À la une En ville

Mouvement social
/ Franprix: premier succès après la grève

Les employés du magasin Franprix de la rue de la République se sont mis en grève pour défendre leurs conditions de travail.
Pétition pour soutenir les gérvistes de Franprix
Pétition pour soutenir les gérvistes de Franprix

Les portes du Franprix de la rue de la République ont été fermées samedi 4 juin. Les personnels du magasin étaient en grève pour défendre leurs conditions de travail.

« Ca n’arrête pas de se dégrader. », témoigne Annick, qui travaille au Franprix depuis 15 ans. « On n’a pas de vêtements chauds pour travailler, alors que c’est un congélo là-dedans. On est fliqués tout le temps, il y a des caméras jusque devant la porte de notre vestiaire. Il faut voir l’état des vestiaires et de notre salle de pause… On n’a pas une machine à café, on a dû acheter un micro-onde nous-mêmes. Dans le magasin, on est souvent en sous-effectif, il faut faire la mise en rayons, la caisse, et surveiller les clients. »

 « Les salaires n’augmentent jamais », ajoute Anissa, une des déléguées du personnel. La section syndicale SUD-Solidaires a été formée parmi les employés du magasin en avril 2015. « La direction n’a d’abord pas voulu reconnaître les délégués du personnel, avant d’y être contrainte huit mois plus tard », explique Anissa.

Des salariés ont saisi les prud’hommes à propos du non-respect des temps de pause, de la rémunération des heures supplémentaires, et de la réglementation du travail le dimanche. « Le tribunal nous a donné raison en janvier 2016, mais l’employeur n’a rien fait », déplore la déléguée syndicale. Le tribunal prud’hommal a été saisi de nouveau. « Tout est prétexte à tricherie », souffle une caissière. 

Dans ce climat, douze sur les treize employés du magasin ont décidé de se mettre en grève reconductible ce week-end. « On vient d’avoir la DRH au téléphone, elle a exigé qu’on reprenne le travail avant de négocier avec nous », dit Anissa. Les grévistes n’ont pas cédé. Devant le magasin, en plein milieu de la rue la plus fréquentée de la ville, de très nombreux passants s’arrêtent pour signer la pétition en faveur des employés du magasin et contribuer à la caisse de grève.

La détermination des salariés a porté ses fruits, puisque la direction a finalement proposé dans l'après-midi un protocole d'accord qui prévoit une meilleure rémunération le dimanche et le remplacement des personnels en cas d'absence. Des négociations devraient également s'ouvrir sur la question de l'augmentation des salaires. Dans ces conditions, annonce l'Union locale Solidaires-Sud, les employés du Franprix ont accepté de reprende le travail.

 


Réactions

Bravo et Solidarité
Ca vaut le coup de se bagarrer, la preuve. Bravo à elles!
quand je dis qu'il ne faut pas se laisser faire et agir.bravo,e32 espérant que les promesses seront tenues car moi j'ai appris à n croire que ce que je vois.