À la une En ville

Urgence sanitaire
/ Bientôt le retour des bains-douches ?

La Ligue des droits de l’homme a publiquement interpellé, en novembre, les élus et les décideurs locaux sur l’urgence de construire des bains-douches pour le territoire, pour les migrants et les populations précaires qui n’ont pas la possibilité de se laver.
Bains-douches de la Plaine, 1995. © G. Monico
Bains-douches de la Plaine, 1995. © G. Monico

Et si les bains-douches (re)devenaient une réalité à Saint-Denis ? C’est le vœu de la Ligue des droits de l’homme (LDH) qui a publiquement interpellé, en novembre, les élus et les décideurs locaux sur l’urgence de construire un tel équipement pour le territoire. L’association le juge d’utilité publique au vu de la situation alarmante des migrants ces dernières années, dont le campement à Porte de Paris, évacué le mois dernier, a réuni plus de 3000 personnes, mais aussi de toutes les populations précaires qui n’ont pas les moyens de se laver.

« Nous voulons que ces exilés, ainsi que toutes les personnes à la rue, en bidonvilles, et en situation de mal-logement, qui sont aussi nos voisins, puissent exercer leurs droits […] et vivre dignement ici. Cet établissement de bains-douches répondra à un besoin permanent et il n’existe pas aujourd’hui à Saint-Denis », est-il écrit dans cet appel soutenu par plusieurs associations, dont le Droit au logement, le Mrap et Utopia 56.

S'inspirer de Paris

« Il y a un besoin criant à Saint-Denis. C’est un équipement indispensable pour le territoire », insiste Samuel Bargas, membre dionysien de la section locale de la LDH, à l’initiative de l’appel. Cet établissement public et gratuit ne se limiterait pas qu’à des cabines de douche. Il donnerait aussi accès à des toilettes, des lave-linges, un service de conciergerie, des salles de repos, tout en permettant un suivi social, médical et psychologique de ses usagers, énumère le militant des droits humains. Cette structure pourrait être financée dans le cadre de « l’héritage citoyen et durable » des Jeux Olympiques, précise-t-il. « Saint-Denis pourrait s’inspirer de la Ville de Paris, qui compte encore aujourd’hui 17 bains-douches, directement gérés en régie publique. »

LIRE AUSSI : Mémoire vivante, l'histoire se passe à la Plaine

Construits entre la fin du XIXe et la première moitié du XXe siècle, ces établissements ont accompagné l’essor des premiers logements sociaux, alors que l’accès de l’eau à domicile était encore rare, selon une étude sur les bains-douches parisiens publiée en 2019 par l’Institut national d’études démographiques (Ined). Ces établissements ont perduré dans la capitale, contrairement aux autres villes françaises qui les ont pour la plupart fermés, au fur et à mesure que les salles de bains ont fait leur entrée dans les logements.

À Saint-Denis, il a existé au moins trois bains-douches, dont l’un au niveau de l’église Neuve à la Gare et l’autre à proximité de l’hôpital Casanova, selon plusieurs témoignages. Le dernier établissement se situait à la Plaine, rue Saint-Just, à l’emplacement de l’actuelle Maison de quartier. Sur le fronton du bâtiment, il est encore inscrit « bains-douches ». C’est la dernière trace de ce patrimoine historique. Cet équipement public a été sans doute construit dans l’entre-deux-guerres, selon Jean-Jacques Clément, bénévole à l’association Mémoire vivante de la Plaine. « C’était le seul moment de la semaine ou l’on avait l’occasion de se prendre pour un riche, de se détendre dans un endroit bien chaud enveloppé de vapeur, d’ouvrir un robinet avec de l’eau chaude, un luxe comme l’on disait », se souvient Marcel, 82 ans, qui a fréquenté l’établissement jusqu’aux années 1950. Mais l’affluence a ensuite baissé, en même temps que les appartements se modernisaient.

Fermeture il y a une douzaine d’années

Agent à la Maison de quartier depuis plus de trente ans, Kamel Mensous a vu la fermeture de cet équipement public il y a une douzaine d’années. Rénové au début des années 1990, il comptait 20 cabines. « Il y avait encore beaucoup de monde quand ça a fermé », se rappelle Kamel. Mais il explique que des problèmes d’organisation et d’accueil d’une population précaire et des usagers de la Maison de quartier ont poussé la Ville a fermé l’établissement. Aujourd’hui, les plus pauvres peuvent se laver à la Maison de la solidarité dans le nord de Saint-Denis, mais ce dispositif est uniquement réservé aux personnes sans-abri et certains jours de la semaine.

Le Centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogues de Saint-Denis compte aussi quelques cabines. « Ces accompagnements sont indispensables, mais ce n’est pas suffisant. Cela ne concerne pas tout le monde, estime Samuel Bargas. Il faut un lieu public ouvert à tous sans conditions, avec un service pérenne où l’on peut aller quand on veut, sept jours sur sept. Les bains-douches, cela ne concerne pas que les gens à la rue », continue-t-il. En effet, selon l’enquête de l’Ined, les bains-douches de Paris sont fréquentés par les plus pauvres mais une part non-négligeable – 48% des usagers – est logée ou hébergée.

LIRE AUSSI : Les personnes en errance en première ligne face à l'épidémie

Selon des chiffres 2017 de l’Insee, près de 9 % des résidences principales à Saint-Denis – soit environ 3900 logements – n’ont pas de salle de bains équipée d’une baignoire ou d’une douche (comme à Paris 18e, où il y existe deux bains-douches). Cela montre que l’établissement pourrait toucher une population plus large, est-il convaincu. Pour Marcel, qui a vécu la misère de l’après-guerre, les époques n’ont rien de comparable, mais il trouverait normal que des bains-douches soient de nouveau accessibles, notamment pour les migrants, dont il a vu les campements se succéder à la Plaine. « Pouvoir se laver, aller aux toilettes, avoir un minimum d’hygiène, c’est primordial. » 

Aziz Oguz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur