@ vous

Contre la destruction du B7 à Franc-Moisin
/ Je ne veux pas recommencer une nouvelle vie ailleurs

Nom ou initiales: 
Pascale

Je m’appelle Pascale. Je suis arrivée à la cité à l’âge de 11 ans. Je me souviens qu’il y avait encore les bidonvilles et l’usine pour construire le reste de la cité au bâtiment 3.

Maintenant j’en ai 59 (ans). Vers l’année 2016, voilà qu’un projet d’urbanisme arrive avec des plans pas définitifs mais parlant de démolition de bâtiments et d’escaliers de la cité à l’initiative de monsieur BRAOUEZEC Patrick : directeur de Plaine Commune, et de monsieur le Maire Laurent Russier : président général de Plaine Commune Habitat. Pour que l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) débloque l’argent nécessaire pour la réalisation de ce projet, il faut des destructions..

Ces destructions j’en fais partie.. Ce plan a pour but de désenclaver la cité, de faire des nouvelles rues (déjà existantes !) et de faire venir d’autres personnes à Saint-Denis. Ce plan a été fait sans concertation définitive des habitants de la cité. Donc, me voilà obligée de partir de chez moi, de ma cité, de ma famille : car en 48 ans (ou un peu plus) j’ai fait connaissance de plein de gens avec qui j’ai grandi, j’y ai élevé mes enfants. Tous ces gens sont devenus eux aussi ma famille et j’entretiens de très bons contacts et rapports.

J’ai connu des gens comme moi, j’ai vu les familles se former, les enfants grandir avec les miens, enfin les parcours de vie de plusieurs générations. J’ai vu des gens mourir, dont ma mère. Mon père, âgé de bientôt 84 ans, y vit toujours et je m’occupe de lui car il est en fauteuil roulant : ménage, courses, visites chez le médecin, laver le linge, enfin tout ce qui lui permet de vivre encore de bons et beaux moments au coin de sa vie.

Et voilà les JO 2024 et le Grand Paris qui pointent leur nez ! Alors il faut accélérer les travaux pour faire un nouveau Saint-Denis. Cela veut dire nous faire partir dans d’autres banlieues et villes et construire de nouveau logements, mais pas assez de logements sociaux pour reloger tous les habitants voulant rester, car nous sommes considérés comme des « petites gens », moins instruits et pas à la hauteur de cette nouvelle ville de Saint-Denis.

Et voilà 48 ans et demi qui s’envolent en fumée, en poussière, plus de vie ! On m’arrache de chez moi, sans penser aux conséquences psychologiques d’abandonner ma vie de presque un demi-siècle et de laisser tout cela derrière moi. Je dois donc recommencer une nouvelle vie ailleurs sans avoir rien demandé et cela, je ne le veux pas !

Avec cette petite histoire, j’aimerais faire appel à tous les gens de la cité pour nous soutenir dans notre mouvement pour ne pas détruire une partie de la cité et supprimer nos vies.

Joignez-vous à nous, aidez-nous, soutenez-nous car ma vie et celle des autres locataires concernés ne doivent pas disparaître à coups de pelleteuse et de bulldozers…

Merci !

Pour vous investir à Franc-Moisin, vous pouvez écrire à l’association APPUII à cette adresse : associationappuii@gmail.com (https://appuii.wordpress.com/2019/06/11/petite-histoire-dune-locataire-d...)

Contre la destruction du B7 à Franc-Moisin

Réactions

ces habitants sont méritants. Ils sont restés solidaires malgré les conditions difficiles d'habitat dans des logements sociaux. Honte à ceux qui veulent les expulser !

C'est un peu fort de café quand meme.
Je ne dis qu'il n'est pas douloureux de voir son logement démoli dans un projet de rénovation urbaine mais vous comprenez que le problème de certaines cités (et il y en au) ne se règlent pas avec une nouvelle couche de peinture et de réamenagement des voies (ou autres parcs...), c'est dailleurs ce que les autorités ont fait depuis des décennies. Le résulat ? des concentration de "pauvres" dans des quartiers de plus en plus communautaisés, qui sapent le "vivre ensemble", ou les non-pauvres ont fui, très souvent des blancs (et aussi des enfants d'imigrés qui bien qu'ayant vécu dansces quartiers ne souhaitent pas y faire vivre ses enfants).
Apres c'est au cas par cas, mais pardonnéz moi, certains quartiers ont d'abord besoin de démolitions sinon ça restera des ghettos !
Pour info, j'ai vécu dans des cités et je les ai vu changé.
D'ailleurs, les villes qui n'ont pas construit de hlm (dans des proportions raisonnées) DOIVENT construire !! S'il y a des ghettos pauvres, c'est aussi qu'il y a des ghetto pauvres.
Si voitre quartier fait parti des "ghettos", pensez vous qu'il faille le garder tel sans demolitions aucunes ??

Il me semble que le projet de réaménagement des Francs Moisins n'a rien à voir avec les JO mais tout avec la délinquance endémique qui règne dans ce quartier et désespère ses habitants, rendant impossible une vie familiale tranquille et le vivre ensemble, vous êtes clairement une exception.

ça sent le discours du groupe REVE à plein nez...
Entretenir les ghettos, la misère, la délinquance..pour continuer leur business

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur