À la une En ville

Exposition à l’ESAT de Saint-Denis
/ Démystifions le handicap

La Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées est l’occasion pour l’ESAT de Saint-Denis d’exposer une large fresque Ma vie et mon travail illustrant le quotidien de ces travailleurs.
Détail de la fresque signée par la photographe Mai Duong autour de 12 personnes fréquentant l'Esat.
Détail de la fresque signée par la photographe Mai Duong autour de 12 personnes fréquentant l'Esat.

En France, si vous êtes en situation de handicap, les obstacles et les discriminations à l’embauche sont forts. Si vous êtes une femme, elles le sont encore plus. Afin de faire sauter les verrous qui cadenassent encore dans les têtes des idées toutes faites, l’association Vivre autrement a souhaité contribuer à modifier la perception du handicap en déroulant une immense fresque sur les grilles de l’ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) de Saint-Denis. « Notre établissement forme les personnes en situation de handicap à différents métiers de manière à les préparer professionnellement à accéder à l’emploi en milieu ordinaire », expose Catherine Soulié, directrice générale de Vivre autrement. Les métiers tournent autour de l’impression, le routage, la reprographie, le façonnage… Mais également autour de l’environnement et des espaces verts.
 

Ma vie e(s)t mon travail 

L’ESAT de Saint-Denis accueille en son sein une soixantaine de personnes en situation de handicap et une quinzaine d’entre elles est placée en insertion entreprise. « C’est un univers que je connaissais sans vraiment le connaître, indique la photographe Mai Duong, à qui l’association a donné carte blanche pour réaliser ces 12 portraits. Je les regardais, je les observais et pensais que telle personne serait un bon choix, rien de plus normal pour une photographe… » La prise de contact a été longue, avoue-t-elle. Elle pensait être ouverte d’esprit alors qu’elle avait déjà une image préconstruite de cet univers. « J’ai le sentiment que ce sont eux qui m’ont choisie plutôt que moi qui les ai choisis. J’ai été happée par des personnes qui avaient vraiment envie de tenter le projet. » 

Au final, c’est un long ruban de 50 mètres composé de 12 diptyques respectant une stricte parité qui voit le jour. « Ma vie e(s)t mon travail » aurait-on envie d’écrire tant le désir de montrer et de faire partager son monde est grande chez ces hommes et ces femmes. « Travailler pour eux, c’est un cadeau ! », s’exclame Mai Duong. « Si nous souhaitons les valoriser, explique la directrice, c’est aussi une démarche de quartier qui nous guide. C’est important pour nous de faire venir du monde pour voir cette fresque. » Installée devant le passage du tram T8, elle aura l’occasion d’être vue et revue et de susciter bien des interrogations. 
 

Claude Bardavid

Inauguration de la fresque « Ma vie et mon travail », lundi 19 novembre à 9h, Esat de Saint-Denis (21, rue de la Poterie).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur