À la une En ville

Témoignage
/ Jennifer Camara, victime de la Dépakine

Cette jeune femme de 33 ans porte au quotidien le poids des effets de la prise de Dépakine par sa mère. Maman de trois enfants, eux aussi touchés par ce médicament, elle a décidé de témoigner pour faire toute la lumière sur son cas et surtout, dit-elle, pour informer toutes les familles qui ignorent tout des conséquences de la prise de cet antiépileptique. Rencontre avec une mère courage.
Jennifer Camara et son plus jeune fils Soan.
Jennifer Camara et son plus jeune fils Soan.

« Je suis une enfant Dépakine. Alors qu’elle était enceinte de moi en 1985, ma mère s’est vue prescrire ce médicament en raison de crises d’épilepsie qu’elle avait faites. Elle ignorait tout du danger que représentait cet antiépileptique qui pouvait atteindre le fœtus et provoquer de graves dommages. Avant moi, et avant que n’apparaissent ces crises d’épilepsie, elle a mis au monde trois enfants, mes trois sœurs qui n’ont aucun problème de santé. On m’a raconté qu’à ma naissance, j’étais cyanosée et que présentant un état de manque, on m’aurait injecté un médicament pour me sevrer.

Toute petite, j’étais fragile et souvent malade. À 4 ans, j’ai eu ma première greffe de tympan. Aucun lien n’a été fait alors par les différents médecins avec la prise de Dépakine. En 2015, âgée de 29 ans, je fais un malaise cardiaque et suis mise en arrêt maladie. La même année, en regardant dans l’émission Sept à huit le témoignage de Laurence Blanchard, je comprends enfin ! Après vingt ans de prise de Dépakine, celle-ci a enfin compris pourquoi ses trois enfants étaient gravement malades. J’ai tout de suite fait le lien entre la prise de Dépakine de ma mère et mon état. Tout s’est alors enchaîné très vite. Je contacte l’Apesac.

Aujourd’hui, je souffre de troubles du rythme cardiaque et fais des malaises à répétition. Je suis très fatiguée. Je suis atteinte d’une dysmorphie faciale au niveau du maxillaire inférieur et ai été reconnue malentendante à 50 %. J’ai refusé d’être appareillée, je me suis habituée à mon état, je verrai plus tard, dans quelques années.

LIRE AUSSI : Les parents-Depakine dénoncent un scandale sanitaire

 

Maman de trois enfants

Les trois enfants que j’ai eus, avant 2015, c’est-à-dire avant de prendre connaissance des effets de la Dépakine, ont tous les trois des problèmes de santé. Mon plus grand (14 ans) est atteint de scoliose avec inégalité de longueur de jambes. Petit, il était malade et a subi des opérations pour des hernies inguinales. S’il est très réservé, il bénéficie comme sa sœur et son petit frère d’une précocité intellectuelle. Tous les trois ont des problèmes de motricité fine. Et en raison de dyspraxie et de dysgraphie avec des difficultés de concentration, ils sont accompagnés chacun en classe d’une AVS.
 

Se battre pour ses droits

Aujourd’hui, j’ai été mise, à 33 ans, en invalidité totale, après avoir enchaîné trois ans d’arrêts maladie depuis 2015. Si, j’ai appris à vivre avec ce que j’ai, je veux faire valoir mes droits et ceux de mes enfants. Je me bats avec l’association pour la reconnaissance de notre statut de victimes de la Dépakine. Mais la constitution du dossier est plus que complexe : on me réclame des documents de 1985, l’année où ma mère a commencé à prendre de la Dépakine. Je n’ai pas ces documents. Les premiers que je possède datent de 1987 : ils attestent que ma mère a pris ce médicament depuis 1985. C’est un peu compliqué…

Déléguée départementale de la Seine-Saint-Denis de l’Apesac, je me bats pour informer les familles mais aussi les médecins et toutes les structures comme les PMI, car il y a potentiellement énormément de victimes dans notre département. »
 

Propos recueillis par Claude Bardavid

Pour contacter l’Apesac : jennifer.camara@apesac.org

Réactions

Un exemple de femme et de maman exemplaire!!! Bravo pour ton combat, pour ton courage.
Des medecins savaient ! Mon épouse en prenait et son traitement a été remplacé par un autre médicament c était en 1992 nous avons deux charmantes filles qui sont jeunes femmes maintenant
Bravo madame de votre comba pour faire entendre vos droits. Je suis moi-meme epileptique. Je prend de la depakine en dose assez massive. Peut-etre que mes problemes viennent de la. J'en parlerais a mon neurologue. En tout cas merci de partager votre experience.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur