À la une En ville

Au coin de la Une
/ En avril la police se défile

Faute de budget, les délégués à la cohésion police population (DCPOP) de Saint-Denis ont été invités à ne pas travailler en avril.
Faute de budget, les délégués à la cohésion police population (DCPOP) de Saint-Denis ont été invités à ne pas travailler en avril.

« Je vous annonce que je serai absent tout le mois d’avril. Reprise probable de mon activité au mois de mai. À bientôt au revoir. » C’est le message que peuvent entendre depuis le début du mois les correspondants de Pierre Hertzel, l’un des quatre délégués à la cohésion police population (DCPOP) de Saint-Denis (1). Ces derniers ont été invités par leur hiérarchie à ne pas travailler en avril faute de budget. Un paradoxe alors que le dispositif « quartier de reconquête républicaine » vient d’être mis en place à Saint-Denis avec un maître mot : proximité.

Le plus souvent policiers retraités ou réservistes, les DCPOP ont vu le jour en Seine-Saint-Denis au lendemain des émeutes de 2005 dans le but de retisser le dialogue avec les habitants. Avec le temps, par leur capacité à désamorcer des tensions ou à récolter des informations, ils sont devenus des agents incontournables de la sécurité dans certains quartiers. Mardi 9 avril, dans une question écrite adressée au ministre de l’Intérieur, le député de la deuxième circonscription Stéphane Peu a demandé la sanctuarisation du financement des postes de DCPOP. Premier élément de réponse en mai.

(1) Centre-ville, Plaine, quartiers nord et Franc-Moisin, disposent d’un DCPOP