En ville

Jules-Guesde conserve sa classe

Supprimée en début de semaine dernière, la classe de CM2 de cette école classée ZEP située en centre-ville est finalement maintenue.

vendredi 11 septembre, les parents d’élèves de l’école Jules-Guesde (lire JSD N°798, du 9 septembre 2009) ont appris par le truchement de l’inspection académique que la classe de CM2 initialement supprimée allait être maintenue, du moins à titre provisoire. Un retournement de manivelle confirmé définitivement lundi 14 et qui sera officiellement entériné lors d’une commission paritaire prévue en janvier. La levée de boucliers menée par les familles des élèves scolarisés dans cette école élémentaire, située rue du Corbillon, s’est donc avérée payante.

«c’est surtout la victoire de la logique»

Après une semaine de forte mobilisation – l’occupation pacifique du bureau de la directrice et la publication d’une pétition qui a recueilli une centaine de signatures – d’aucuns ne cachaient pas leur soulagement le verdict une fois rendu. « C’est une belle satisfaction d’avoir obtenu le maintien définitif de cette classe, a fait savoir Michel Cogne, militant FCPE, l’association de parents d’élèves qui fut au premier plan dans cette affaire. Mais je dirais que c’est surtout la victoire de la logique. » Logique de fait au regard de tous les motifs qui ne justifiaient pas la fermeture de cette classe. Au premier rang desquels, les effectifs. Cette année, 301 élèves y sont inscrits, or la suppression d’une classe ne peut être envisagée que si le nombre d’élèves ne dépasse pas 299 enfants.
D’autre part, 112 logements devraient être livrés dans le quartier d’ici un mois, attirant dans leur sillage un flot de nouveaux habitants et, par conséquent, de nouveaux élèves. « C’était de toute façon tout sauf le moment, s’exclame Daniel Mollier-Sabet, un autre parent d’élève, qui dirige la fédération au niveau de la ville. Jules-Guesde se trouve dans un quartier en proie à de grandes difficultés sociales, nul besoin de l’accabler encore plus. »

Risque de sureffectif

Pour Michel Cogne, le risque de voir une classe disparaître aurait inévitablement conduit à une situation de « doubles niveaux, lesquels sont contraires aux principes pédagogiques en vigueur. Avec 23 élèves par classe, l’équilibre parfait avait été trouvé, il suffisait qu’on supprime une classe pour être en sureffectif. »
En début de semaine dernière, David Proult, maire adjoint à l’enseignement, avait aussi fait part de son indignation dans les colonnes du Journal de Saint-Denis. « Les fermetures de classes vont pénaliser enfants et enseignants, avait-il déclaré. Elles ne tiennent pas compte de la réalité de ces écoles et n’anticipent pas toutes les prochaines livraisons de logements neufs. » Des propos croisés qui ont, depuis, manifestement été entendus.

Grégoire Remund

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur