En ville

Histoires vraies en scène

Mardi 10 juin, les onze comédiens amateurs ayant participé à l’atelier ont joué les scénettes, inspirées de faits vécus, autour des violences domestiques.

« On va jouer ces histoires une première fois comme au théâtre. La deuxième fois qu’on les jouera, la parole est à vous : au moment où vous pensez qu’on peut agir autrement, vous allez dire stop. Il n’est pas besoin d’avoir une grande idée. Un mot peut suffire à faire bouger les choses, comme dans la vie. » Ce mardi 10 juin, dans les locaux de Rencontre 93, structure d’éducation spécialisée, Sarah Guenoun explique à un public d’une quarantaine de personnes le mode d’emploi du spectacle de théâtre forum qui va être joué ce soir-là. Cette comédienne de la compagnie NAJE allait ensuite céder la place à une troupe amateur de onze personnes, des femmes surtout. Voilà six mois qu’avec une autre comédienne de NAJE elle conduit auprès d’elles, dans le quartier Pierre-Sémard, un atelier de théâtre forum, qui touche à présent à sa fin. Après les séances de travail hebdomadaires, entre soi, à l’école Roger-Sémat, c’est le regard des autres que ces amateurs vont affronter pour la première fois, avec « quatre histoires vraies ». Des histoires vécues par plusieurs participants de l’atelier, mais que ces narrateurs n’ont jamais interprétées eux-mêmes. Telle était la règle. Celle qui ouvre le programme n’en est que plus impressionnante.
« Il y a des scènes un peu dures », prévient d’ailleurs Sarah Guenoun. Elles sont trois, deux sœurs et leur mère. Dès qu’elle arrive à la maison pour sitôt repartir au théâtre, la cadette, collégienne, est abreuvée d’insultes par son aînée. Celle-ci lui enjoint d’exécuter sa part de tâches ménagères. La petite sœur persiste à vouloir sortir. Les coups pleuvent. Elle résiste encore et encore, quand un couteau est brandi sous son nez par l’aînée, que la mère sitôt rentrée va cogner à son tour. Comment enrayer cette violence familiale ? Une première main se lève parmi les spectateurs, puis une autre pour jouer une petite sœur surtout attachée au dialogue, et qui faute d’y parvenir composera le 119, numéro d’urgence pour enfance maltraitée.
Drame familial plus douloureux encore, l’inceste est au cœur de pas moins de deux histoires, dont le pivot est également une cadette, collégienne. Des trois sœurs de cette famille éclatée, elle seule a été épargnée par le père, absent, dont elle se refuse à admettre le crime, et les années de prison. Elle veut le rejoindre pour les vacances, malgré ce qu’en dit la mère, qui vient de rompre le silence. Dans un autre récit, c’est une adolescente, victime de son frère aîné, qui des années plus tard, s’emploiera à briser le secret qui l’étouffe. Dans une dernière histoire, touchant à la question des familles recomposées, c’est un homme, avare de son argent, dont sa compagne, mère d’une fillette, va tester les sentiments. « Quand on joue, on pense très fort à la personne dont c’est l’histoire. On a la responsabilité de ne pas faire n’importe quoi avec l’histoire des gens », confie Patricia, une institutrice, très convaincante dans un registre dur et même violent, étranger à son tempérament « plutôt cérébral ».
Les quatre récits, qui avaient été sélectionnés parmi une dizaine, ont également été joués à l’école Roger-Sémat. Proposé par la démarche-quartier, avec le soutien de l’association de prévention Canal et le Contrat urbain de cohésion sociale, l’atelier donnera une dernière représentation, le mardi 24 juin à 19h, à la maison de quartier de la Plaine (120, avenue du Président-Wilson).
Marylène Lenfant

AUtre article

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur