En ville

Artérite : le 26, on dépiste gratis

« L’objectif est d’informer, de sensibiliser les gens sur les risques d’accident cardiovasculaire »

« Faites parler de nouvelles chevilles. » Le slogan de la troisième Journée nationale de dépistage de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI), espère faire mouche. « L’objectif est d’informer, de sensibiliser les gens sur les risques d’accident cardiovasculaire », explique Cyril Cardon, médecin vasculaire au Centre cardiologique du nord (CCN).

Mais qu’est-ce que l’AOMI? Plus communément appelée artérite, l’artériopathie entraîne le rétrécissement progressif des artères irriguant les muscles des jambes. Révélatrice d’un risque cardiovasculaire élevé, et de possibles complications au niveau des artères du cœur et/ou du cerveau, elle constitue un véritable signal d’alarme. Elle se manifeste le plus souvent par des douleurs au mollet ou à la cheville au cours de la marche. « Mais pour la grande majorité des gens, il n’y a aucune gêne flagrante », glisse Cyril Cardon. On estime à près de 60 % à 80 % les patients n’ayant aucun symptôme apparent. Chez ces personnes, c’est la présence de facteurs de risque cardiovasculaire qui doit alerter et inciter au dépistage.

Un test qui consiste à mesurer la tension à la cheville et au bras

L’AOMI est souvent liée à l’hygiène de vie et aux facteurs de risque cardiovasculaire classiques : tabac, diabète, hypertension artérielle, dyslipidémie, antécédent personnel ou familial de maladie cardiovasculaire (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral), obésité ou encore sédentarité.

Ce jeudi 26 novembre, de 9 h à 18h, les hommes et femmes de plus de 70 ans, ou de plus de 50 ans s’ils sont fumeurs ou diabétiques, et tous ceux qui le souhaitent sont attendus au CNN Porte de Paris pour un dépistage gratuit et rapide. Un test qui consiste, après un interrogatoire de 3-4 questions, à mesurer simplement la tension à la cheville et au bras pour les comparer et établir un diagnostic. « Bien évidemment, ce n’est absolument pas douloureux et cet examen peut s’avérer décisif car un diagnostic précoce évite les complications plus sévères type infarctus ou AVC», souligne Cyril Cardon.

L’année passée, près de 6 200 personnes s’étaient déplacées

L’année passée, près de 6 200 personnes s’étaient déplacées pour bénéficier du dépistage. Pas moins de 25 % d’entre elles ont présenté un IPS pathologique (Indice de pression systolique), qui témoigne d’un sur-risque d’accident cardiovasculaire ! « Ce sont autant de gens que l’on a pu prendre en charge et diriger vers leur médecin traitant pour une prise en charge adaptée », explique Cyril Cardon. Une proportion qui détonne et prouve l’utilité en termes de santé publique de cette opération « Des pas pour la vie ».

Une affection méconnue et sous-diagnostiquée qui mérite d’être dépistée en France de manière régulière. « Notamment par les médecins traitants qui ne pensent pas suffisamment à effectuer l’examen », regrette le médecin du CCN, et en particulier pour les seniors, les premiers visés par les dépistages. « On a l’âge de nos artères dit l’adage, mais nos artères ont également notre âge », formule Cyril Cardon. En France, près de 800 000 personnes sont touchées par cette maladie alors que l’on estime à 2 millions le nombre d’individus potentiellement atteints d’AOMI.

Étienne Labrunie

Des pas pour la vie jeudi 26 novembre de 9 h à 18 h au Centre de cardiologie du Nord - Porte De Paris, 10, boulevard Anatole-France. Tél. : 01 48 13 78 13.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur