Sports

Bien-être
/ A chacun son yoga

La discipline compte de plus en plus de pratiquants en France. L’engouement se vérifie à Saint-Denis où l’association Moon Yoga se voit parfois obligée de refuser du monde. Les différentes formes de yoga proposées conviennent en effet à un public plus varié que l’on pourrait croire.
Le yoga postnatal est une des curiosités proposées par Moon Yoga. © Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis
Le yoga postnatal est une des curiosités proposées par Moon Yoga. © Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis

Difficile de s’imaginer que derrière les façades rue Catulienne (1) se cache un petit coin de paradis. Passés des cours d’immeubles, puis un petit parking, se trouve un lieu reculé idéal pour la pratique du yoga. Une maison en bois à l’abri des regards indiscrets, protégée par un jardin et de grands arbres. Seul le chant des oiseaux vient en perturber la quiétude. C’est là que l’association Moon Yoga s’est installée après avoir écumé la bourse du travail, le bar Le Pavillon ou encore la coopérative Pointcarré. « On a démarré en 2013, raconte la fondatrice Émilie Rognant. Je venais d’emménager à Saint-Denis, j’avais déjà donné quelques cours de yoga auparavant. J’ai créé l’association et j’ai commencé à donner des cours dans une résidence pour personnes âgées dans le quartier Floréal avec les Petits frères des pauvres, ensuite à la Maison de quartier juste en face.» Ce nouvel espace répond à la notoriété fulgurante de Moon Yoga grâce au bouche-à-oreille ainsi que les moteurs de recherche. « Beaucoup viennent pour lutter contre le stress, s’assouplir, ou soulager les maux du dos parce que leur médecin leur conseille de venir », explique la présidente de l’association.

Une forme de yoga pour chaque public 

Ils sont jusqu’à 150 adeptes chaque semaine lors des différents cours. Certains sont mêmes complets, y compris celui de 7h30 avant de partir au travail. Émilie Rognant et les autres professeurs enseignent différentes formes de yoga qui ne séduisent pas que les femmes. Elle insiste : « Le yoga peut aider tout le monde. Il faut pratiquer celui qui est adapté à ses besoins. On n’a pas envie de faire le même yoga à 25 ans qu’à 60 ans. » Les pratiquants peuvent s’essayer au Viniyoga, une forme de yoga thérapeutique venu d’Inde. Mais aussi au Vinyasa, et l’Ashtanga où l’on enchaîne les postures les unes après les autres, ce qui exige une bonne condition physique. Un type de yoga qui convient davantage à un public jeune désireux de se dépenser.

« On se sert de coussins, de couvertures »

L’association a aussi la particularité de donner des cours de Restorative yoga, exercé seulement dans une poignée de salles à Paris. « C’est encore plus doux que le Viniyoga. On se sert de coussins, de couvertures, pour se mettre dans des positions d’ouverture : la cage thoracique ou le dos vont se relâcher. On est dans le silence à ne rien faire, à attendre que le corps se détende petit à petit. On arrive à obtenir des effets physiologiques qui sont intéressants. On récupère.» Il existe également un cours pour les femmes enceintes de plus de trois mois. Le yoga pré-natal soulage tous les désagréments liés à la grossesse, maux de dos, sciatiques, etc. Et prépare à l’accouchement en apprenant aux femmes à respirer, bouger leur bassin. «C’est surtout pour les pères en fait. Du coup ils savent comment aider leurs femmes, ils tirent sur les bras, ils massent le sacrum, ils se sentent moins impuissants ce jour-là », confie Émilie.

À l’arrivée du bébé, les mamans peuvent prolonger l’expérience yoggi avec le yoga post-natal (notre photo). Dans ces ateliers, elles apprennent à se détendre avec le nouveau-né. Cette pratique aide à éliminer les marques de la grossesse, assouplit et tonifie progressivement. Les enfants à partir de 5 ans ne sont pas en reste, y compris ceux autistes de l’IME Adam-Shelton. Côté pratique, différentes modalités d’inscription permettent de s’y essayer facilement : il est possible de réserver à la séance, de prendre un carnet d’entrée pour 10 cours ou encore un abonnement. Sans oublier le cours d’essai à 5 euros. De quoi permettre à Moon Yoga de continuer à faire des émules.

Adrien Verrecchia

(1) 8/10 rue Catulienne (2e fond de cour). Moon Yoga donne également des cours à la Plaine, au gymnase Irène-Popard (57, avenue George-Sand). Infos, horaires et inscriptions sur www.moonyoga.fr Il existe d’autres associations dionysiennes proposant la pratique du yoga. Infos sur www.officesports93.fr

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur