À la une Cultures

Enquête Inch’Allah
/ Fabien Truong : « L’islamisation, ça ne veut rien dire »

Pour aller plus loin, après la publication de notre article « Une compil' de préjugés » au sujet du très médiatisé ouvrage « Inch’Allah, l’islamisation à visage découvert » de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, le JSD a interrogé Fabien Truong, sociologue et professeur agrégé à l’université Paris 8. Un entretien qui met les faits en perspective.
Fabien Truong, sociologue et professeur agrégé à l'université Paris 8. Il est l'auteur de Loyautés radicales, l'islam et les "mauvais garçons" de la nation, publié en 2017 aux éditions de la Découverte.
Fabien Truong, sociologue et professeur agrégé à l'université Paris 8. Il est l'auteur de Loyautés radicales, l'islam et les "mauvais garçons" de la nation, publié en 2017 aux éditions de la Découverte.

Le JSD : Quel est votre ressenti sur cette enquête menée par 5 apprentis journalistes du CFJ sous la direction des journalistes d’investigation, Gérard Davet et Fabrice Lhomme ?

Fabien Truong : La manière dont est aujourd’hui posé le débat est dérangeante. Cette enquête collecte et collectionne une succession d’observations de manière assez impressionniste. « L’islamisation », qu’est-ce que c’est ? Cela ne veut rien dire, et cette notion dans l’ouvrage n’est pas définie. En plus, il y a l’idée sous-jacente que « l’islamisation » augmenterait. Mais pour l’affirmer, il faudrait faire une étude historique et comparative et nous dire comment c’était « avant » par rapport à maintenant… Et de quel « avant » parle-t-on ? C’est sûr qu’avant la colonisation et les vagues d’immigrations qui ont suivi, la population musulmane en France était bien moins importante qu’aujourd’hui. Mais est-ce que c’est bien cela, cette visibilité accrue de l ’islam dans certains quartiers, « l’islamisation » ?

Quand on fait une enquête, il faut préciser de quoi on parle, définir un objet. L’ouvrage ne dit pas grand-chose du phénomène qu’il est censé étudier, c’est-à-dire : la nature de la présence de l’Islam dans les quartiers et la façon dont elle orienterait le quotidien des habitants. Que cette religion soit plus importante en Seine-Saint-Denis que dans le 15ème arrondissement, ce n’est pas un scoop. C’est même logique, voire mécanique. On sait que sont concentrées dans les quartiers populaires où il y avant tout de la ségrégation sociale et urbaine, des populations immigrées qui sont arrivées à partir des années 1950, 1960, d’anciennes colonies, de pays qui sont en grande partie de confession musulmane. Donc oui, il y a un tableau avec une présence plus visible de l’Islam dans les quartiers populaires. Mais si c’est cela qui dérange, pourquoi ça dérange, qu’est-ce qui dérange et qui ça dérange ? L’ouvrage n’a pas l’intention de mettre ces problèmes, très réels et très concrets, en perspective. 
 

Politisation de l'Islam
 

Le JSD : Dans la préface, les journalistes définissent le terme « islamisation ». Ils utilisent celle du dictionnaire Larousse : « c’est l’« action d’islamiser », c’est-à-dire de « convertir à l’islam », et/ou d’« appliquer la loi islamique dans divers secteurs de la vie publique et sociale ».

Fabien Truong : Mais là encore, que veut dire islamiser, que veut dire convertir ? Il s’agit là de la question du prosélytisme, voire de l’intolérance religieuse – deux problèmes qui ne se recoupent d’ailleurs pas entièrement. C’est un vrai sujet – et il faut s’en inquiéter - car il existe bien du prosélytisme religieux en banlieue, dans les quartiers mais comme il existe aussi du prosélytisme religieux dans d’autres lieux. Quand vous mélangez la question de la viande halal, la pratique du ramadan, les misogynie, la question de comment on s’habille, de l’éducation théologique, de l’idéologie islamiste, de quoi on parle ? Je dirais que le sujet de Inch’Allah, c’est plutôt, les signes ostensibles d’une appartenance religieuse qui tend à déborder dans l’espace public, donc la question de la politisation de l’islam et non de « l’islamisation ».

Et là, il y a, à mon sens, deux questions différentes à poser : a) pourquoi la religiosité, notamment chez les jeunes, s’affichent plus dans l’espace public que pour les générations précédentes pour qui cela renvoyait plus au domaine du privé ? b) est-ce qu’il se développe en parallèle un système de valeurs portée par cette religion qui enferment les individus dans une contre-société hostiles aux valeurs de liberté, égalité et fraternité ? Donc il y a la publicisation de la religiosité d’un côté et la tentation d’un contre-modèle politique de l’autre : deux choses différentes. Mais dans ce livre, ce ne sont pas les situations ni les vies vécues qui intéressent mais de collecter des données illustratives. Il aurait été possible de faire un livre totalement inverse, du type bisounours, si la commande avait été de célébrer le « vivre ensemble » et de collectionner des situations montrant que tout va bien en banlieue et que des gens venant d’horizon différents et devant affronter tout un tas de problèmes matériels sont solidaires (et que la religion peut aussi être une ressource pour ce faire !). C’est aussi une certaine forme de réalité et on pourrait aller ne chercher que des témoignages qui vont dans ce sens. Il y en a plein, et si on les cherche on va aussi les trouver.


« Ce livre nous dit peu sur les banlieues » 
 

Le JSD : Dans Inch’Allah, aucun historien ou sociologue n’est interrogé concernant ce « phénomène d’islamisation » dans le 93. Sur le site Arrêts sur image, un des journalistes d’investigation explique d’ailleurs, que les chercheurs se font « des nœuds au cerveau ». Qu’en pensez-vous ? 

Fabien Truong : Je pense que tout cela traduit un peu le mépris d’une partie de la profession journalistique pour les sciences sociales. Et pourtant, le journalisme d’investigation et la sociologie sont des métiers qui sont très proches. Il y a toute une histoire commune, aux États-Unis notamment. Tout se passe comme si les sociologues étaient des naïfs, des idéologues qui disent que dans les banlieues, il n’y a pas de problèmes. Comme si expliquer, c’était toujours excuser. Dans mon dernier livre {ndlr : Loyautés radicales - L’Islam et les mauvais garçons de la nation}, le lecteur a le nez dans les thématiques de la violence, de la délinquance masculine, des violences que les jeunes de quartiers se font subir les uns les autres, ce dont on parle peu. J’aborde aussi la question de l’attrait pour le fondamentalisme et de ce que j’appelle l’imaginaire politique flottant de Daech, mais aussi comment des chemins de rédemption quand on est longtemps plongés dans la délinquance sont rendus possibles aussi à travers l’entrée la religion, un phénomène récurrent. Si on prenait la peine de lire ce livre, on verrait qu’il est tout sauf angélique. Ca n’est pas se faire des noeuds dans la tête que d’apporter de la nuance et de contextualiser des données. Mais si on suit cette équipe, « un fait », c’est une parole ou une observation collectée sans contexte.
 

Le JSD : Le projet d’enquête est dirigé par deux journalistes d’investigation mais ce sont des apprentis journalistes qui sont allés sur le terrain. En tant que sociologue, quel est votre sentiment sur cette méthode ?

Fabien Truong : Cette forme de sous-traitance correspond aussi à des pratiques qui existent parfois dans le monde universitaire et que j’estime problématiques. Lorsqu’on travaille de cette manière, cela signifie très souvent qu’on a déjà une thèse qu’on veut simplement illustrer. Des personnes reconnues envoient de jeunes entrants faire le « sale boulot » à leur place, faire des entretiens, rencontrer des gens et puis derrière on récolte seulement ce qui illustre une thèse. Par ailleurs, ce projet est aussi présenté comme une leçon d’enquête et de journalisme avec un côté très ambivalent. De grands reporters font la leçon à leurs propres étudiants. Ces étudiants sont qualifiés à la fois d’apprentis, qui ne connaissent pas bien leur métier et qui vont apprendre sur le tas (ils ne sont pas payés, n’apparaissent pas sur la couverture).

En même temps, les journalistes qui les dirigent disent que ces jeunes apportent des « faits », donc que ce sont des professionnels. Ils jouent en permanence sur l'ambiguïté. Le geste d’aller sur le terrain, dans ce livre, c’est d’envoyer des jeunes gens pendant quelques après-midis poser des questions avec, en tête, l’idée qu’on travaille sur « l’islamisation ». D’ailleurs, on constate qu’un certain nombre de personnes interrogées dans le livre rapportent aujourd’hui à quel point leurs paroles ont été sorties de leur contexte. Enquêter, c’est au contraire un chemin où les questions se transforment au fur et à mesure que l’on apprend aussi à se défaire des premières intentions. De ce point de vue, c’est très beau d’être un apprenti ! Il suffit de lire par exemple Voyage de classe du sociologue Nicolas Jounin, où des étudiants de Paris 8 apprennent à enquêter dans des quartiers bourgeois pour s’en convaincre. 


« Pour la presse, la banlieue, c'est le monde des autres »
 

LE JSD : Vous avez été professeur dans plusieurs établissements de la Seine-Saint-Denis, dont le lycée Paul-Éluard de Saint-Denis. Ce genre d’enquête peut-il selon vous, encore plus mettre à mal l’image des banlieues populaires ?

Fabien Truong : Ce livre nous dit peu sur les banlieues et beaucoup du champ de production d’un certain discours journalistique. En ce moment, il y a une petite succession de livres qui viennent d’être publiés sur les quartiers populaires, faits par des journalistes insistant sur le fait qu’ils sont de grands reporters. Une partie de la presse semble avoir tellement accepté que la banlieue c’était le monde des autres que pour faire un travail de fond, le gage c’est d’envoyer des gens qui ont été dans des conflits lointains, qui sont experts de terrains dangereux alors que ces journalistes parisiens ne font juste que traverser le périphérique. Et il y a cette idée que c’est le même type de journalisme. On va dans des univers inconnus, à priori hostiles et le job c’est d’aller à la pêche aux informations cachées. Ce que je comprends tout à fait quand on est dans une situation de guerre, dans un pays étranger. Je pense vraiment que ce livre nous dit beaucoup plus de l’état de la presse face à ces questions de banlieue. Et parce qu’au fond, la question-réponse de « Inch’Allah », c’est : “Est-ce que ce sont des zones en sécession ou pas ?” Et est-ce que l’islam est le nom de cette sécession ? Cette question est-elle pour autant ce qui guide l’expérience ordinaire des individus ?

LE JSD : Pour en revenir à l’Islam, vous admettez qu’il y a un problème avec cette religion dans les quartiers. C’est un sujet sur lequel vous vous êtes penchés dans votre dernier livre Loyautés radicales, lorsque vous parlez de jeunes qui se convertissent à cette religion.

Fabien Truong : Pour le rapport à l’Islam, j’ai travaillé dans ce livre sur des trajectoires longues de garçons. Il y a effectivement une publicisation et une politisation de l’islam, notamment chez les jeunes qui ont un passé délinquant très important, car c’est une façon pour eux de se transformer, d’avoir une image positive de soi-même, d’en finir avec une certaine forme d’individualisme, de retrouver une forme de collectif imaginé et de retourner le stigmate quand ce qu’on véhicule avant toute chose, c’est la haine de soi. Au début, la religion est investie de ce point de vue-là, et de manière excessive, mais la norme, c’est quand même de mettre progressivement « de l’eau dans son vin ».

Cependant je le répète, parler « d’islamisation », ça ne veut rien dire, à part faire des amalgames. Encore une fois, je ne suis pas dans l’angélisme. Il y a de vrais sujets problématiques : je ne les « admets » pas, je les constate. Mais je vais prendre un exemple, celui des personnes qui réclament des carrés musulmans dans les cimetières. Qu’est-ce que ça raconte ?  Si on s’inscrit dans la démarche du livre de Davet et Lhomme, c’est assez simple : des gens voudraient avoir des carrés musulmans et se mobilisent sur cette question, cela veut dire que l’islam gagne du terrain jusque dans les cimetières et qu’il y a « islamisation » ! On pourrait pourtant dire l’inverse en posant le sujet en terme « d’intégration ».
Pour toute une génération, il y avait le mythe du retour au pays, les gens avaient émigré, ils pensaient que ce serait temporaire, qu’ils allaient retourner mourir dans le pays où ils étaient nés. Et là, vous avez des gens qui demandent à mourir en France avec des coutumes funéraires qui appartiennent à leur histoire. Mais est-ce que ce n’est pas le signe d’intégration le plus profond à la nation française, de vouloir mourir sur le sol national. Avoir acté “on va mourir ici”, c’est aussi avoir acté que la France, c’est son pays. On peut complètement retourner l’argument ! Qu’est-ce que ces gens disent vraiment quand ils demandent un carré musulman ? Dans une démarche impressionniste, ceci serait utilisé comme un argument à charge, un « fait qui ne fait pas de nœud au cerveau ». Simple, basique.

 

Propos recueillis par Yslande Bossé

Réactions

Etre prof. en socio et anthropo à Paris VIII et énoncer « l’islamisation çà ne veut rien dire » ! J’ai beau vous côtoyer à longueur d’années, vous êtes toujours aussi hilarants. Faites un micro trottoir, vous aurez des réponses au lieu d'ergoter sur la sémantique !
Je n'ai rien compris. Merci de sous-titrer pour être accessible aux classes laborieuses.
Messieurs les élites, continuez à prendre les gens pour des imbéciles et vous vous réveillerez un matin, comme au Brésil, avec un pouvoir que vous n'aurez pas voulu. N'importe qu'elle personne qui aurait silloné les rues de Saint-Denis dans les années 1980-1990 et qui reviendrait maintenant s'apercevrait de la manifestation visible de l'imposition de l'Islam dans l'espace public, barbes islamiques accompagnant l'accoutrement "jupe" + baskets de marque américaine, voiles de toute sortes du fichu sur la tête au voile intégral (au mépris de la loi), produits Hallal dans les grandes enseignes de distribution, ... qui sont le lots quotidiens de nos rues et qui n'existaient pas il y a 20-30 ans.
Je complète mon commentaire précédent. J’ai critiqué le JSD pour son premier article sur le sujet. Ici, il s’agit d’un bon interview sans trop de complaisance dans les questions posées. Consulter un prof de Paris VIII était également une bonne idée, le campus étant justement un microcosme, un laboratoire in vivo de l’islamisation : les génitrices de l’indigénisme à la française sont des profs en socio de P8, des cours magistraux en amphi, toujours en socio, où les 2/3 des étudiantes présentent à ces cours sont voilées, des grafitis anti-blancs, antisémites etc. c’est toujours à P8 (des plaintes ont d’ailleurs étaient déposées). Après qu’un prof en socio à P8 puisse dire « l’islamisation cela ne veut rien dire » cela démontre (une fois de plus) que tous ses profs en socio vivent dans un monde parallèle accessible qu’aux membres de leur confrérie.
Peut-être que cet enseignant, avant de tenir des propos aussi peu crédibles, aurait pu lire quelques spécialistes compétents sur ce sujet et en particulier : « Essai sur l’islamisation. Changements des pratiques religieuses dans les sociétés musulmanes » de Mohamed Cherkaoui.
Fabien Truong, ça t'arrive de penser que tu serais plus utile à l'usine des fois ?
Fabien Truong est un ancien prof du 9.3 qui a fondé sa "notoriété" sur la défense de l'islam en France et ne cesse de justifier la violence des racailles. Il a été signataire en septembre dernier du manifeste de 150 personnalités de gauche en faveur des migrants ... Quel objectivité et quel crédit peut-on accorder à ce gauchiste ?
Mais avant toute chose, "sociologue" et "professeur agrégé", qu'est-ce que c'est ? (ironie) Cette longue interview ne change absolument rien au constat d'islamisation du 93. L'Islam est la religion dominante de ce département dans beaucoup d'aspects de la vie. Point barre. Le livre qui fait actuellement scandale enfonce des portes ouvertes. Son seul problème est que les choses soient dites haut et fort au lieu de se murmurer dans nos salons à demi-mots. Et désolé, mais suite aux évènements récents, dans mon esprit, tout ce qui sort de Paris VIII a désormais zéro crédibilité. J'ai pourtant fait l'effort de lire Fabien Truong. Et il ne m'apporte rien sur le sujet de l'islamisation.
Je suis assez d'accord avec le premier commentaire et on aimerait poser la question suivante: donc? Étant obligé de fréquenter ces lieux et ces personnes, il me semble que le vivre ensemble est une utopie qui se termine toujours mal. cet article parle de la forme, ergote sur le fond, se contorsionne, évite de répondre et l'auteur se félicite de lui même et veut réussir à montrer que les choses sont plus complexes, nuancées que cela..... très bien, so what? Je suis chargé de la politique publique que fais-je d'un tel article? Rien parce que l'auteur ne dit rien, ne montre rien. Bref il veut simplement montrer qu'il est plus fin, que son regard est analytique ... ok pour quoi faire? Je demanderais bien à l'auteur de stopper son onanisme verbal. Les sociologues perdent toute légitimité à dire c'est plus compliqué que cela, moi j'ai compris, vous vous êtes resté sur l'écume des choses. Parfait, continuez comme cela vous ne servirez à rien sinon à desservir la sociologie
Non Mr le sociologue, vouloir être enterré dans un cimetière français à l'intérieur d'un carré musulman, c'est définir une frontière entre "eux" et "nous". Une démarche d'intégration consisterait à accepter que sa pierre tombale soit mêlée à celles des autres. Donc , voyez vous "l'argument" n'est pas facilement "retournable" même pour un agrégé...
L’insécurité est un leurre. La baisse du pouvoir d’achat, une mystification. Les bouleversements climatiques, une vue de l’esprit. La souffrance animale, de la propagande. D’ailleurs, la terre est plate et en Océanie les habitants marchent sur la tête.
Passionnant entretien, dont la lecture est malheureusement rendue difficile par les très nombreuses fautes d'accord qui l'émaillent. Dommage.
Ben non, les carrés musulmans ne témoignent nullement d'une intégration, mais bien d'une islamisation : cela veut dire qu'on refuse d'être mélangés avec les autres, et que sa religion a plus d'importance que la loi républicaine, laquelle interdit les carrés confessionnels.
L'islamisation existe bel et bien dans la société civile. en se rapportant aux 2 définitions du dictionnaire LAROUSSE: 1) Convertir à l'islam, c'est le cas des parents musulmans qui souhaitent que leurs progénitures embrassent l'islam ou des non musulmans qui se convertissent à un certain islam, là rien à redire. Nota: je ne pense pas qu'il y est un prosélytisme de conversion à l'islam sur des non musulmans en FRANCE comme c'est le cas dans les pays très pauvres du monde arabe. 2) Appliquer la loi islamique dans divers secteurs de la vie publique et sociale: Là effectivement il y a une interférence socio-culturelle entre le monde musulman et la société civile laïque régie par les lois de la république. Cette interférence est fonction du degré de prosélytisme social de certains musulmans dits intégristes. Actuellement il y a bien un amalgame entre islamisation (définitions du dico) et un impérialisme socio-politique islamique qui s'identifie par une oppression culturelle et physique et par le refus d'accorder l'être aux non musulmans en pratiquant l'intolérance des idées des autres. Cet impérialisme islamique génère actuellement un populisme religieux anti "humanisme occidental" et racisé anti "blanchité culturelle". Hors via la démocratie directe de terrain qui prime toujours sur la démocratie parlementaire, nous pourrions assister à l'apparition d'un nouveau fascisme religieux qui serait la conséquence de la dramatisation de ce populisme nauséabond, une dramatisation activée par des leaders charismatiques cautionnés par des médias et des partis politiques misant sur des populismes de toutes sortes pour arriver au pouvoir.
J'ai acheté ce livre pour me faire une idée plus précise sur la polémique concernant celui-ci. Malheureusement, je retrouve assez bien décrite la réalité de nos villes et plus précisément de notre département. Je suis arrivé en Ile de France en 2008 sur Aubervilliers. J'habite aujourd'hui dans le quartier de la Plaine, et j'ai vu la transformation du nord du département en véritables guettos. Où est le vivre ensemble, où sont nos valeurs communes ? On vit les uns à coté des autres mais en échangeant de moins en moins. Que nos élus et sociologues (aussi) de Saint Denis ou Aubervilliers regardent en face ce qui se passent dans nos quartiers, dans les transports en communs, qu'ils écoutent les conversations des habitants, leurs exaspérations, qu'ils se rendent de la dégradations des conditions de vie. Est-il normal des jeunes de moins de 15 ans souvent trainer dans les rues jusqu'à minuit parfois. Que font les parents, dernièrement un parent m'a fait remarqué que cela se passe comme cela à Bamako, au Mali (ce dont je doute fortement !). Je suis un citoyen de gauche, mais je suis fatigué de cette mollesse coupable face à cette menace juste pour des raisons bassement électoralistes.
J'avais visité PARIS VIII en lutte en juin 2018, par nostalgie de mai 68, que j'ai vécu en tant que post-soixante-huitard. J'ai constaté que cette université était passé en cinquante ans de la lutte des classes à la lutte des races via la montée d'un populisme "anti blanchité culturelle" et d'un racisme "anti blanc" projeté par des tags sur les murs. Ce qui m'inquiète c'est qu'aucun intellectuel représentant la société civile que ce soit dans le monde politique , de l'éducation et des médias n'ose s'opposer à ces nouveaux populismes dits racisés . Ah oui « surtout pas de vagues » !!!!! « à la fin , nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemies , mais du silence de nos amis » signé Marthin Luther King
Bonjour Petit article bien pensant avec une université proche de la municipalité actuelle. Continuer de fermer les yeux... Croire que Saint Denis est phare, comme récemment entendu, et on verra des mecs d’extrêmes droites arriver au pouvoir. La République n'existe que sur la parvis de la mairie. Elle a bien disparue ailleurs.
Encore un type qui ne connait rien à l'islam et aux musulmans qui vient nous raconter sa science, qui vient inventer des revendications aux musulmans, alors qu'on lui a jamais rien demandé. Inventer des revendications, comme la piscine pour musulmans, un carré de cimetière à part..etc Le but est de braquer les extrémistes de droites contre les musulmans pour que jamais ils ne se parlent. L'islam n'a pas de hiérarchie, pas de clergé..donc où allez-vous chercher ces revendications? Maintenant comme le préconise les Tarik Ramadan et autres (logé par une association à St-Denis) créer un islam politique pour mieux manipuler cette population, serait le but recherché par ces gauchistes infantilisant.
le "spécialiste" de l'Islam Fabien Truong, mentor de Braouezec et donc de Russier peut-il nous expliquer autrement que par une épidémie de grippe,... le nombre grandissant de femmes qui portent un masque chirurgical souvent noir ?
Comme d'habitude dès qu'un article essaye de rendre la complexité du sujet de l'islam en France, les commentaires sont bombardés de trolls d'extrême droite qui ne disent pas leur nom (ou se font appeler Mourad, la bonne blague) On n'avancera pas sur un sujet aussi complexe en prétendant le résumer d'une phrase lapidaire, merci aux chercheurs rigoureux de Paris 8 et d'ailleurs qui aident à penser ce qu'il se passe en France.
Je voudrais compléter une phrase d'@Abdel qui me semble importante sur les pseudos "revendications" des musulmans. Dans leur immense majorité, les musulmans ne revendiquent rien du tout au nom de leur religion : ni des "carrés musulmans" dans les cimetières, ni des "piscines non mixtes", ni des commerces "hallal" etc.etc.etc. ils ne revendiquent rien du tout. ! Ceux qui "revendiquent" (mais en réalité, ils ne revendiquent pas ...ils testent la République !) ce sont les islamistes radicaux, politiques, mais en pourcentage des musulmans, ils ne pèsent pas grand chose ... par contre ils sont très présents sur les réseaux sociaux.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur