À la une En ville

Conseil municipal
/ Foncièrement indispensable

Le conseil municipal du 27 juin a acté la création de la Société d’économie mixte (SEM) à vocation foncière « Saint-Denis Commerces », avant d’être interrompu à 1h10 du matin faute de quorum.
Local commercial en attente de commercialisation, quartier de la gare
Local commercial en attente de commercialisation, quartier de la gare

Il restait 16 affaires à traiter quand les élus sont venus à manquer. 1h10 du matin, Hervé Borie (opp.PS) et Philippe Caro (opp.FDG-non inscrit), emboîtant le pas à d’autres élus, quittent la salle du conseil, obligeant de fait le maire à mettre fin à une séance démarrée six heures plus tôt. Les élus ne sont plus suffisamment à siéger (ils doivent être au moins 28). La fin de l’ordre du jour sera réexaminée mardi 2 juillet (19h). Et cette fois, quorum ou pas, le conseil ira à son terme.

L’épisode 1 de cette séance à rallonge s’était ouvert sur la très attendue création de la foncière commerce. Pour Didier Paillard (maj.FDG), rapporteur de l’affaire en tant que conseiller municipal délégué au commerce, ce nouvel outil intègre une stratégie plus globale de redynamisation du centre-ville. Un outil singulier dont peu de collectivités sont dotées, et qui doit assurer le développement d’une offre commerciale diversifiée et attractive selon l’ancien maire. 

LIRE AUSSI : Didier Paillard : « L’objectif est d’améliorer la qualité commerciale »
 

Foncière opérationnelle en octobre

Les objectifs assignés à ce nouvel instrument de politique publique, dont le coût de mise en œuvre s’élève à 36 000 € pour la Ville, sont ambitieux en effet. Acquisition de 83 rez-de-chaussées commerciaux (les murs uniquement) à l’horizon 2028 pour une surface de près de 7 000 m2 et un portefeuille d’actifs de 14,7 millions €. La méthode, si elle est onéreuse, se veut efficace. Concrètement, en se portant acquéreuse de cellules commerciales via cette SEM, la Ville s’offre l’opportunité de choisir l’activité qu’elle y installera.

La foncière « Saint-Denis Commerces » qui sera opérationnelle le 1er octobre concentrera son action sur la rue Péri (de la Porte de Paris à la place du 8-Mai-1945) et la rue de la République. Afin d’amorcer la pompe, 19 cellules commerciales, appartenant déjà à la Ville mais confiées jusque-là à PCH, vont intégrer le portefeuille d’actif de la foncière. Cette dernière va donc percevoir des recettes locatives dès son premier mois d’existence. Une manne qui va abonder sa trésorerie. L’objectif ensuite est de réaliser trois à quatre acquisitions par an sur une base de 1 300 à 1 800 € le m2. L’idée étant, une fois bien installée (6 ans), de revendre l’activité au prix de 2 300 € le m2 afin de pouvoir financer de nouvelles acquisitions.

Qui dit SEM dit actionnariat. Avec 65% des parts et un apport de 2,3 millions € au capital, la Ville est majoritaire. Suivent la Caisse des dépôts (25,5% des parts et 1,2 million € d’apport), la société Cristal (5% et 200 000 €), la société Alan Peters (2,5% et 125 000€), la compagnie de Phalsbourg (1%, 50 000 €) et Icade (1%, 50 000 €). Un pacte d’actionnaires traduit dans les instances de « Saint-Denis Commerces ». 8 des 12 sièges au conseil d’administration seront occupés par des élus dionysiens. Des élus pas tout-puissants cependant. Certaines décisions impliquant au moins un vote favorable d’un actionnaire privé. Le dispositif est complété par une assemblée générale, un comité technique d’engagement, un comité d’analyse des preneurs de bail, et d’un comité de consultation citoyenne. 

LIRE AUSSI : Les enseignes de fringue se font la malle
 

Diversité commerciale

Si Rabia Berrai (opp.PS) reconnaît l’utilité de l’outil mais regrette sa mise en place tardive, l’élu d’opposition considère que l’attractivité commerciale d’une ville dépend aussi de son environnement, pointant les problèmes d’insécurité et de propreté. Mêmes arguments chez Ferdinand Nino (maj.PSG) qui juge l’outil bon d’un point de vue stratégique mais estime que l’argent ne fera pas tout en matière de politique commerciale. La concurrence des centres commerciaux et du commerce en ligne ainsi que la dégradation du cadre de vie sont des adversaires redoutables pour le conseiller municipal. Patrick Vassallo (maj.REVE-Insoumis) soutient lui sans réserve le principe mais juge les modalités de mise en œuvre sujette à caution. Le processus de décision n’apporte pas assez de garanti à la Ville pour l’ancien élu au commerce.

Kader Chibane (maj.EELV), en dépit de cet accouchement tardif, continue de soutenir l’outil sans craindre une éventuelle minorité de blocage des actionnaires privés et en reconnaissant au contraire le besoin d’expertise sur la question. David Proult (maj.FDG) juge pour sa part normal que pour de telles sommes l’on prenne son temps. Le maire adjoint voit dans ce vote la volonté de ne pas se résigner face à une dynamique de marché défavorable à la diversité commerciale. La SEM va permettre de déroger aux règles de marché pour pouvoir apporter la preuve que d’autres commerces ont leur place en centre-ville au côté des pépites qui sont déjà là.

Sur la première délibération concernant la création de la foncière, le PS, Béatrice Geyres, Patrick Vassallo et Bally Bagayoko (maj.REVE-insoumis) se sont abstenus ; le reste du groupe REVE-insoumis a voté contre. La deuxième délibération relative aux instances de gouvernance a vu Philippe Caro, Michel Ribay (maj.EELV-non inscrit) et le PSG voter contre et le groupe REVE-Insoumis s’abstenir.

Yann Lalande

A venir sur lejsd.com : positions des élus sur le plan d’équipements publics du village olympique

Réactions

Cette initiative est intéressante en ce qu'elle permettra, peut être, de freiner les installations frénétiques et à fort loyer de marchand de vêtement et autres produits bas de gamme, fonds que les commerçants concernés se revendent "en circuit fermé". Même chose pour les coiffeurs-bars clandestins-animateur de rue... Mais, car il y en a un et de taille, un commerce ne vit que s'il a des clients. C'est tout le problème que rencontre un commerce dit de qualité, car la clientèle potentielle pour ce type de commerce, est a Saint Denis bien petite. Même si cette vielle compte plus de 100 000 habitants, on peut raisonnablement considérer qu'il y a (ou qu'il n'y a pas plus de) 20 000 à 25 000 clients potentiels pour des commerces "de qualité". A cela il faut ajouter l'environnement, l'image.... qui font que les candidats pour ce type d'activité ne vont pas se bousculer. C'est bien d'avoir des locaux, mais tant que rien ne bougera, il y a fort à parier que beaucoup de locaux resteront vide.
Si une nouvelle majorité voit le jour en mars 2020, une des premières disposition sera de dissoudre cette SEM ... si statutairement c'est possible car il peut y avoir une minorité de blocage des actionnaires comme le CDC ! Dissoudre parce que cette SEM ne sert à rien ... https://www.lejsd.com/content/fonci%C3%A8rement-bizarre-d%E2%80%99autant-plus-qu%E2%80%99%C3%A9trange
Bonjour. La SEM n'a pas été voté REVE et Ball Bagayoko... Et tous le monde a trouvé ce conseil municipal normal. C'est quoi cette majorité? Des élus ont été évincé pour moi que cela. Concernant la foncière, la majorité municipale se fourvoie dans des dispositifs "usine à gaz à prix démesuré" pour un résultat annoncé médiocre. Elle se trompe de combat. S'il n'y a pas de commerces de qualité, c'est que la population a juste les moyens d'acheter des produits de mauvaise qualité. Et notre champion du commerce, le chantre du bon vivre à Saint Denis, se gargarise encore une fois de promesses qui ne seront jamais tenues. Croire un seul instant que les commerces de qualité vont s'installer alors que le centre ville est un taudis à ciel ouvert, c'est vraiment prendre les habitants pour des imbéciles. Encore une fois le PSG dit la vérité. C'est l'environnement dégradé qui empêche les commerces de qualité de s'installer. Enfin, c'est le syndrome du pompier pyromane cette majorité. Pendant des années, elle a favorisé l'installation de marchand de sommeil, de syndic véreux à cause de prix bas, et ensuite elle se demande pourquoi le commerce de qualité fuit la ville. Et ensuite on crée cette foncière pour donner le change. Saint Denis, ville riche, mais peuplé de pauvre.... Encore et toujours.
Enième gadget ! Brigades de "nuit", brigades "vertes", SEM, clocher de la Basilique,... Coûteux et inutiles !! Et l'incompétent mais inoxydable Paillard toujours aux commandes, si l'on peut dire... Au fait où en est cette étude sur la diversité dionysienne confiée à une spécialiste de l'écriture cunéiforme !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur