En ville

Cité Gabriel-Péri
/ Contre les dealers, ils bloquent l'entrée d'un bâtiment

Un groupe d'habitants de la cité Gabriel-Péri ont décidé de bloquer tous les soirs l'entrée d'un bâtiment en raison du trafic de drogue qui sévit dans le quartier.
Vue de la cité Gabriel-Péri. © Yann Mambert
Vue de la cité Gabriel-Péri. © Yann Mambert

Leur action a débuté vendredi 21 février. Depuis, tous les soirs, à 19h, une dizaine d’habitants de la cité Gabriel-Péri bloquent l'entrée d'un bâtiment, le numéro 8 où sont postés « tous les jours », des groupes de jeunes dealers. Ces habitants, « des hommes pour la plupart », selon un témoin ont décidé d’adopter cette méthode afin de repousser les dealers et parce que « la situation a empiré ». 

LIRE AUSSI : Faut-il légaliser ou non le cannabis ?

« Ça dure depuis au moins trois ans. Les gens vont craquer un jour, il va y avoir un drame », témoigne un habitant de Péri. « On a essayé de discuter avec les jeunes mais ils ne veulent pas comprendre », ajoute-t-il. A plusieurs reprises, les riverains de la cité du nord-dionysien ont fait part de leur colère et de leur exaspération face au trafic de drogue, de plus en plus prégnant. En novembre 2018, une réunion publique avait été organisée au 110, en présence d’habitants du quartier et celle de la cité voisine Paul-Langevin au Centre social coopératif (110, rue Gabriel-Péri) sur la violence que génère ces trafics. 

Pour cet autre habitant qui vit à Péri depuis 2003, la situation n'a fait que s'envenimer. « Dans ce bâtiment, il y a toujours des problèmes. Les dealers bloquent le hall, ils fument la chicha, ils boivent, ils vendent du haschich. Il y a un an, comme je suis allé les voir pour leur dire de partir, ils ont arraché les quatre pneus de ma voiture », raconte t-il. Après une plainte déposée au commissariat situé à quelques mètres de la cité, les ennuis et « menaces » ont recommencé pour ce riverain. 

« Je suis allé plusieurs fois à la police mais elle ne fout rien », s'insurge le Dionysien, qui a fait une demande de relogement à la mairie. Un appartement lui a été proposé à Pierrefite mais pour cet homme « c'est trop loin, mon fils est à l'école à Saint-Denis ». 

LIRE AUSSI : Des armes et de la drogue à l'antenne jeunesse

« Dans cette cité rien ne va. Il y a une responsabilité des élus locaux », affirme un habitant qui dit ne pas comprendre pourquoi « ils ont mis deux cars de CRS pour les vendeurs à la sauvette Place du 8 mai et rien pour les mecs qui gueulent toute la journée dans la cité ». En cette période des municipales, ces habitants de la cité Gabriel-Péri ont exprimé leur volonté d'interpeller les élus. « Alexandre Aïdara veut organiser une réunion avec nous », confie l'un deux, qui a également parlé avec un membre de l'équipe de campagne d'Hanotin. Des membres du cabinet du maire ont reçu le groupe de Dionysiens ce jour. La Ville s'est dite « solidaire » avec les habitants mobilisés de la cité Péri. Ce problème « illustre bien le combat qui est à mener et qu'a mené la Ville ces derniers mois en obtenant  des policiers supplémentaires sur la commune », a t-elle commenté. Et de préciser :  « Mais la Ville seule ne peut être en capacité de faire tomber les trafiquants de drogue ». 

Yslande Bossé 

Réactions

C'est tellement triste d'en arriver à là. La mairie a le pouvoir d'agir mais ne fait rien. Moi même quand j'essaie de parler à des jeunes bruyants dans mon quartier le soir ils n'écoutent plus rien. Je me demande ce que ça va être quand ils auront 30 40 ans. Il faut rétablir la sécurité coûte que coûte à Saint Denis. Je ne vois plus d'espoir dans la gauche on a vu où ça nous a mené. S'i on peu voter à droite cette fois j'hésitaerai pas.
C'était pas Stéphane Peu qui était content dans un documentaire lorsque les habitants descendaient face aux dealers... Certains élus de la majorité ont la mémoire courte mais cette situation est de leurs responsabilité. Parler pendant des années de tranquillité et pas d'insécurité alors qu'il y a de vrais problèmes dans la ville (oui je parle de Florence Haye et Didier Pailard). Et ces deux incapables sont sur la liste de Laurent Russier. Vivons Saint Denis en Grand ou les habitants doivent partir devant les dealers. Et le pire ils osent se présenter devant les habitants pour dire voter pour nous...
Qu'elle misère une ville ou il fait bon vivre une si belle ville ! Nous en sommes tous responsables la drogue est partout a SAINT DENIS
Les policiers à St-Denis ne contrôlent plus les dealers et autres fouteur de troubles...Certains maires adjoint leur tombe dessus, avec des slogans "police assassine" des articles dans la presse comme médiapart...ces élus explique que dans les quartiers, le problème ce ne sont pas les dealers, les voyouss..non le problème dans les quartiers, c'est la police. Donc les policiers ne contrôlent plus, il s'occupe uniquement des vendeurs à la sauvette, chose qu'ils n'ont jamais fait auparavant ou très rarement, il semblerait qu'à 2 mois des elections, la police devient efficace contre les vendeurs de brochettes..etc.Donc quand les élus souhaitent avoir la police à St-Denis, celle-ci vient, dommage que les elections ne sont que tous les 6ans. Donc on voit bien la preuve de l'instrumentalisation de la sécurité par la mairie coco, ainsi que la saleté, jamais St-Denis n'a été aussi propre...Donc profitez-en invitez vos amis sur St-Denis, profitez car dans quelques mois, si les coco repassent, on reprends pour 6ans de crasse et de violences.
Que dire, si ce n'est que tout ce système est véreux et corrompu que ce soit en Seine saint- Denis ou ailleurs c'est les mêmes problèmes ont n'a laissé s'installer tout ses trafiquants et aujourd'hui qui en subit les conséquences... moi je dit que si la loi et la justice seraient plus compétentes et plus dur il n'y aurait aucun trafiquant, je pense que juste en arrêtant un trafiquant même pour un butin dérisoire et en le condamnant à une peine minimum de 4 ans ferme avec interdiction de revenir dans la ville et dans les villes alentour où il résidait à vie serait déjà une bonne avancée et s'il est de nationalité étrangère la même peine de prison à effectuer en France dans son indecriter puis le renvoyer dans son pays d'origine avec la même peine de prison à effectuer dans sont pays puis interdiction à vie de revenir sur le territoire français après si c'est des trafiquants plus importants les mêmes peines avec a chaque fois par rapport à la quantité saisie rallongée les années de prison si la justice appliquerait des lois aussi dures je pense qu'il y aurait beaucoup moins de trafiquants mais n'oublions pas qu'avant d'appliquer ses lois ils faudrait déjà changer tout ses politicards corrompus jusqu'à l'os c'est beau de rêver...
Le laisser faire de la municipalité nous conduit à des situations inadmissibles. Ils ont le culot ensuite de dire qu’ils font le nécessaire, et qu’il n’y a pas d’insécurité à Saint-Denis. Les dionysien sont pris en otage par une municipalité qui compte sur leur pauvreté pour les manipuler. Il faut que nous exprimions notre ras-le-bol dans les urnes. Il faut que la participation soit forte afin de leur faire passer le message et que la ville change en mieux
Oui je pense qu'il faut faire mieux con stop tout m'est le gouvernement sa ne l'est intéressé pas alors que faire ?
@inconnu Vous avez en partie raison, l'impunité des dealers de St-Denis est incroyable, ils savent parfaitement qu'in ne risque pas grand chose ds cette ville, car nous avons des maires adjoint qui les défendent avec des pseudos associations braouzequienne anti-police, qui passe leur temps à pleurnicher car les dealers sont contrôlés, il nous explique qu'il y a un délit de faciès, alors qu'à St-Denis les Français blancs de souche sont largement en minorité, si on retire les profs, les politiciens et la police, ils n'existent quasiment plus sur cette ville.
Je ne connais pas cette cité mais ça a l'air d'être l'enfer sur terre. Et le commissariat est à 100 metres

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur