À la une En ville

Mouvement social
/ Franprix: premier succès après la grève

Les employés du magasin Franprix de la rue de la République se sont mis en grève pour défendre leurs conditions de travail.
Pétition pour soutenir les gérvistes de Franprix
Pétition pour soutenir les gérvistes de Franprix

Les portes du Franprix de la rue de la République ont été fermées samedi 4 juin. Les personnels du magasin étaient en grève pour défendre leurs conditions de travail.

« Ca n’arrête pas de se dégrader. », témoigne Annick, qui travaille au Franprix depuis 15 ans. « On n’a pas de vêtements chauds pour travailler, alors que c’est un congélo là-dedans. On est fliqués tout le temps, il y a des caméras jusque devant la porte de notre vestiaire. Il faut voir l’état des vestiaires et de notre salle de pause… On n’a pas une machine à café, on a dû acheter un micro-onde nous-mêmes. Dans le magasin, on est souvent en sous-effectif, il faut faire la mise en rayons, la caisse, et surveiller les clients. »

 « Les salaires n’augmentent jamais », ajoute Anissa, une des déléguées du personnel. La section syndicale SUD-Solidaires a été formée parmi les employés du magasin en avril 2015. « La direction n’a d’abord pas voulu reconnaître les délégués du personnel, avant d’y être contrainte huit mois plus tard », explique Anissa.

Des salariés ont saisi les prud’hommes à propos du non-respect des temps de pause, de la rémunération des heures supplémentaires, et de la réglementation du travail le dimanche. « Le tribunal nous a donné raison en janvier 2016, mais l’employeur n’a rien fait », déplore la déléguée syndicale. Le tribunal prud’hommal a été saisi de nouveau. « Tout est prétexte à tricherie », souffle une caissière. 

Dans ce climat, douze sur les treize employés du magasin ont décidé de se mettre en grève reconductible ce week-end. « On vient d’avoir la DRH au téléphone, elle a exigé qu’on reprenne le travail avant de négocier avec nous », dit Anissa. Les grévistes n’ont pas cédé. Devant le magasin, en plein milieu de la rue la plus fréquentée de la ville, de très nombreux passants s’arrêtent pour signer la pétition en faveur des employés du magasin et contribuer à la caisse de grève.

La détermination des salariés a porté ses fruits, puisque la direction a finalement proposé dans l'après-midi un protocole d'accord qui prévoit une meilleure rémunération le dimanche et le remplacement des personnels en cas d'absence. Des négociations devraient également s'ouvrir sur la question de l'augmentation des salaires. Dans ces conditions, annonce l'Union locale Solidaires-Sud, les employés du Franprix ont accepté de reprende le travail.

 


Réactions

Bravo et Solidarité
Ca vaut le coup de se bagarrer, la preuve. Bravo à elles!
quand je dis qu'il ne faut pas se laisser faire et agir.bravo,e32 espérant que les promesses seront tenues car moi j'ai appris à n croire que ce que je vois.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur