Cultures

Jean Bellorini : « L’obsession de faire un théâtre populaire »

Depuis le 1er janvier, il est le nouveau directeur du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis. À 32 ans, le metteur en scène, qui avait présenté ici même avec succès en 2010 Paroles gelées, d’après Rabelais, annonce ses intentions.
Jean Bellorini, rencontré au TGP en décembre 2013
Jean Bellorini, rencontré au TGP en décembre 2013


Le JSD: Pourquoi avez-vous fait acte de candidature à la direction du centre dramatique national-TGP ?

Jean Bellorini: J’ai toujours travaillé en troupe, avec ma compagnie Air de lune. Cette fidélité dans le travail est liée au lieu où l’on est implanté. Ce sera le cas au TGP. J’ai déjà eu une expérience de résidence ici, notamment à travers des actions avec des scolaires. Et Paroles gelées est un souvenir marquant et fondateur. Ce lieu est chargé, aussi bien du point de vue historique qu’émotionnel.


Le JSD : Quel est votre parcours ?

Jean Bellorini : J’ai découvert le théâtre à l’école, puis au lycée, en participant à des ateliers. Puis j’ai intégré comme chanteur la troupe des Gavroches. Ce fut très formateur. Après le lycée, j’ai suivi l’école Claude Mathieu. Ce fut une rencontre forte. Lorsque j’en suis sorti, en 2002, j’ai tout de suite enseigné dans ce cours. La transmission, la pédagogie, la mise en scène étaient devenues pour moi une évidence. C’est à ce moment nous avons fondé la compagnie Air de lune. Nous avons notamment monté Opérette imaginaire, de Valère Novarina, à la Cité internationale, Tempête sous un crâne, au Théâtre du Soleil, Paroles gelées et, tout récemment à l’Odéon, La Bonne âme du Se Tchouan, de Brecht, que nous présenterons au TGP en janvier 2015. J’ai aussi été en résidence au TGP et à Toulouse où j’ai vu de l’intérieur ce que gérer une maison comme cela signifie, en terme artistique, mais aussi de production et de management.


Le JSD : Que souhaitez-vous développer ?

Jean Bellorini : Nous avons toujours créé nos spectacles grâce aux précédents. En tournant, ils nous permettent d’autogérer nos productions et d’alimenter la suite. C’est, je pense, un fonctionnement sain pour une troupe, que je veux appliquer au théâtre comme modèle économique : le TGP va récupérer le répertoire de la compagnie, qui devient production du CDN. Nous aurons, lors de ce mandat de trois ans, trois artistes associés : Jean-Yves Ruf, Bertrand Bossard et le collectif In Vitro dirigé par Julie Deliquet. Et, bien sûr, nous allons continuer à accueillir des spectacles, dont plusieurs par des artistes étrangers. Je souhaite aussi donner une priorité aux jeunes artistes en développant l’activité de recherche autour de l’acteur.


Le JSD : À quel public voulez-vous vous adresser ?

Jean Bellorini : J’ai l’obsession de faire un théâtre populaire au sens noble du terme. Un théâtre accessible à tous et lisible à plusieurs niveaux, avec un souci d’équilibre entre le contemporain et le classique. Un théâtre qui rassemble des gens différents, qui mélange les publics. Nous allons lancer des actions pour amener les gens au théâtre mais aussi en direction du public qui n’ose pas franchir ces portes mais qui doit avoir accès à la culture. Chaque année, nous monterons une production légère qui tournera dans différents lieux, dans les quartiers, pour amener le théâtre chez eux.


Le JSD : Et le jeune public ?

Jean Bellorini : Nous allons bien sûr poursuivre Et moi alors ? et faire, dans ce cadre, une création par an. Dès cette saison, nous menons une action avec des jeunes de plusieurs villes, dont Saint-Denis, pour monter un spectacle, L’Attrape cœurs, de J.D. Salinger, qui sera présenté en juin.


Le JSD : Comment percevez-vous Saint-Denis ?

Jean Bellorini : Comme un mélange de cultures. On le voit chaque matin, en remontant la rue de la République ! Tous les grands courants artistiques sont nés de rencontres culturelles. Le TGP doit être en lien avec ce contexte. D’ailleurs, avec Bertrand Bossard, nous allons dès cette saison créer une visite « déguidée » de la ville…


Le JSD : Et que pensez-vous de l’outil TGP ?

Jean Bellorini : C’est un rêve d’arriver dans un théâtre sain, grâce à Christophe Rauck, qui possède quatre salles très différentes qui seront toutes utilisées. Il y a tout pour faire de ce théâtre une fourmilière explosive pour élever l’Homme…

Recueilli par Benoît Lagarrigue


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur