À la une Sports

Gala au palais des sports
/ Autiste et sportif, c'est possible

Le premier gala pour l’inclusion sportive des personnes autistes se tenait dimanche au palais des sports Delaune. Un événement inédit y compris à l’échelle nationale où chacun a pu faire du sport à sa guise. Ce qui est encore trop rare pour les enfants autistes désireux de s’inscrire au sein d’une association sportive.
Les pratiquants se sont mélangés, sans distinction et sans intervenant spécialisé, pour promouvoir le sport inclusif.
Les pratiquants se sont mélangés, sans distinction et sans intervenant spécialisé, pour promouvoir le sport inclusif.

L’autisme n’est pas un obstacle à la pratique du sport. C’est le message qu’a voulu faire passer Lynda Fekiri, l’instigatrice du premier gala pour l’inclusion sportive des personnes autistes. Maman d’une enfant atteinte, l’idée est née de son expérience personnelle. « Tous les ans, quand je vais au Forum des associations sportives, on me dit “on ne peut pas prendre votre enfant, on n’a pas d’intervenant”, regrette-t-elle. Mais quand j’y vais tous les ans, ce n’est pas pour ma fille. Je vais sonder pour les autres. Parce que, moi, ma fille est très bien prise en charge car j’ai beaucoup d’amis sportifs. » Avec l’aide de Sam Berrandou, directeur de l’Office des sports, Lynda met donc sur pied cette journée pour « montrer aux autres associations que c’est possible, afin qu’il y ait un maximum d’enfants autistes qui soient accueillis l’année prochaine par les associations sportives ».

La France en retard sur l'inclusion

Et pour cela, en plus de démonstrations, de nombreux stands et ateliers permettaient à tous de s’essayer à la boxe thaïlandaise, au grappling, judo, entre autres, avec des champions tel le Nak Muay dionysien Djimé Coulibaly. En plus du monde sportif local et international, les élus Laurent Russier, Stéphane Peu et Bally Bagayoko ont aussi apporté leur soutien à l’événement, qui, hasard du calendrier, se déroulait trois semaines après l’annonce du plan autisme du gouvernement Macron. Une volonté « saluée » par le maire qui pointe le « retard » de la France en matière d’inclusion des autistes. Même si l’édile s’inquiète « du peu de moyens alloués à la mise en place effective de ce plan ».

Tous les pratiquants ensemble

Dans le tissu associatif sportif, cette journée prouve en tout cas qu’il est davantage question de volonté que de moyens. Tous les pratiquants se sont mélangés, le temps de quelques heures, sans distinction et sans intervenant spécialisé. À Delaune, il s’agissait bien de sport inclusif et non de sport adapté. « Je suis très satisfaite. On a rassemblé énormément de monde, surtout le public autistique. Des gens qui venaient de toute l’Île-deFrance, certains sont même venus de Tours! Tous ceux qui étaient un peu sceptiques voient qu’on peut y arriver », conclut Lynda.

Adrien Verrecchia

All Inclusive, nouvelle association 

Des T-shirts estampillés All Inclusive portés par des organisateurs et disponibles à la vente ont attiré le regard des curieux samedi lors du gala. Il s’agit de la nouvelle association en cours de création de Lynda Fekiri. « Les statuts sont déjà faits et on est en train de voir pour avoir un local, confie-t-elle. Mon association aura surtout pour but d’informer les parents et aussi de sensibiliser dans les écoles et les centres de loisirs. Même s’il y est prévu un intervenant pour un enfant, les animateurs ne sont pas formés. Ce n’est pas une réelle prise en charge. C’est bien parce qu’il y a déjà eu des choses de faites sur Saint-Denis, mais il faut vraiment les cadrer maintenant.» 

AV

Réactions

Très belle après midi de solidarité et de partage avec ces jeunes enfants plein de vie. Nous sommes heureux d'avoir pu leur apporter un moment de bien être et de joie partagée. Il est grand temps que l'inclusion de ces personnes soient une véritable réalité pour ces familles qui ont absolument besoin de notre soutien.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur