Cultures

Théâtre Gérard-Philipe
/ Georges Lavaudant d’un bout à l’autre

Le centre dramatique dionysien rend hommage au grand metteur en scène contemporain Georges Lavaudant avec deux de ses œuvres qui ont vu le jour à 37 ans d’intervalle.
Le Rosaire des voluptés épineuses mis en scène par Georges Lavaudant clôturera la saison théâtrale du TGP.
Le Rosaire des voluptés épineuses mis en scène par Georges Lavaudant clôturera la saison théâtrale du TGP.

Pour clore sa saison 2018-2019, le TGP a souhaité inviter le metteur en scène Georges Lavaudant pour présenter deux de ses spectacles. Homme de théâtre essentiel depuis plusieurs décennies, Georges Lavaudant fut tour à tour codirecteur du Centre Dramatique National des Alpes, directeur de la Maison de la Culture de Grenoble, codirecteur du TNP de Villeurbanne, de l’Odéon-Théâtre de l’Europe de 1996 à 2007 et depuis les années 1960, il est l’auteur d’innombrables mises en scène qui ont compté dans l’histoire du théâtre contemporain.

À Saint-Denis, il présente du 16 au 20 mai deux spectacles : La Rose et la hache, d’après Richard III de William Shakespeare, adapté par Carlo Bene, et Le Rosaire des voluptés épineuses, de Stanislas Rodanski. C’est en 1979 que Georges Lavaudant crée La Rose et la hache, avec son complice Ariel Garcia Valdès. C’est l’un de ses plus fameux spectacles, qui tourne à travers le monde et qu’il reprend fréquemment depuis quarante ans. La pièce raconte l’histoire de Richard, duc de Gloucester, dont l’ambition à devenir roi est incommensurable, jusqu’à la tromperie, l’imposture, le meurtre, avec une ingéniosité et une brutalité sans limite. Carmelo Bene a adapté l’œuvre de Shakespeare en en éliminant toute la complexité historique pour plonger dans l’esprit machiavélique d’un homme prêt à tout pour parvenir à ses fins. Avec Ariel Garcia Valdès dans le rôle de Richard, Georges Lavaudant a voulu pénétrer dans la chambre mentale de cet homme qui, au-delà du monstre de duperies et de leurres, a calculé, planifié de manière finalement totalement théâtrale, sa prise de pouvoir.
 


Une langue ardente et onirique

C’est en 2016 que Georges Lavaudant a créé Le Rosaire des voluptés épineuses, de Stanislas Rodanski. Né en 1927, mort en 1981 dans un hôpital psychiatrique où il fut interné vingt-sept ans, soit la moitié de sa vie, Stanislas Rodanski fréquenta après-guerre André Breton et les surréalistes et vécu une existence chaotique et agitée, ponctuée de tentatives de suicides, de vagabondages, d’emprisonnements pour consommation de drogues notamment. À sa mort, il laisse une œuvre à la fois fragmentaire et flamboyante, dont Le Rosaire des voluptés épineuses apparaît dans un recueil de ses textes, Des Proies aux chimères, publié en 1983, comme la plupart de ses œuvres, après sa mort. La langue de Rodanski y est ardente et onirique, oscillant entre fantasmes et bribes autobiographiques de sa déportation en Allemagne en 1944. Tout comme avec La Rose et la hache, Georges Lavaudant s’attache à entrer dans l’espace mental de l’auteur, ou du personnage, entre rêve et terreur.

À près de quarante ans de distance, ces deux créations témoignent de la quête infinie du metteur en scène.
 

Benoît Lagarrigue

La Rose et la hache, d’après Richard III de William Shakespeare, mise en scène de Georges Lavaudant, du 16 au 20 mai au TGP (59, boulevard Jules-Guesde), salle Roger-Blin, jeudi, vendredi, samedi, lundi à 21h, dimanche à 19h. Durée : 1 h.

Le Rosaire des voluptés épineuses, de Stanislas Rodanski, mise en scène de Georges Lavaudant, du 17 au 19mai au TGP (59, boulevard Jules-Guesde), salle Roger-Blin, vendredi et samedi à 19h, dimanche à 15h. Durée : 1h15. Tarifs : 6€ à 23€. Billets couplés les 17, 18 et 19mai. Réservations : 0148137000; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur