À la une En ville

Commerce
/ Julien Colas démissionne

Il a finalement décidé de rendre son tablier. Après deux mois d’atermoiement (1) en coulisse, Julien Colas, a signifié par mail mardi soir 20 novembre sa démission à Laurent Russier (PCF).
Julien Colas, maire adjoint au commerce démissionne
Julien Colas, maire adjoint au commerce démissionne

Le maire adjoint au commerce lâche non seulement sa délégation, mais aussi son mandat de conseiller municipal. Une décision mûrement réfléchie selon l’intéressé. « Je sais que mon départ met le maire dans une position un peu compliquée. Mais j’ai bien pesé le pour et le contre. »

Au cœur du divorce entre deux hommes qui s’estiment mutuellement : une différence d’appréciation quant à la temporalité de l’action politique. « Je regrette le départ de Julien Colas, assure Laurent Russier. Je considère qu’il faisait bien son boulot et que les dossiers commerce avançaient bien. Maintenant, il est peut-être trop impatient.» « Je reconnais être quelqu’un de pressé, qui parfois a du mal à comprendre que certaines choses prennent autant de temps, assume Julien Colas (maj.FDG). D’où une certaine lassitude sans doute. On me reproche de vouloir aller trop vite. Très bien. Mais en revanche quand je demande à dissocier, dans deux conseils municipaux, le bilan de la Maison du commerce et de l’artisanat (MCA) du vote de la subvention, on ne m’écoute pas et on me demande d’accélérer. »

Dans le détail, Julien Colas avait posé deux conditions à son maintien. D’une part la mise en place dans les plus brefs délais d’un dispositif de médiation sur l’espace public pour l’occuper et ainsi lutter contre les vendeurs à la sauvette. D’autre part l’ouverture de la halle du marché un samedi par mois. Cette ouverture supplémentaire permettrait notamment de récupérer auprès des marchands non sédentaires un manque à gagner pour la Ville de 143 000 €/an constaté depuis 2016.

Vers une expérimentation du marché un samedi par mois ?

Deux demandes auxquelles la majorité a répondu positivement selon le maire. « Le déploiement du plan de lutte contre les ventes à la sauvette se poursuit avec notamment une présence plus forte et permanente des équipes municipales sur le terrain. Nous aimerions cependant que les commerçants s’impliquent financièrement dans cette lutte. Concernant l’expérimentation d’un marché supplémentaire chaque mois dans la halle, nous sommes d’accord pour l’expérimenter à partir de 2019. Mais rien ne se fera sans avoir concerté les syndicats de marchands, Plaine Commune pour les questions de propreté et les riverains pour les nuisances. C’est un travail partenarial qui se lance. Si toutes les conditions sont requises on lancera l’expérimentation. »

Un argumentaire qui n’a visiblement pas complètement convaincu le désormais ex-adjoint au commerce. « J’ai entendu l’accord de principe, mais pour moi, au rythme où vont les choses, la faisabilité est compromise. Je pose la question : quelle est la feuille de route ? Récupérer 143 000 €/an au bénéfice des administrés comme j’étais en passe de le faire, ou en rester là ? On trouve toujours de bonnes raisons pour ne pas faire les choses. Peut-être que je bouscule trop, mais j’ai été élu pour ça. Sinon on n’a pas besoin de moi. ». 

Comment les deux hommes voient la suite des choses désormais ? « Ce n’est jamais très agréable quand un élu démissionne, concède Laurent Russier. Mais je remarque que Julien Colas, comme Slimane Rabahallah (maj.PSGE) auparavant (2),ne quitte pas la majorité pour l’opposition. Nous allons devoir trouver rapidement un nouvel adjoint pour cette délégation car le commerce reste une priorité du mandat. » Un premier mandat politique que maître Colas, avocat de profession, ne mènera donc pas au bout. « En 18 mois au commerce j’ai fait avancer beaucoup de sujets, comme précédemment dans ma délégation aux quartiers Saussaie-Floréal-Courtille et Allende. Mais je trouve aussi qu’on arrive à la fin du mandat et que nous sommes en difficulté. Il faut mettre les baskets et aller sur le terrain et pas juste courir en 2020. On doit faire vite et collectivement. » Parole d’ex.

Yann Lalande

  1. Peu avant le conseil municipal du 4 octobre, Julien Colas avait exprimé le désir de démissionner, et posé deux conditions à la poursuite de ses missions.
  2. L’élu a rendu sa délégation à la tranquillité publique et à la prévention le 31 mai. Il est désormais en charge de la politique de la Ville.

Réactions

Déjà respect. Il "bossait" sa délégation contrairement à tellement d'autres. Il aura très bien pu continuer à faire du vent, posait des questions en Conseil Municipal pour donner le change et ainsi continuer de percevoir ses indemnités ... "On trouve toujours de bonnes raisons pour ne pas faire les choses" dit Julien Colas ... Bein oui ... c'est la faute de l'Etat, c'est la faute à la Société, c'est la faute à Macron etc...
LA DEMISSION D'UN ADJOINT Cette affaire nous met mal-à-l'aise car nous n'avons pas tous les éléments pour se faire sa propre opinion...Nous ne pouvons donc qu' esquisser des hypothèses : cet adjoint a-t-il été bien épaulé par les services municipaux ? Comment travaillent ces derniers, quels sont leurs problèmes ? Le moment est venu d'ouvrir ce dossier ! Ecoutons le personnel communal ! Que faut-il changer ?
Bonjour. Curieuse façon de justifier sa démission... Le sujet de la MCA. Je cite : "Mais en revanche quand je demande à dissocier, dans deux conseils municipaux, le bilan de la Maison du commerce et de l’artisanat (MCA) du vote de la subvention, on ne m’écoute pas et on me demande d’accélérer." Quel est le rapport?? La MCA ne sert à rien à Saint Denis, c'est une façade qui empoche les subventions et qui n'agit pas pour les commerces à Saint Denis. Peut on faire le compte des subventions des 10 dernières années?? Comment une MCA agirait alors la variété des commerce est d'une pauvreté indigente. A du coiffeur et des sandwicheries, il y en a. Pourquoi ne veut il pas faire le bilan de la MCA? Est ce que son successeur le fera?? J'ai des doutes car en 4 ans, aucun bilan de la MCA. On arrive en fin de mandat et on comprends clairement qu'il prend position pour 2020... Mais avec qui??? Il est encore lucide... Il sent que la majorité est en difficulté sur son bilan (si on ose encore appelé cela un bilan). Donc, il cherche encore la bonne équipe pour être peut être premier adjoint. Oui on ne voit pas un démissionnaire revenir dans l'équipe municipale qui vient de quitter pour désaccord. On est à Saint Denis, la ville de tous les possible. Le retournage de veste est un sport en vogue dans la ville. Enfin, et Laurent Russier qui se félicite, encore et toujours, que Julien Colas reste dans la majorité. On se satisfait de peu dans cette majorité bancale.
Et Michel Ribay, il part bientôt ? Et Bagayoko ? Il ne restera bientôt plus que Messaoudene au conseil ! Et... Russier !
Il semblerait que le Président ou le Vice Président de la MCA aurait agressé violement un employé municipal ce matin au marché ... sous toutes réserves ... je ne sais pas si il y a un lien avec la démission de Julien Colas.
Depuis plusieurs mois Julien Colas s'interroge et fait des allés- retours. C'est un juriste et il est tres au fait des responsabilités qui pourraient être engagés dans le cadre de la gestion de la MCA. Car c'est cela qu'il met en cause. Rappelons que l'adjoint au Maire SIEGE au Conseil d'administration de la MCA, sa responsabilité pourrait se changer en complicité (subie ou intentionnelle) et son avenir professionnel serait entaché gravement.