Portrait

Christine Gloaguen / Éternelle rêveuse

Entreprise : L’ex-styliste de Primrose Bordier a fondé l’agence A Point Un pour reprendre les activités de la marque. Le prix du challenge de la création vient de lui être décerné par Plaine Commune Promotion.
CHRISTINE GLOAGUEN<br />
CHRISTINE GLOAGUEN


Toute jeune déjà, Christine Gloaguen bâtissait des royaumes de songes pour combler l’ennui?: « Je passais mon temps à rêvasser, à me raconter des histoires. J’imaginais des univers en faisant des montages et des collages. » C’est aussi pour chasser cette impression de vide qu’elle se met à crayonner sur les bancs de l’école. Une passion pour le dessin qui finira par devenir son métier. Après des études à L’École supérieure des arts appliqués Duperré, elle intègre en 1998 le bureau de style de Primrose Bordier. Fondatrice de la marque éponyme dans les années 1960, cette styliste française a « révolutionné le linge de lit et l’univers de la maison en injectant de la couleur dans les draps », analyse Christine Gloaguen. 

Inspirée par « les cultures du monde, les voyages et l’histoire de l’art », Primrose Bordier a en effet fait le bonheur de marques prestigieuses?: Descamps, Le Jacquard Français ou Françoise Saget dans la catégorie le linge de maison, les parfums Esteban, les faïenceries Salins… Jusqu’à ce jour de juillet 2014 où les dirigeants de l’entreprise ont mis la clef sous la porte en raison d’une baisse du chiffre d’affaires. 

Mais c’était sans compter sur les clients de la marque qui sollicitèrent aussitôt Christine Gloaguen pour reprendre l’activité. Après une quinzaine d’années dans la maison Primrose Bordier, notre styliste était en effet devenue l’héritière d’un savoir-faire unique. Restait à savoir si elle serait capable de relever le défi de l’entrepreneuriat?: « Le challenge a consisté à trouver des financements, recruter des stylistes opérationnels et monter une agence qui tienne la route dans des délais très courts. » L’entrepreneuse ne savait pas non plus si elle pourrait « se dissocier en trois?: créatrice, directrice artistique et gérante ». 

Un an et demi plus tard, la lauréate des Trophées Espoirs de l’Économie? 2016 de Seine-Saint-Denis et, il y a quelques jours, d'un prix au challenge de la création de Plaine Commune Promotion, a relevé le défi avec brio en installant l’agence de style A Point Un à Saint-Denis. « Une ville ouverte et pleine d’énergie, avec une histoire riche et tournée vers le futur, un vrai carrefour de cultures », estime Christine, dionysienne depuis 2002.La mission a d’abord consisté à transmettre à ses deux stylistes « le savoir-faire et les méthodes de travail de Primrose Bordier », avec l’espoir de « pérenniser l’histoire d’une marque au passé prestigieux ». Avant de lancer la toute nouvelle collection en septembre dernier, bonheur personnel à la clef?: « Je ne suis plus styliste à 100 %. J’orchestre les collections avec les deux stylistes et continue à faire des créations en parallèle. Cela permet de briser la monotonie. Je suis dans une ivresse permanente depuis que j’ai pris les rênes de l’agence?! » Le chiffre d’affaires est à la hauteur de l’accomplissement personnel?: 415?000 euros. 

Prochain objectif de cette quadragénaire?: « Créer notre propre marque pour élargir notre champ d’expression, travailler de manière plus spontanée, avec moins de contraintes. » Une liberté accrue qui lui permettra peut-être de réaliser ses rêves d’enfance. Car « c’est la part de rêve qui prime quand on monte son entreprise, c’est ce qui vous fait avancer pour venir se lever le matin ». 

Clément Loriol

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur