À la une En ville

Législatives 1ère circonscription
/ Deux candidats à la gauche du PS

Le communiste Frédéric Durand a été désigné pour tenter de ravir la circonscription à Bruno Le Roux. Mais Éric Coquerel a la même ambition pour France Insoumise.
Frédéric Durand, salle Barbara, à Saint-Ouen, samedi 25 février 2017
Frédéric Durand, salle Barbara, à Saint-Ouen, samedi 25 février 2017

Il y a deux mois, tout était simple. Dans la 1re circonscription de Seine-Saint-Denis, les forces de la gauche alternative allaient s’unir pour tenter de reprendre le siège de député à Bruno Le Roux (PS), ministre de l’Intérieur et soutien indéfectible de Hollande. Communistes, écolos et citoyens allaient choisir par votation un candidat unitaire porteur d’un projet élaboré ensemble. Il s’agissait de « redonner du sens et de la légitimité à la politique par un changement radical de méthode » en faisant « se côtoyer des citoyens, des acteurs associatifs, des militants politiques, syndicaux…

Samedi 25 février, un candidat aux législatives a bien été désigné au terme du processus : Frédéric Durand, ancien journaliste à l’Humanité et président du groupe d’opposition (PCF) au conseil municipal de Saint-Ouen. « Ça fait deux mois qu’il a été désigné », raille Dina Deffairi-Saissac, candidate EELV sur la circonscription. Les écolos ont claqué la porte en janvier, après les premiers « ateliers participatifs », déçus par la méthode : « On n’était pas dans une vraie co-construction. »

Malgré cette défection, trois candidats potentiels restaient en lice après l’assemblée citoyenne du 21 janvier : Jean-Jacques Clément, du collectif citoyen de la Plaine, Bally Bagayoko, maire adjoint de Saint-Denis, et Frédéric Durand. Clément a jeté l’éponge début février après avoir constaté «des divergences d'approche » ainsi résumées : « Une démarche horizontale versus une démarche verticale ». En annonçant son retrait à ses soutiens, il avait prédit la victoire de Frédéric Durand « dans cette “primaire” plus militante que citoyenne ».

Son pronostic s’est réalisé le 25 février, jour de la « votation citoyenne », quand Bally Bagayoko s’est désisté à son tour : « L’idée d’ouverture à l’origine du processus n’a pas été tenue », regrettait l’élu de Saint-Denis. « J’ai laissé à la section PCF le soin d’entériner la nomination  de son candidat. »

Sans concurrent, Frédéric Durand a donc été désigné à main levée par environ 250 personnes réunies dans la salle Barbara à Saint-Ouen. Dans son discours, il a repris les thèmes que des ateliers de travail « citoyens » vont creuser pendant la campagne : santé, éducation, sécurité, logement, VIe République, égalité des droits… « Le chemin est long, mais nous aurions tort de ne pas croire à la victoire » dans ce « moment politique tourmenté mais ouvert, où tout est possible », a-t-il exhorté l’assemblée.

Cette désignation ne clarifie pas beaucoup la situation. Car Frédéric Durand n’est pas seul à vouloir défier Bruno Le Roux au nom de la gauche alternative. Éric Coquerel s’est déclaré candidat pour France Insoumise, début février, dans le même but. Accusé de parasiter le processus de désignation citoyen, le coordinateur du Parti de Gauche a tout de même tenu un meeting mardi 21 février, à la Belle Étoile, en compagnie de militants des luttes locales (pour le maintien des ZEP, les droit des migrants et des sans-papiers, contre les violences policières).

Y aura-t-il réconciliation entre ces deux-là ? Bally Bagayoko le souhaite, qui a fait le « pigeon voyageur » entre les deux camps : « Ma candidature est toujours dans le paysage, affirme-t-il. C’est une offre de consensus entre Coquerel et Durand. Il faut tout mettre en œuvre pour trouver une candidature unique. »


Pour en savoir plus: