À la une En ville

À la loupe
/ Dans une poubelle dionysienne

Un peu plus d’un déchet sur 10 dans notre poubelle jaune est une bouteille ou un flacon en plastique.
Un peu plus d’un déchet sur 10 dans notre poubelle jaune est une bouteille ou un flacon en plastique.

27 ans après les débuts du recyclage en France, c’est devenu un geste anodin : cartons, plastiques, aluminiums se jettent dans la poubelle jaune, et le reste dans la poubelle normale. Enfin, plus exactement, presque anodin puisque seulement 48% des Français trient systématiquement, selon une étude Ispos pour Citéo (réalisée par Internet du 20 juin au 17 juillet 2017 sur 5800 Français). Les habitudes de tri peuvent donc encore faire des progrès, et Saint-Denis ne fait pas exception. 

Sur les 50772,35 tonnes de déchets ramassés à Saint-Denis en 2018, 1655,63 tonnes étaient des déchets recyclables. Soit 3,26% des déchets ramassés globalement. Cela correspond à environ 14,90kg par habitant et par an. Très loin de la moyenne départementale de 24 kg, ou nationale de 47,6 kg par an et par habitant ! Concrètement, la poubelle jaune dionysienne est composée en majorité de « déchets fibreux » : le carton (24,30% du total), et le papier journal et magazines (20,46%). Quand on ajoute le « gros de magasin » – les petits papiers, déchirés, chiffonnés, déchiquetés, de mauvaise qualité, et donc de moindres valeurs – (6,78% du total), on arrive à un peu plus de la majorité de notre poubelle. Viennent ensuite les ordures ménagères et déchets organiques qui n’ont rien à faire dans la poubelle jaune et qui représentent pourtant 11,85% !

À noter néanmoins que ces mauvais tris sont en très forte baisse par rapport à 2017 où ils représentaient près de 22% du total. Une division par deux qui prouve que le geste de tri est mieux compris à Saint-Denis. Un peu plus d’un déchet sur 10 dans notre poubelle jaune est une bouteille ou un flacon en plastique. En un an, leur pourcentage a augmenté de 4%. Le carton a lui progressé de quasiment 6%. Dans le même temps, les journaux et magazines ont reculé de 8%. Peut-être parce qu’on lit moins la presse ? 

Le recyclage en progression

Entre 2017 et 2018, 175 tonnes de déchets recyclables supplémentaires ont été récoltées par les éboueurs dans la commune. Une progression qui nous ramène au taux observé en 2015. « De 2009 à 2015, les performances du territoire de Plaine Commune en matière de tri, bien que modestes, étaient en constante augmentation, passant de 12 kg /an / habitant à 15 kg. En 2016, le chiffre est tombé à 13 kg. J’y vois l’incidence directe de la nouvelle collecte des déchets qui est en contradiction avec l’ambition écologique du territoire », expliquait en 2018 dans les colonnes du JSD Corentin Duprey, conseiller municipal dionysien d’opposition PS.

 En 2015, les déchets recyclables étaient récoltés de manière hebdomadaire. Ce qui entraînait quelques problèmes : « Les camions poubelles roulaient à moitié à vide, ce qui n’était pas très écologique. En plus les poubelles jaunes étaient très polluées, donc de nombreux camions étaient refusés au centre de tri », justifie Delphine Helle, conseillère municipale déléguée à la propreté. Avec les nouvelles règles de recyclage depuis le 1er janvier, elle espère que la quantité de déchets recyclables va continuer à augmenter dans la commune et que cela permettra le retour à une collecte hebdomadaire.

Arnaud Aubry

Réactions

Bonjour Delphine Helle, adjointe à la proprété... Mais elle n'est pas parti travailler dans des contrées plus calmes et plus sudistes que Saint Denis. Pourquoi est elle encore maire adjointe? Elle n'est plus à plein temps à Saint Denis. Des élus se font dégagé pour moins que cela. C'est formidable, elle justifie le moindre ramassage car le camion roulait à moitié vide. Comme ci faire de l'écologie n'avait pas un coût. Comme s'il ne fallait pas dépenser en camion au début pour lancer la routine du tri. Mais bon on est plus à une contradiction prés.
Une collecte des poubelles jaunes seulement 2 fois par mois c'est trop peu, les poubelles jaunes débordent de toute part ! et c'est en totale contradictions avec les objectifs en termes d'écologie. Autre sujet : quand la mairie fera t-elle enfin respecter l'interdiction des sacs en plastique sur la commune (en particulier sur le marché mais également chez beaucoup de commerçants du centre-ville) ?