À la une En ville

Mesures sur la sécurité
/ Du renfort sur le papier

Le centre de supervision urbain (CSU) sera installé d’ici « un à deux mois » rue Catulienne, à l’emplacement de l’actuel conservatoire. © Yann Mambert
Le centre de supervision urbain (CSU) sera installé d’ici « un à deux mois » rue Catulienne, à l’emplacement de l’actuel conservatoire. © Yann Mambert

Il faudra attendre encore avant de voir la montée en puissance de la police municipale (PM) promise par Mathieu Hanotin. Jeudi dernier, le conseil municipal (CM) a acté la création de 26 postes à la PM : 22 agents, 3 chefs de brigade et 1 directeur de police. Le maire a promis l’arrivée de ces renforts avant «la fin de l’année ». Un objectif « idéal » mais « difficile » à atteindre, tempère Brahim Chikhi, maire adjoint aux finances. À noter que cette augmentation d’effectif n’est pas encore inscrite au budget de la Ville, estimée à environ un million d’euros par une source.

LIRE AUSSI : Hanotin déploie son plan sécuritaire

Théoriquement, ces renforts porteraient les effectifs de 62 actuellement à 88 agents, sauf que la police dionysienne est déjà en sous-effectif. Selon nos informations, sur les 62 postes ouverts, uniquement 45 sont pourvus. Pour atteindre son objectif de 88 agents, la municipalité devra donc recruter 43 policiers municipaux. M. Hanotin a promis d’en avoir 120 « le plus rapidement possible ». En attendant, le nouveau maire poursuit le renforcement des gardes de l’espace public (GEP). Depuis janvier 2019, ces agents luttent spécifiquement contre la vente à la sauvette. Selon un rapport, ils sont aujourd’hui 28. L’extension des horaires de nuit concernera les policiers du Groupe de soutien et d’intervention (GSI) et les GEP. Les agents du GSI travailleront du lundi au samedi jusqu’à 2h du matin (contre 22h au plus tard). Quant au GEP, ils travailleront du lundi au samedi jusqu’à minuit (contre 20h30). La délibération ne fait pas mention du dimanche.

Selon nos informations, les policiers et les GEP sont amenés à finir plus tôt ce jour-là. Équipés depuis début 2018 de pistolets à impulsion électrique, les policiers municipaux seront munis d’armes de poing de calibre 9mm et de flash-ball. « Les agents travaillant sur la tranche horaire 16h-2h du matin seront prioritaires dans l’attribution de ces armes », indique le rapport municipal. La délivrance du port d’arme par la préfecture prend en moyenne huit mois, est-il précisé. Les policiers seront donc équipés d’armes létales courant 2021 au plus tôt. À noter que la Ville veut également s’équiper d’un drone.

Un centre de supervision urbain

Le centre de supervision urbain (CSU) sera installé d’ici « un à deux mois » rue Catulienne, à l’emplacement de l’actuel conservatoire, a indiqué le maire. Coût de l’installation : 206 200€. Ce CSU sera ouvert «7 jours sur 7 sur la base des horaires d’ouverture » de la PM. Le maire promet « le plus rapidement possible » l’installation de 150 caméras dans la ville, contre 88 aujourd’hui. Quant à la brigade canine, la municipalité veut à terme se doter de « six chiens de défense ». Ces animaux ne pourront pas être utilisés dans la recherche de stupéfiants, alors que Mathieu Hanotin en avait fait un engagement lors des municipales afin de lutter contre « le tourisme de la drogue ». « C’est interdit dans la loi », tacle David Proult (PCF).

Aziz Oguz

Réactions

il ne s'agit pas seulement de budgétiser mais aussi de recruter ; les candidatures potentielles sont assez assez volatiles d'une ville à l 'autre ! Or il n'y a pas pléthore de candidats à l' examen de recrutement et donc la ville risque de recruter au mieux le fond du panier donc ceux que personne ne veut ! St Denis vaut mieux que cela !
On dirait que cela réjouit M. Proult qu'on ne puisse pas lutter contre le trafic de drogue à l'aide de chiens. Proximité idéologique avec les dealers ?
Horta écrit : " on dirait que ...'' Avant de taper sur votre clavier d'ordinateur ce 'on dirait que ' / qui veut tout dire et rien dire à la fois / , modifiez la loi Un article de presse - compte rendu bref et précis !!
Il a fallut du temps pour détruire une ville, il en faudra surement plus pour la reconstruire. Ca sera dur et pénible. Mais nécessaire vu la poubelle que Laurent Russier et ses équipes ont fait de Saint Denis. Des années de laxisme ou tous le monde venait chier sur la ville avec l'aval de Patrick Braouezec est désormais révolu. Alors il y aura des clashs, des rapports durs mais la république doit reprendre son territoire volontairement laisser à l'abandon par des élus hors sol. L'exemple le plus frappant est le deal dans toute la ville tenu par des dealers d'autres ville ou de sans papier tunisiens... et en même temps, 500kg de cannabis trouvé dans le CTM. Mais il est ou, Didier, il fait bon vivre, Paillard??? Je le dis ouvertement, la peur doit changer de camp, elle doit s'installer chez les dealers, voleurs, les conducteurs sans permis, aux marchands de sommeil, à ceux qui harcèlent dans les rues... Il est temps que les choses changent.... Et évidemment, les Laurent Russier et David Proult restent dans leur sectarisme. Normal, ils n'en subissent que maintenant les conséquences, ils ne sont plus dans leur tour d'ivoire.
Azzedine a parfaitement tout résumé !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur