À la une En ville

Vente à la sauvette
/ De l’art, sauce barbecue

Malam, plasticien et sculpteur camerounais est résident au 6b. Il travaille sur un projet d’exposition immersif sur les vendeurs de brochettes à la sauvette. Objectif : alerter sur les conditions de vie et le rôle social de ces personnes en situation irrégulière. « Il faut faire la promotion de ces gars et les comprendre. Ils nous rappellent que même en hiver on peut sortir le barbecue. » La phrase, prononcée sur le ton de la plaisanterie pourrait facilement passer pour un slogan publicitaire.

Au 4e étage du 6b, Malam, artiste de renommée internationale, a entreposé trois caddies dont il a surélevé les pieds. Sur une grille d’expo métallique, accolée au mur, le plasticien a recréé un gilet jaune en acier. Une œuvre qui sera accrochée aux caddies. « Mon projet est de passer une semaine à la gare dans la peau d’un vendeur de brochettes. Je veux vendre comme eux. L’idée est de faire une œuvre immersive, vivante. »

LIRE AUSSI : Vente à la sauvette, vers la tolérance zéro ? 

Des brochettes, l’artiste en a déjà acheté par dizaines à « ses frères », comme ils les appellent. Leur situation l’a interpellé en tant qu’artiste et en tant qu’humain. « Ce qui se déroule à la gare actuellement, c’est du commerce de proximité. Il faut structurer ces gars car ils ont créé leur propre travail. Ils font tourner l’économie locale parce qu’ils achètent la viande et le pain, à la boucherie et à la boulangerie du coin », analyse l’artiste. Selon lui, ces vendeurs « animent la gare et apportent un peu de chaleur. Avant, quand tu y passais, c’était la course. Maintenant tu n’es plus pressé de partir. » Si ce travail n’en est qu’à la phase expérimentale, Malam envisage par la suite d’en faire une exposition. Pourquoi pas sur le parvis ?

YB

Réactions

C'est vraiment du grand n'importe quoi, prêt à tout pour vendre de la connerie...la viande avariée et malsaine pour la santé et la pollution de ces fumées et l'illégalité dans laquelle se trouvent ces gens ? on en parle? C'est vraiment pathétique, l'égoisme frappe encore, le bien être de la majorité des passants n'ont pas droit de cité? CONSTERNANT!!!!
Bonjour. D'habitude, je ne commente pas la culture dans la ville, chacun est libre d'aimer et d’apprécier le travail d'un artiste. Mais la, le discours bien pensant de cette artiste me ferait presque croire un discours de P. BRAOUEZEC. Alors ce type va faire une oeuvre en immersion, à partir du quotidien de vendeurs de brochettes. Mais ce type est d'un indécence crasse. Ils les appellent "mes frères" mais une fois son immersion terminé, il sera au chaud, et il va la présenter au 6B avec champagne et petit fours devant certains élus friands de ce genre de démarche. Au lieu d'aider à normaliser, sécuriser ces personnes, dans leurs démarches, pour s’élever un peu socialement. Et surttout dénoncer leurs conditions de vie.... Il faut qu'ils puissent rentrer dans la société, non, cet "artiste" va faire un oeuvre pour se faire plaisir... Et l'argument, ils font tourner l'économie locale.... Laquelle?? Il croit sincèrement qu'il vont acheter du pain dans une vraie boulangerie et des viandes de bonne qualité avec les meilleurs morceaux?? Et l'animation de la gare..?? Alimenter d'autres trafics qui se passent ici et la (cigarette contrefaite, recel, etc...) C'est l'ultra capitalisme le plus dégueulasse qu'on a sur le parvis de la gare. Vendre de la merde à des merdeux... Et ce prendre un bon billet par la même occasion. Désespérante cette ville, on croit toucher le fond, mais non, on persiste dans la bêtise.
Tout à fait d'accord avec Azzedine. Cette soi-disant oeuvre d'art est parfaitement indécente et indigne. Et je ne comprend pas pourquoi le JSD, subventionné par la mairie, publie un peu plus haut: "Parvis de la gare tolérance zéro"*. Il faut dire qu'avec un conseiller municipal à l'égalité, indigéniste, un autre qui soutient un groupuscule anti-police, un autre encore qui passe chez les Verts, puis chez Hollande avant de soutenir Macron,... nous ne sommes pas à une contradiction près dés qu'il faut ratisser des voix. *merci Mr Lalande de ne pas me rétorquer que le JSD est ouvert à la pluralité, on sombrerait en plus dans le ridicule
@georges je vous inviterait simplement à un tout petit peu plus de rigueur quand vous citez des titres du JSD. Nous n'avons pas titré "Parvis de la gare tolérance zéro" comme vous l'indiquez, mais "Vers la tolérance zéro?", ce qui ne veut pas dire la même chose vous le reconnaîtrez, sauf à être complètement de mauvaise foi. Cordialement, Yann Lalande.
Bonjour @Yann Lalande. C'est exactement cela. C'est un vœux pieux. Aucun délai, aucun objectif de se revoir tous les 3 ou 4 mois, pour faire le point à la population. Vers la tolérance zéro... Ça laisse une marge de sécurité au cas ou cela ne marche pas.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur