Portrait

Jean-Matthieu Fourt : artiste indépendant

Parler de lui, c’est pas trop son truc. Clown, comédien, metteur en scène, Jean-Matthieu Fourt s’exprime sur scène, sur ses pratiques artistiques, mais sur lui, bof. Né en 1967, môme de banlieue ouest à l’enfance banale, il se passionne pour l’informatique, fait partie de l’aventure des start-up du début des années 80, s’amuse à fabriquer des jeux vidéos. Une vie d’ingénieur, dont il a le diplôme, se profile à un horizon nivelé. Une vilaine chute de moto va tout chambouler. Sept opérations et un an plus tard, Jean-Matthieu (avec deux t, il y tient) décide de faire du théâtre à la place du service militaire dont il est réformé. « J’en avais fait un peu et j’avais envie d’approfondir la question », dit-il de sa voix douce qui cache une belle énergie. Il fréquente quelques mois durant une école de théâtre, puis fonde dans la foulée, avec ses complices Gilles Ostrowsky et Sophie Cusset, la compagnie Octavio. Compagnie basée à Saint-Denis, à l’Harmonie municipale et qui, dix-huit ans plus tard, spectacle après spectacle, poursuit sa belle aventure.
« Au départ, nous faisions des spectacles de clowns, un peu naïfs. Il y a là une énergie de jeu qui me fascine, dans un rapport direct avec le public. » Petit à petit Octavio évolue, devient plus déjanté, se dote d’un humour de sales gosses jouissifs, « où il y a le cul et la mort », qui détonne et qui cartonne. Jean-Matt, comme on l’appelle, raconte mais ne se met pas en avant. Il vit la vie qu’il s’est choisie, en accord avec ses valeurs et ses idées. « J’ai toujours voulu être indépendant. »
À Saint-Denis depuis 1996, où il débarque au hasard des rencontres chez l’ami Cédric Simonot, il achète deux ans plus tard avec une bande de décorateurs un vaste bâtiment rue Gisquet. « À l’époque, c’était pas cher, sourit-il. Un ancien garage. Mais au début du XXe siècle, c’était une salle de bal, le Bal Gisquet, qui accueillait une harmonie municipale. » Le nom est tout trouvé : ce sera, et c’est toujours, l’Harmonie municipale, qu’il a voulue « structure de fabrication de spectacle indépendante ». Il y aménage deux salles de répétition où il accueille des compagnies et fait, entre autres, travailler les acteurs de la Fabrique de Macadam, qu’il met en scène.
Il revendique avec force le fait de travailler avec des amateurs. « La refondation du théâtre passera par eux ! Il y a aujourd’hui un hiatus entre la culture et la population. Les amateurs peuvent être par leur diversité sociale un double levier, sur scène et dans la salle. » Mais attention, prévient-il, il ne s’agit pas d’animation ou de « socio-cu ». Jean-Matt devient alors intarissable. Sur le besoin universel d’art ; sur les formes alternatives émergentes ; sur l’incapacité des structures institutionnelles à aider les gens à s’en emparer ; sur le brassage des pratiques artistiques… À peine s’il prend le temps d’évoquer ses projets, avec Octavio, un cabaret avec des circassiens et des musiciens… Une vie en forme de lutte, de fidélité à une conception de l’art, et de plaisir, avant tout de plaisir.

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur