Cultures

Au Gaumont et à l’Écran
/ Divines, projections dionysiennes

Divines, de Houda Benyamina
Divines, de Houda Benyamina

La critique est quasiment unanime. Une Caméra d'or décernée à Cannes est venue logiquement couronner Divines. Pour son premier long métrage, la réalisatrice Houda Benyamina a convaincu la grande famille du cinéma français, ce qui est loin d'être aisé. Son film avait de quoi intriguer. Dounia et Maïmouna sont deux jeunes filles obsédées par l'argent. Dans leur quartier, Rébecca, une dealeuse qui contrôle le business, se pavane et vante sa réussite dans le milieu. En décrochage social, scolaire et familial, Dounia met ses services à disposition de cette self-made woman qu'elle admire. Elle compte bien gravir les échelons en revendant de la came et enfin quitter le bidonville dans lequel elle vit. Mais voilà, l'appât du gain conduit Dounia et son amie dans une spirale infernale.

En plaçant des femmes au centre de son histoire, la réalisatrice apporte un regard ambitieux et authentique qui ne laisse pas indifférent. « Cela change de ce que l'on voit habituellement dans les films qui parlent de la banlieue », commente Katia, venue voir le film avec une amie au Gaumont Stade de France jeudi 8 septembre en début de soirée. La jeune étudiante n'est pas insensible au jeu des acteurs, époustouflant selon elle. « L’interprète de Dounia est très crédible. Des gamines comme elle, je suis sûre qu'il en existe dans les quartiers », affirme Katia qui vit à Saint-Denis depuis presque vingt ans.

La jeune Oulaya Amamra qui incarne Dounia, excelle en effet. Comme lors de cette scène où elle humilie une professeure de son « BEP accueil » devant une classe entière. « Elle pète un câble et même les élèves qui rigolaient au début s'en rendent comptent : le besoin d'argent la rend folle », raconte Laura, venue tenir compagnie à Katia. Cette Dionysienne d'une vingtaine d'années est fascinée par le jeu de la jeune actrice. « On plaint la prof qui est rabaissée mais aussi Dounia car ses conditions de vie sont à la limite du supportable. C'est ce qui la pousse à faire un tas de bêtises, je pense. »

Dans Divines, la réalité est crue mais sans enrobage misérabiliste. « Cela correspond à une certaine réalité c'est sûr. Ils ne jouent pas du tout sur les clichés, c'est une vision vécue de l'intérieur et ça se ressent », témoigne Jim Winter, un jeune photographe et vidéaste dionysien qui a vu le film deux fois déjà à Cannes à sa sortie en salle. Mais Jim ne voit pas dans ce film « une histoire de cité comme les autres », la cité n'est finalement qu'un décor. « On est surpris, on vit toutes les émotions à travers ce film : l'angoisse, le rire, les pleurs, la joie, l'émotion ! »

À la fois drôle, émouvant et dérangeant, Divines fait la part belle à celles qu'on ne voit que très peu et qu'on n'entend pas souvent. « Je pense que si les personnages principaux avaient été de jeunes hommes ça n'aurait pas eu la même portée pour moi », explique Katia, qui conseillera le film à ses amies.

Maxime Longuet

Divines (durée 1h45) sera projeté à l'Écran mer. 14 septembre (16h15, 20h45) ven. 16 (12h, 14h, 16h15, 18h30), sam. 17 (18h45, 20h45), dim. 18 (16h45), lun. 19 (14h15, 16h30, 18h30, 20h30), mar. 20 (18h15, 20h30).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur