En ville

Délégations internationales à Saint-Denis Droits de l’homme dans la ville?: les travaux pratiques

Le 19 février se sont retrouvées en mairie des délégations de plusieurs pays d’Europe dont le maire de Tuzla, en Bosnie-Herzégovine, où se tiendra en octobre la 7e conférence de la Charte européenne des droits de l’homme dans la ville.

Dans la salle du conseil municipal, vendredi 19 février, élus et techniciens français côtoient leurs homologues de villes européennes comme Barcelone ou Tuzla. À l’ordre du jour, la préparation de la 7e conférence de la Charte européenne des droits de l’homme dans la ville, « qui pour la première fois se déroulera (du 7 au 9 octobre 2010) à Tuzla justement, troisième ville de Bosnie-Herzégovine, et cela sur proposition de Saint-Denis », explique Rose Gomis, maire adjointe dionysienne en charge de la coopération décentralisée.

« Tuzla et Saint-Denis sont des villes jumelées qui partagent des projets depuis de nombreuses années et nous sommes heureux que cette coopération ait été relancée ces derniers temps », nous a déclaré Jasmin Imamovi (1), le maire de cette ville de 174?000 habitants, meurtrie par une guerre civile de 1990 à 1995, et qui jusque dans les années 1990 faisait partie de la République socialiste de Yougoslavie. « La question des droits de l’homme dans la cité est une question essentielle, pour tous les hommes et les femmes qui dans nos agglomérations vivent ensemble. Et c’est ce vivre ensemble que par nos actions nous devons encore améliorer en favorisant l’harmonie au quotidien entre toutes les composantes culturelles de nos populations », ajoute-t-il.

Échanges notamment sportifs et universitaires?

La coopération entre Tuzla et Saint-Denis s’est par exemple traduite par la participation d’artistes dionysiens au festival Kaléidoscope qui s’est déroulé du 30 juillet au 2 août 2009 à Tuzla. En 1998 et 1999, des enfants bosniaques ont été accueillis dans des centres de vacances de la ville de Saint-Denis et il est question dans les prochaines années non seulement de reconduire l’opération, mais de la développer dans les deux sens.

Présente plusieurs jours dans la cité des rois, la délégation de Tuzla a notamment rencontré les responsables de la Miel (Maison de l’initiative économique locale), ce qui a permis de découvrir que des correspondances sont possibles aussi dans ce domaine, les deux villes ayant par exemple favorisé la création de pépinières pour accueillir de petites entreprises nouvellement créées.

« Et d’autres pistes ont été ouvertes, prévoyant divers échanges notamment sportifs et universitaires?; un comité de suivi de ces développements se met progressivement en place », explique Karine Dubreuil, chargée des relations internationales au cabinet du maire. « Nous sommes riches de diversités dans nos deux villes », ajoute Jasmin Imamovi, soulignant que « dans l’Europe de l’Est, Tuzla est redevenu un symbole d’harmonie qui a appris à respecter et associer les différences ».

Gérald Rossi

(1)
Maire social démocrate de Tuzla, réélu pour un troisième mandat, Jasmin Imamovi est par ailleurs écrivain et avocat.