En ville

Violences policières
/ Des associations lancent un Observatoire des pratiques policières en Seine-Saint-Denis

Plusieurs associations du territoire ont lancé cette nouvelle structure visant à veiller sur les pratiques policières contestables et à en référer aux institutions de l’État.
Mercredi 9 octobre, des associations de Seine-Saint-Denis, réunies à la bourse du travail de Bobigny ont lancé un Observatoire des pratiques policières dans le département. © Aziz Oguz
Mercredi 9 octobre, des associations de Seine-Saint-Denis, réunies à la bourse du travail de Bobigny ont lancé un Observatoire des pratiques policières dans le département. © Aziz Oguz

C’est un attelage inédit pour une structure nouvelle. Mercredi 9 octobre, à la bourse départementale de Bobigny, plusieurs associations du territoire ont lancé l’Observatoire des pratiques policières en Seine-Saint-Denis.

« Depuis plusieurs années, la mise en œuvre des lois sécuritaires alimente un climat de tension entre la police et la population, au prétexte du maintien de l’ordre public. Dans les rues, les quartiers, les commissariats, les relations de la police avec la population se dégradent », écrivent dans un communiqué les antennes locales de la Ligue des droits de l’homme, de Femmes Solidaires, du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), du Syndicat des avocats de France (Saf), de Zonzon 93 ou encore l’Observatoire de la fraternité. Ils dénoncent « l’instrumentalisation des forces de police et de gendarmerie par le gouvernement », « l’emploi d’armes de guerre » comme le lanceur de balles de défense (LBD) dans les quartiers populaires et les manifestations ou « les difficultés à déposer plainte, notamment pour les femmes victimes de violences ».

LIRE AUSSI / Un père dénonce : « les policiers se sont déchaînés contre mon fils »
 

Neutralité de l'Observatoire

« Ce n’est pas un observatoire des violences policières mais bien des pratiques policières », a souligné l’avocat Meriem Ghenim, adhérente du Saf. Tous les acteurs ont insisté sur la « neutralité » de l’Observatoire afin de présenter « des données objectives » aux institutions de l’État, que ce soit la préfecture, la justice et la police, avec lesquels la structure veut travailler. « Aujourd’hui en règle générale, pour un magistrat, la parole d’un policier vaut plus que celle d’un usager. Il faut avoir des données neutres pour faire bouger les choses », a estimé une autre avocate. 

LIRE AUSSI : Adama, symbole des violences policières

Cela suffira-t-il à changer les pratiques dans la réalité ? « Quand on se sait observé, on n’agit pas de la même manière », est convaincue Valérie Gerbin, militante à la LDH. Pour elle, l’Observatoire donnera des résultats sur le long terme et permettra, espère-t-elle, de changer les pratiques des policiers. « Des rapports et analyses seront rendus publics », explique l’Observatoire, lequel a pour objectif de « renouer le dialogue » entre la population et les forces de l’ordre qui ont aussi des conditions de travail difficiles, a assuré Meriem Ghenim, rappelant le suicide le jour même de la réunion d’un policier au tribunal de Bobigny. Pour ce faire, la nouvelle structure, grâce à son réseau associatif, va mobiliser des observateurs sur le territoire. Elle a aussi créé une adresse mail (1) afin de recueillir les témoignages en assurant leur « confidentialité ». Ce réseau pourra aussi mettre en lien les personnes victimes de violences policières avec des associations qui pourront les accompagner.

Aziz Oguz

  1. info@obs93.org et contact@obs93.org et Tél. : 07 67 29 36 66.

Réactions

le plus simple est de supprimer la police, comme çà il n'y aura plus de problèmes sociétaux
Encore une association anti-police qui va contribuer à dégrader l'image de la ville et stigmatiser un peu plus Saint-Denis !...
Dans le département le plus criminogène de France, on espère aussi la formation d'un observatoire des pratiques des dealers et autres voyous.
Existe-t-il un vrai Observatoire du Logement ? (comme dans les autres villes de France qui depuis des années oeuvrent réellement pour lutter comme l'insalubrité) car ici nous souffrons objectivement bien plus des violences de l'insalubrité et du laxisme municipal que d'autres choses … Bien dit M. Georges ! Lire l'article sur les copropriétés dégradées dans "La Gazette des Communes" Saint-Denis n'ai même pas évoquée ? rien même pas le début d'un exemple, comme d'habitude, 1 siècle de retard.
Et la violence des dealers vous en parlez ? Non car ils sont les "supplétifs" de la Municipalité de Saint-Denis pour faire fuir les classes moyennes de Saint-Denis : https://www.francetvinfo.fr/societe/drogue/j-ai-envie-de-partir-je-n-en-peux-plus-menacees-par-des-dealers-des-familles-de-saint-denis-demandent-a-etre-relogees_3661143.html
j'habite St-Denis depuis 25ans, je n'ai jamais été contrôlé, jamais..Par contre me faire emmerder par les dealers, vendeurs à la sauvette et autre alcoolique c'est au quotidien. Merci à cette pseudo-association Braouzequienne de ne pas parler au nom des Dyonisien, qu'il méprise plus que tout.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur