À la une En ville

Municipales 2020
/ Bally Bagayoko et les Insoumis préparent une liste citoyenne

Bally Bagayoko, chef de file des Insoumis dionysiens
Bally Bagayoko, chef de file des Insoumis dionysiens

Le dernier clou dans le cercueil du rassemblement de l’actuelle majorité en vue des élections municipales 2020. C’est ce à quoi s’apparente la déclaration postée sur Facebook par La France insoumise de Saint-Denis mercredi 5 juin suite à l’Assemblée générale des Insoumis dionysiens. Dans ce texte, la deuxième force de la majorité municipale pose notamment un regard très critique sur l’action de cette dernière, constatant « que trop de choses ne vont pas, que les demandes des habitants sont largement ignorées au profit d’une gestion ancienne par le haut qui ne part que trop rarement des préoccupations et des problèmes vécus […] Cette absence d’écoute des habitants débouche sur des réponses technocratiques hors sol, inadaptées et inefficaces ». Un constat dont les Insoumis tirent désormais les conséquences : « Nous entendons concrètement œuvrer à ce que se construise une liste citoyenne, soutenue par La France insoumise et par les forces et mouvements citoyens, associatifs, sociaux, culturels, sportifs, environnementaux et politiques qui s’y engageront pour mettre en œuvre une politique municipale radicalement nouvelle pour les habitants. » Et les Insoumis de proposer que Bally Bagayoko, leur chef de file, initie cette dynamique. Ce dernier refuse cependant de parler de tête de liste à ce stade. « Je suis mandaté pour conglomérer un maximum de gens mais l’idée n’est pas de construire à partir de la tête. C’est une entrée en campagne tournée vers les gens. Cela peut paraître imprécis mais on ne veut pas se précipiter. Nous ne voulons pas être dans le mimétisme. On veut faire différemment. » Il fait cependant peu de doute que Bally Bagayoko prendrait la tête de cette liste citoyenne soutenue par les Insoumis. 

Pour le maire les Insoumis sont aussi comptables du bilan

Il va sans dire également que les velléités émancipatrices de son adjoint aux sports ont été accueillies fraîchement par le maire Laurent Russier, candidat pour un nouveau mandat depuis février. Dans un communiqué publié jeudi 6 juin, il déplore « que la déclaration de la France insoumise alimente un peu plus la division au lieu de travailler au nécessaire rassemblement des forces politiques et citoyennes ». Le maire n’avale pas non plus « les critiques formulées contre le bilan municipal », qu’il juge « d’autant plus étonnantes que les élus aujourd’hui affiliés à la France insoumise se sont vus confier des délégations importantes et soutiennent par leurs votes en conseil, 99% des délibérations et actions municipales ». À ce titre, Laurent Russier considère donc les Insoumis comme « pleinement comptables du bilan de la municipalité ». Et de pointer plus particulièrement Bally Bagayoko qui est « adjoint au maire depuis 2001 […] et est ainsi pleinement associé depuis longtemps à toutes les décisions stratégiques et a contribué à faire de cette ville ce qu’elle est aujourd’hui ». 

L'opposition compte les points

Du côté de Notre Saint-Denis, on s’étonne également « de cette violente charge contre le bilan et l’action municipale […] alors que les élus de la France insoumise cogèrent la ville avec les communistes depuis le début du mandat ». Le mouvement créé par Mathieu Hanotin (PS), candidat déclaré à l’hôtel de ville, dans son communiqué en date du 6 juin choisit d’enfoncer le coin entre les alliés de la majorité. « Les élus de LFI, à la différence de leurs amis du PCF, sont visiblement lucides sur le bilan désastreux du mandat […] La conséquence logique aurait toutefois été de quitter l’exécutif et la majorité municipale dès cette prise de conscience ou à la suite de cette déclaration. » 

À l’instar de l’opposition donc, certains se frottent les mains à l’idée de voir l’actuelle majorité se présenter désunie devant les électeurs en mars 2020. Un spectre qui là encore ne suscite pas la même appréhension chez Bally Bagayoko et Laurent Russier. « C’est justement si on ne construit pas une véritable alternative que cette ville basculera, assure le premier. Et je ne veux pas être complice du suicide politique du PCF. » « Éparpillée, la gauche est moins forte et moins en capacité de porter un projet à la hauteur des enjeux », répond le second, qui « ne veut pas se résoudre à la divisionCar sinon on va au-devant d’une catastrophe ».

Yann Lalande

Pour rappel, aux élections européennes du 26 mai, la France insoumise a rassemblé 15,6% des voix (en 2eposition derrière La République en marche avec 15,9%), le Parti communiste français 9,7% et la liste Parti socialiste place publique 7,02%.

Réactions

Quelles sont les reproches concrets adressés à Laurent Russier mis à part l'assertion assez vague "ils sont hors sol" ?
Résultat des combinazione de Braouezec: ça sent enfin la fin et je me régale d'avance des échanges de coups surtout s'ils conduisent au départ de Braouezec. Mais ne rêvons pas trop, il pourrait une fois encore reprendre sa carte de LRM.
Et voila c'était annoncé. Monsieur Bagayoko, maire adjoint dans l'actuelle majorité depuis 18 ans , ( selon des proches peu investi dans ses différents mandats) a franchi le rubicond en confirmant la trahison de ses anciens amis. Cela devrait suffire à le disqualifier définitivement . Mais pour essayer de cerner ce qui guide cet homme ,il faut observer le parcours de Mr Bagayoko pour comprendre que l'intérêt des dionysiens n'est pas sa préoccupation . Il faut rappeler ,tout de même, avec le soutien du PCF, que pendant toute une période, il a pu cumuler un emploi de cadre à plein temps à la RATP, de maire adjoint au sport ,à la jeunesse, rémunéré pour un temps plein il semble ? et pendant une période en cumulant les indemnités de vice président du conseil général. Il semble que son investissement personnel au Conseil général n'a pas laissé un souvenir impérissable ? Il s'en ai publiquement excusé ,il est vrai après la révélation de ces cumuls. Dans cette longue période à Saint-Denis il a voté comme un seul homme toutes les textes de la majorité municipale, même après la scission le groupuscule nouvellement constitué n'a jamais fait défaillance à la majorité ou alors sur des sujets mineurs sans jamais renverser la table. Il suffit de ces politicards qui n'ont d'ambitions que pour eux mêmes et qui sont prêts à tout pour obtenir la satisfaction de leurs seuls objectifs personnels et sans doute la perception des indemnités qui vont avec. Lui ,et ses collègues maires adjoints qui se sont associés à cette démarche, auraient du en toute logique quitter l'exécutif dont ils semblent aujourd'hui contester l'orientation politique. La perte des indemnités d'élus aurait-t-elle pu surpasser l'ampleur du différent politique? Il n'y a, pour les dionysiens, rien à attendre de ces hommes comme Mr Bagayoko
Il s'agit de l'avant dernière étape avec sa candidature officielle, la première étant la création du groupe REVE/INSOUMIS qui date déjà de 3/4 ans. Contrairement à ce qu'écrit @FrançoisHaden, je suis étonné par la lucidité du constat établi par B.B.notamment quand il dit : " que trop de choses ne vont pas, que les demandes des habitants sont largement ignorées au profit d’une gestion ancienne par le haut qui ne part que trop rarement des préoccupations et des problèmes vécus". Bein oui ... c'est exactement çà ; il suffit de visionner les CM pour en être convaincus ! ...mais B.B."oublie" bien évidement qu'il a co-géré la ville pendant 18 ans ! Ceci étant précisé, je ne vois pas comment son groupe et lui peuvent continuer à siéger au sein de la majorité municipale. La décence et la morale voudraient qu'il tire les conséquences de ses déclarations ...
Bonjour. Ca y est. Les couteaux sont de sorties. Ce qui est dramatique, c'est de dire que beaucoup de chose ne vont pas. Soit, mais comme vérités la dit. Les texte et délibérations ont été voté depuis 18 ans. Il est donc aussi comptable du bilan municipal. De mon point de vue de citoyen. Cette candidature ne satisfera que les égos. Bally n'a pas supporté d'être mis à l'écart lors du départ de Didier Paillard. Comme s'il n'était pas des leurs. Mais le souci n'est pas sa candidature. C'est le passage depuis 30 ans, élection après élection, de maire qui ne force pas sa réélection. Sans remise en question du logiciel. Et Bally Bagayoko a fait campagne pour ces élections. Donc, il fait parti du problème dionysien. 18 ans dans la majorité. Il est peut être trop longtemps élu. Comme Didier Paillard et Patrick Braouezec. Il faut du renouvellement. Voir d'autres têtes, d'autres idées, une autre vision de Saint Denis autre chose que populaire. Mais est ce que les élus seront capables de lâcher le pouvoir. C'est très dur de le lâcher.
@azzedine, je vous rejoins sur vos analyses. Mais quelle est l'opposition viable pour notre ville : Hanotin? Guermat? La majorité des dyonisiens souhaitent la fin du logiciel en place: insécurité, saleté, fuite des classes moyennes, augmentation des logements sans infrastructures, concentration de pauvreté par une part trop grande de logements sociaux, blocage des prix de l'immobilier... Que faire?
Bonjour Raphael. Ce n'est pas forcément sur des noms ou des partis que cela doit se faire. Les difficultés de la ville sont telles qu'il faut sortir de l'idéologie (ne pas être enfermé dans un dogme de parti). La première des choses que le futur maire doit faire, c'est de faire un moratoire sur les permis de construire (pendant 3 ou 4 ans) pour ne plus saturé la ville (en habitants et en usagers). Pour l'instant je n'ai vu aucun programme le proposer. Il faut se laisser le temps de résoudre les problèmes de la ville, dans la mesure du possible, avant d'envisager quoi ce quoi. Dans la rénovation des écoles, des gymnases, des routes pour que les habitants soient fiers de l'endroit ou ils habitent, qu'ils se l’approprient. J'ai qu'un conseil à donner aux protagonistes (en dehors de Russier et Bagayoko, eux s'écoutent parler) c'est de penser avenir des habitants et pas avenir personnel. Il en va de l'avenir de la ville et de ses habitants. Et surtout arrêter de niveler par le bas (depuis 30 ans c'est ce qui s'est passé à Saint Denis).
@azzedine. Merci pour votre réponse. Il est vrai que la construction frénétique doit être arrêtée immédiatement .
La candidature de Bally Bagayoko, c'est "faites ce que je dit, pas ce que je fais". Il appelle à constituer une liste citoyenne de rassemblement, mais il part tout seul avec ses camarades de la France Insoumise (seul parti officiellement déclaré aujourd'hui). Il critique le bilan de la majorité municipale, à laquelle il appartient depuis 18 ans. Et il ose parler de démocratie participative, lui qui est le maire-adjoint d'un quartier où il ne se passe rien. Par contre, la plus petite éthique politique devrait le conduire à quitter la majorité municipale. Il ne le fait pas. Certainement pour finir les engagement pris en 2014. Ou pour garder son indemnité à 3 000 €... Si ce n'était pas aussi triste pour notre vie politique locale, ce serait vraiment très drôle.
"Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre" Albert Einstein
Bonjour. @claire Reynal. Sans défendre ce nouveau candidat, ce que je constate c'est d'abord la précipitation de Laurent Russier. Lui est parti seul sans consulter les autres membres de sa majorité en pensant que le rassemblement devait se faire automatiquement derrière lui. Je reprends les mots de Bally Bagayoko, le PCF est dans une logique de propriété de la ville. Quand à la démocratie participative, elle n'existe pas à Saint Denis. Ce n'est qu'une vaste fumisterie quand vous avez toujours les mêmes militants aux réunions qui décide de tous. Après je suis d'accord avec vous. Bally Bagayoko porte le bilan municipal depuis les nombreuses années ou il a voté la majorité des délibérations. Bon elles n'étaient pas intéressantes, c'est une conjugaison du verbe féliciter et c'est souvent à la première personne. Soit, il doit démissionner avec effet immédiat de la majorité municipale ou Laurent Russier doit le faire. Si ce dernier ne le fait pas, Philippe Caro et Fodil Hamoudi doivent retrouver leurs délégation.
D'après mon dictionnaire : "Conglomérer : Réunir de sorte à former une masse. Synonymes agglutiner, agglomérer." Ça fait rêver pour St-Denis.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur