membres, aussi bien des entreprises et des universités que des laboratoires de recherche, ou encore des instituts de formation initiale ou continue », explique Malika Aït Gherbi, la directrice du Pôle. « Nous offrons des services à tous ces partenaires de manière à soutenir le développement territorial de la filière cinéma et multimédia, en favorisant les partenariats ou en conduisant des missions de conseil et d’expertise. » Cela passe notamment par la création d’outils de promotion et de diffusion des informations stratégiques : le site Internet, la création d’une base de données des entreprises présentes en Seine-Saint-Denis, les newsletters envoyées aux membres, ainsi que les « Rendez-vous du Pôle » dont la première édition aura lieu le 27 novembre.

S.B.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur