En ville

Pleyel
/ Chantier ajourné pour l’échangeur

Les parents d’élèves et habitants de Pleyel, mobilisés contre le projet d’échangeur autoroutier de l’A86, ont obtenu gain de cause auprès de la Cour administrative d’appel de Paris. Par son ordonnance en date du 5 mai, le juge des référés a suspendu l’arrêté qui avait été pris voilà six mois par le préfet de région pour déclarer d’intérêt général les travaux d’aménagement des systèmes d’échangeurs de Pleyel et de la Porte de Paris. Conséquence, le chantier à Pleyel ne pourra être pas lancé comme prévu. Du moins pour l’heure.

LIRE AUSSI : Les échangeurs autoroutiers drainent des inquiétudes

Pour étayer sa décision, le juge a mis en avant les irrégularités de la procédure de concertation. Il relève dans l’information donnée au public le peu de cas qui est fait des nuisances du chantier à la fois sur le groupe scolaire Anatole-France, qui est le plus exposé, et sur le quartier, déjà impacté par d’importants projets d’aménagement, qui ne sont pas pris compte. Aucune « cohérence d’ensemble » n’est donc envisagée pour limiter les nuisances. Le juge s’appuie aussi sur la mauvaise "appréciation des conséquences sanitaires négatives du projet » d’échangeur, en particulier sur la qualité de l’air, et qui constitue pour lui une « erreur manifeste ».

L’aggravation de la pollution atmosphérique, c’était là la principale inquiétude à l’origine de cette requête déposée en janvier au nom de la FCPE 93, de l’association Pleyel à Venir et de 13 habitants du quartier, avec l’appui du cabinet Géo Avocats, dont maître Coline Robert. « Nous ne savons pas à ce stade, mentionne-t-elle, si l’Etat - maitre d’ouvrage - entend se pourvoir devant le Conseil d’Etat en vue de contester cette décision de suspension.»

Pour les élu-es municipaux du groupe REVE-Insoumis, parmi lesquels Bally Bagayoko, Vincent Huet et Etienne Penissat s'étaient joints aux requérants, "c'est d'abord la victoire de la mobilisation et de l'expertise citoyennes des habitant-es et notamment des parents d’élèves du quartier, qui depuis des mois dénoncent avec détermination et documentent avec rigueur la dangerosité de ce projet d’échangeur dont l’une des caractéristiques serait d’encercler le groupe scolaire Anatole France dans un triangle de haute pollution". Le groupe REVE-Insoumis en profite, dans son communiqué, pour dénoncer tout à la fois le "mépris de l'Etat et de ses officines" et "l'accompagnement docile de trop nombreux élu-es du territoire".

Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur