En ville

Immobilier
/ Cynique ce syndic

Surfacturation de charges d’eau, travaux bâclés ou non effectués, manque de transparence… Des copropriétaires dionysiens mettent en cause leur syndic, le cabinet Poncelet, pour sa gestion opaque, de plusieurs immeubles, depuis des années.
La devanture du cabinet Poncelet au 60 rue Péri. © Yslande Bossé
La devanture du cabinet Poncelet au 60 rue Péri. © Yslande Bossé

Pour Sabine (1), c’est une histoire qui se répète. Mardi 1er septembre, cette habitante d’un immeuble de la rue du Progrès faisait partie des quelques propriétaires présents devant le cabinet Poncelet au 60, rue Gabriel-Péri pour diffuser des tracts dénonçant les pratiques du syndic de sa copropriété.

« Il y a quinze ans, elle manifestait déjà devant le cabinet Poncelet », commente David Frigge du blog Copros libres, un collectif très actif pour la « défense des intérêts des copropriétés de Saint-Denis », à l’origine du rassemblement. Le cabinet Poncelet est le troisième syndic de la copropriété depuis que Sabine y habite. Cela fait plus de trente ans.

« Avant l’arrivée de Poncelet, il y avait déjà quelques problèmes mais, depuis qu’il est là, ça doit faire entre dix ou quinze ans, c’est une catastrophe », témoigne la copropriétaire. Il y a deux ans, elle reçoit une facture pour « diverses charges » de copropriété d’un montant de presque 6 000 euros. « Je n’ai pas compris. Les charges d’eau se cumulait à d’autres charges et depuis ça n’arrête plus. Poncelet m’a envoyé un huissier car je demandais des informations sur mes charges d’eau. »

Bien qu’un « accord » ait été trouvé entre les deux parties depuis et que Sabine ait déjà payé entre « 2 000 et 3 000 euros », la facture ne baisse pas. « Je dois encore 4 000 euros. Poncelet me parle de charges générales, mais je ne sais pas d’où elles viennent. C’est le tonneau des Danaïdes », commente la copropriétaire stressée par cette situation qui lui bouffe la vie.

LIRE AUSSI : SOS pour une copropriété à la dérive

Les problèmes de surfacturations de charges font aussi partie du lot quotidien de Lisa (1), « petite copropriétaire » qui se retrouve aujourd’hui avec «6000euros de dettes ». « Poncelet m’a demandé il y a quelques années de régler 6000euros d’eau en six mois du jour au lendemain. On m’a dit qu’il y avait des fuites d’eau chez moi. » La propriétaire qui vit rue Pinel convient qu’elle a été « négligente » car elle n’a pas fait les relevés d’eau, mais ne comprend pas comment on peut lui facturer «1000m3 » d’eau (froide) à payer pour un 38m2. « Poncelet a des méthodes malhonnêtes. Je me suis renseignée auprès d’un syndic bénévole, c’est l’équivalent d’un gros robinet qui coule toute la journée sans arrêt », exprime Lisa.

En plus des surfacturations de charges, la Dionysienne se plaint des travaux de l’immeuble « qui ne sont pas véritablement engagés » et des marchands de sommeil qui opèrent dans son immeuble. Elle parle de 10 à 20 personnes qui vivent dans un appartement de 30m2 et qui payent chacune 200 euros de loyer mensuel. « Pourquoi le cabinet Poncelet ne relance pas les marchands de sommeil, face à leurs impayés ? », questionne sur son tract le collectif Copros libres. « La loi Elan prévoit l’obligation pour les syndics de dénoncer les marchands de sommeil », spécifie David Frigge.

Un autre propriétaire dionysien, dont la copropriété rue de la Charronnerie a réussi à se « débarrasser de Poncelet », estime que le syndic n’était pas transparent. « Quand on lui envoyait des mails, il répondait à peine, on ne comprenait pas ce qu’il disait. » Il évoque aussi les problèmes de travaux à l’intérieur de la copropriété et des fuites d’eau. « Lorsqu’il y avait des fuites d’eau dans l’immeuble, Poncelet nous envoyait des plombiers nuls ou des sociétés à lui. »

« On laisse pourrir »

Alors qu’il a terminé de payer son bien acquis il y a six ans, Jude (1) se retrouve aujourd’hui à payer presque les « deux-tiers d’un loyer » afin de régler une dette de 2500euros que lui somme de payer le syndic Poncelet, gérant de sa copropriété rue Pinel. S’il pointe du doigt les « copropriétaires qui n’honorent pas leurs devoirs » et qui par conséquent font peser sur le dos de « copropriétaires solvables » le poids d’impayés, il met à mal également la gestion de la copropriété par Poncelet.

« La grande difficulté c’est que depuis longtemps le syndic ne fait pas ce qu’il faut. On a appris peu avant le confinement que la copropriété avait 90 000 euros de dettes à recouvrer. Sur ces 90 000 euros, un seul propriétaire doit entre 45 000 et 50 000 euros. Et son lot n’a jamais été saisi. On n’arrive pas à ce montant comme ça. Cela veut dire que pendant longtemps, celui qui était censé recouvrer ce montant ne l’a pas fait. Je ne fais pas de grief du fait qu’une situation pourrie coûte cher. Mon grief c’est qu’on laisse pourrir et qu’on amplifie encore le pourrissement », constate-t-il.

Comment expliquer ces situations complexes, ces surfacturations de charges d’eau jugées « abusives » par les copropriétaires ? Interrogé, le cabinet Poncelet, par la voix de son avocat maître Xavier Martinez, a développé des explications peu convaincantes, notamment au sujet des surfacturations des charges d’eau. Il n’a mentionné que celles concernant l’immeuble situé au 256, avenue Wilson qui a fait l’objet d’un arrêté de péril fin juillet (lire sur lejsd.com). 300 mètres cubes d’eau froide avaient été facturés à un propriétaire qui vivait dans un logement de 28m2. 

LIRE AUSSI : Issue favorable pour les Copros

Le cabinet Poncelet s’est contenté de rappeler le fonctionnement des relevés d’eau de l’immeuble : « Le cabinet Poncelet ne fait qu’appliquer les règles les plus justes, puisqu’il s’agit de compteurs divisionnaires et non d’une application par tantième. » Au sujet des « méthodes malhonnêtes » dénoncées par certains copropriétaires de la part de Poncelet, notamment en ce qui concerne des travaux pas ou mal effectués, l’avocat assure que le choix des « prestataires » est « indépendant et objectif » et que les charges d’entretien « font l’objet de vote et d’approbation en assemblée générale annuelle ». En somme qu’il respecte la loi.

Et quid des marchands de sommeil qui selon plusieurs copropriétaires seraient connus du syndic et ne sont pas relancés pour non-paiement des charges de copropriété ? Le syndic dit avoir « déployé tous les moyens nécessaires pour pouvoir lutter contre ce type d’occupation » et avoir interpellé la Ville à de multiples reprises depuis 2016. Une plainte pour dénoncer « les agissements de certaines personnes pouvant être désignées comme des marchands de sommeil » a même été déposée par Poncelet devant le substitut du Procureur.

« La mairie n’est pas juge des syndics »

Vendredi 4 juillet, suite au rassemblement organisé devant le cabinet Poncelet par le collectif Copros Libres, une dizaine de copropriétaires ont été reçus en mairie par les élus Katy Bontinck, première adjointe au maire responsable entre autres des questions de logement, d’habitat indigne et de l’hébergement d’urgence et Adrien Delacroix, quatrième adjoint en charge de l’urbanisme et de l’aménagement durable. Lors de cette réunion, il a été question des copropriétaires en difficultés. « On a fait des propositions concrètes sur comment la mairie peut les accompagner », avance David Frigge qui précise qu’un « échange régulier » se tiendra entre Copros libres et la Ville. Le Dionysien a également posé la question qui figure sur un des tracts distribués devant le 60, rue Péri, mardi 1er septembre : « Le syndic Poncelet est-il lié au bailleur social Plaine Commune Habitat ? ».

La réponse est oui. il existe un bail commercial entre le cabinet Poncelet et Plaine commune habitat, lui a confirmé Adrien Delacroix (qui a été désigné président de PCH par le conseil d’administration mardi 8 septembre). « Adrien Delacroix va regarder du côté de ce bail. Il n’y avait pas de mandat non plus pour pouvoir avancer là-dessus », a exprimé Katy Bontinck. Et d’ajouter : « La mairie ne peut pas être juge des pratiques de ce syndic qui est majoritaire dans une copro. C'est aux copropriétaires d’avoir une majorité pour voter des changements de syndic. Toute la difficulté c’est qu’ils n’arrivent jamais à avoir une majorité. »

Sur les dossiers habitat indigne et insalubrité, l’élue a rappelé l’une des volontés politiques de la nouvelle municipalité : créer des « syndics d’intérêt général » et mettre en place des « services » assurant ce lien direct avec les copros pour avoir des accompagnements beaucoup plus forts. »

 

Yslande Bossé

 

Évacuation partielle au 256, avenue Wilson

Début mai dans ses colonnes, le Journal de Saint-Denis décrivait l’état de délabrement et d’insalubrité d’une copropriété dirigée depuis 2016 par le cabinet Poncelet, située au 256 avenue du président Wilson, à la Plaine. Là, trois femmes locataires ont alerté sur leurs dures conditions de vie : suroccupation d’appartements, risques d’incendie, marchands de sommeil, malpropreté… Le SOS des habitantes a été en partie entendu par la municipalité sortante.

Le 1er juillet, un arrêté de péril imminent est signé par l’ancien maire Laurent Russier (PC) pour l’ensemble de l’immeuble. Et le 30 juillet, l’aile gauche de la copropriété a été évacuée. Sur les 19 personnes concernées par cette évacuation, 7 d’entre elles ont pu bénéficier d’un hébergement. Concernant les propriétaires – rappelons qu’aucun des 14 n’habitaient sur place – « c’est à eux de se reloger, a signifié Katy Bontinck, première adjointe au maire en charge du logement et de l’habitat indigne. La Ville assure à minima trois nuits humanitaires pour ne pas qu’ils se retrouvent à la rue ». Quant à l’aile droite de la copropriété, non évacuée, l’élue explique qu’un « volet insalubrité est en cours. Les procédures d’évacuation sont étudiées logement par logement en fonction des risques ». Pour l’une des habitantes de l’aile non évacuée, l’incompréhension règne.

« Je suis allée à la réunion vendredi mais j’étais très déçue. Je ne comprends pas ce que fait la mairie. Où sont les lois ? On me dit d’attendre, que je ne suis pas prioritaire et qu’il faut faire les choses dans les règles. Mais ils ont vu l’état de l’immeuble ? Il a été mis en péril, non ? Ce n’était pas le discours qu’on me tenait pendant la campagne », témoigne la locataire en détresse. Cette dernière avait reçu avec deux autres occupantes, Mathieu Hanotin, alors candidat aux municipales dimanche 10 mai, en pleine crise sanitaire. « Il avait les larmes aux yeux quand il a vu l’état du bâtiment ». La locataire en proie à de « gros problèmes de santé », s’insurge : « Les marchands de sommeil sont encore là. Pourquoi les méchants ne sont pas punis ? ».

YB.

Réactions

Comment se syndic a eu pignon sur rue pendant des années. Et le pire c'est que Plaine commune habitat lui loue à lui pendant des années un local. C'est dire la complaisance de l'ancienne municipalité à laisser faire ce syndic. Laurent Russier en tant qu'ancien président de Plaine commune a des comptes à rendre. Cette complaisance ne doit plus durer...
En période d'épidémie de Sars-Cov-2 les syndics peuvent reporter jusqu'au 31 décembre 2020 dernier délai la tenue de l'assemblée générale des copropriétaires d'un immeuble. Obtenir une majorité lors d'une résolution d'une AG reste compliqué. Qui ne tente rien n'a rien. Lisa et Jude doivent rapidement trouver un nouveau contrat de syndic et envoyer celui-ci en lrar au siège du cabinet Poncelet, pour ajout à l'ordre du jour de la prochaine AG. Il ne faut pas attendre la convocation. Et recommencer en 2021 en 2022 et les années suivantes. Les copropriétaires finiront par comprendre l'intérêt de changer de syndic. A force il y a une année où la résolution pasera.
il existe un bail entre Plaine Commune et ce syndic?????????????C'est incroyable cette complaisance , tristes habitants de saint denis
Victime pendant plusieurs années de ce cabinet véreux dont Pascal Theilet est à la tête, notre immeuble n'est pas passé loin de la catastrophe! Comptes obscurs, surfacturations d'eau pour certains propriétaires au profit de commerces complices, immobilisme, mensonges, réponses aux mails ubuesques, prestataires d'entretien impayés, négligences graves au niveau de la sécurité, une assurance de copro en retard de paiement, des convocations très tardives aux AG dès qu'il est question de le révoquer, des tentatives d'intimidation envers les copropriétaires les plus fragiles... Heureusement, nous avons finalement réussi à nous en débarrasser. Notre copro est désormais gérée par un syndic honnête et efficace mais qui a dû faire des pieds et des mains pour récupérer l'ensemble des documents auprès de M.Theilet ! Je ne comprends toujours pas comment ce genre de syndic voyou peut-encore avoir pignon sur rue et exercer ses activités en toute impunité! En espérant que cet article puisse faire bouger un peu les choses, attirer l'attention de la nouvelle municipalité sur ce sujet et encourager les copropriétés à se débarrasser définitivement de Poncelet.
Effectivement, c'est magouille et consorts, ce syndic. J'en connais qui y ont eu affaire, et c'était dramatique.
Moi pour me débarrasser de ce syndic améliorant, j'ai préféré vendre mon logement. .
Lachen et Azzedine Le cabinet Poncelet du nom de son fondateur est locataire de ce local commercial propriété de PCH depuis plus de 40 ans. Le cabinet a été racheté ii y a une vingtaine d'année par Mr Theillet. C'est un bail commercial ,sa rupture ne peut s'argumenter sur la qualité des prestations du commerçant ou de l'entreprise . Mr Theillet régulièrement via ses conseils menace le JSD de poursuites en diffamation ,la dernière en 2020. Mr Theillet, dans les années 2010 a engagé contre le JSD 2 procédures devant la juridiction compétente , toujours, suite à la publication d'articles relatant les démarches et manifestations de copropriétaires en colère.
Pour que le syndic puisse engager une procédure de saisie suite à des impayés de charges, il faut le voter en AG avec un seuil d’impayés. Cette mesure devrait être inscrite dans tous les règlements de copropriété, en particulier dans les copies les plus récentes. Il est aussi indispensables de faire poser des compteurs individuels et de regarder régulièrement son évolution. Des compteurs peuvent être HS c’est à dire tourner plus ou moins vite que la réalité.
A noter que lors du Conseil Municipal du 29 novembre 2018, Adrien DELACROIX, conseiller municipal, déclarait : "Des syndics qui sont largement complices des marchands de sommeil". C'est écrit sur cette déclaration du PS également : http://ps-saintdenis.fr/communique-de-presse-des-elus-du-groupe-dopposition-lambition-a-gauche-pour-saint-denis-suite-au-conseil-municipal-du-29-novembre-2018/
la nouvelle équipe municipale a BIEN INSCRIT DANS SES PRIORITÉS ► LA CRÉATION D'UN SYNDIC MUNICIPAL D'INTÉRËT GÉNÉRAL !!! p. 41 du programme "Notre-Saint-Denis" il reste très dur de lutter convenablement contre les Syndics à la sauce "Dionysienne" MOSTIMO SDC 3L PARTNERS PONCELET tous pareils et même constats ! . lorsque il n'y a que 23% de propriétaires-occupants !!! Oui en effet c'est trop dur de lutter voire impossible ! C'est pourquoi cette municipalité se doit aussi de stopper impérativement les programmes " d'investissement locatif " au profit des Occupants qui restent eux au plus près du réel !! le 19 Dezobry est de l'investissement locatif à + 80%, en 1 an il est devenu l'ombre de lui-même (vandalisme à répétition, nuisances sonores, dégradations marchands de sommeil, etc...) @JEAN ► Luttons et exigeons également à ce que tous les copropriétaires et immeubles soient équipés en matière de fourniture d'eau PAR DES abonnements individualisés à l'Eau !!! exactement comme pour l'EDF ou la Téléphonie ! Cela réduirait drastiquement les charges et les jeux d'écritures comptables des Syndics incompétents en la matière. Objectivement ça diminuera dans le même temps le montant des impayés de charges assumés par les autres !!
@JEAN ► Luttons et exigeons également à ce que tous les copropriétaires et immeubles soient équipés en matière de fourniture d'eau PAR DES abonnements individualisés à l'Eau !!! exactement comme pour l'EDF ou la Téléphonie ! Cela réduirait drastiquement les charges et les jeux d'écritures comptables des Syndics incompétents en la matière. Objectivement ça diminuera dans le même temps le montant des impayés de charges assumés par les autres !!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur