À la une Cultures

Basilique
/ Chantier de la flèche : prologue

Les artisans – tailleur de pierre et forgeron – ont commencé cet été à recevoir les visiteurs dans des loges installées jardin Pierre-de-Montreuil. Une préfiguration du chantier de remontage de la flèche de la cathédrale qui débutera au printemps 2022.
Jeudi 5 septembre, Mathieu Bonnemaison, forgeron, montrait son savoir-faire aux visiteurs. © Yann Mambert
Jeudi 5 septembre, Mathieu Bonnemaison, forgeron, montrait son savoir-faire aux visiteurs. © Yann Mambert

Quelques éclats de calcaire jonchent le sol de la rotonde des Valois. Les chutes de pierre s’amoncellent au fur et à mesure que la journée avance et que les visiteurs défilent entre les loges installées dans le jardin Pierre-de-Montreuil. Elles sont les premières structures du futur chantier du remontage de la flèche de la basilique. Pour accompagner ce projet pharaonique dont le lancement est prévu au printemps 2022, l’idée a été de lancer un village des métiers ouvert aux visites qui permettra au chantier de s’autoalimenter financièrement, à l’instar de celui du château de Guédelon.

LIRE AUSSI : Fléche de la Basilique : une vidéo 3D pour présenter le chantier
 

Mais s’il s’en inspire sur le plan économique, le chantier ouvert de la flèche se distingue sur plusieurs aspects, comme le fait remarquer Frédéric Thibault, le tailleur de pierre. « Nous aurons des contraintes d’espaces car nous sommes en pleine ville et pas en pleine forêt bourguignonne. Aussi, contrairement à Guédelon, nous allons mettre en avant des techniques contemporaines, il n’y aura pas ce côté immersion médiévale non plus comme c’est le cas là-bas », énumère le sculpteur. Mathieu Bonnemaison, le forgeron, abonde dans son sens. « La démarche est différente même si les techniques montrées sont proches », explique-t-il. Il a commencé à forger à l’âge de 12 ans chez ses grands-parents, s’est formé à la ferronnerie et a passé quatre ans sur le site de Guédelon. « Nous allons nous baser sur les pierres d’origine pour développer nos outils et les faire évoluer. Nous serons très liés les uns aux autres. »

« C’est une préfiguration de ce que le chantier va devenir. À terme, il y aura un charpentier et des loges plus grandes, un accueil public, le belvédère, la rampe pour les vitraux », annonce Fanny Roy de l’association Suivez la flèche. C’est elle qui accueille les visiteurs en amont pour resituer le contexte de ce chantier « Même si nous avons des délais à respecter, nous trouvions pertinent de commencer à s’installer et de sensibiliser le grand public au projet. » Bientôt, une convention va être signée entre la Ville, l’association et l’État pour valider le lancement des fouilles avant la phase de consolidation du massif occidental, celui qui va supporter la nouvelle flèche. Ensuite, il faudra réaliser des injections dans les murs et renforcer les fondations.
 

Douze tailleurs de pierre au total

Un processus global d’un an et demi prévoit-on au sein de l’association Suivez la flèche. Ce qui n’est pas pour déplaire à Frédéric. « Il y a de moins en moins de lieux où l’on peut se faire plaisir comme ça. Ce que j’apprécie dans ce chantier, c’est de pouvoir s’étaler dans le temps. Pour un “caillou” comme celui-ci, c’est trois à quatre jours de travail à raison de huit heures quotidiennes, estime l’artisan exhibant ses paumes calleuses. Je n’avais pas taillé de pierres à la main depuis vingt ans. Même si le métier s’est modernisé avec la découpe numérique par exemple, c’est par cela qu’il faut commencer. »

Douze tailleurs au total pourraient permettre au chantier d’avancer dans les délais. Et pour cela, l’association Suivez la flèche compte sur le territoire local pour fournir des bras. Car l’une des ambitions affichées de ce chantier-école est de transmettre un savoir-faire à des apprentis. Des jeunes pourront se former à ces métiers, qu’ils soient issus « d’un compagnonnage ou non », précise Frédéric Thibault, disciple « jusqu’à la mort » de l’Union Compagnonnage des Devoirs Unis, la plus ancienne de France. Les artisans ont commencé cet été à recevoir les visiteurs et les accueilleront encore du 11 au 14 septembre (visite gratuite sur inscription obligatoire) mais aussi lors des Journées européennes du Patrimoine, en octobre pour la Fête de Saint-Denis et du 18 au 20 octobre avec les Journées nationales de l’architecture.

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur