En ville

Après l’annonce de Patrick Braouezec de ne plus se représenter aux élections : des politiques bien silencieux…

Le successeur de Marcelin Berthelot s\'apprête à tourner la page.

C’est une page ouverte en 1991 qui commence à se tourner en 2010. Depuis vingt ans, Patrick Braouezec comme maire de Saint-Denis, puis comme député-maire, et enfin comme député et président de Plaine commune donne le tempo politique à notre petit coin de terre de Seine-Saint-Denis.

Ses adversaires virulents, comme ses partisans, se rejoignent sur une chose le concernant?: il occupe une position de numéro un dans le monde politique territorial et aucun ténor d’aucun bord n’est jamais venu s’y frotter.

Successeur de Marcelin Berthelot, il s’est fait réélire dans un fauteuil au fil des scrutins, passant à chaque fois à travers les vagues roses ou bleues quand, lui, prenait ses distances avec la famille rouge que la direction du PC désincarne à ses yeux.

Son aura médiatique en a fait une voix audible par-delà nos frontières locales sur divers fronts de l’actualité sociétale (place de la banlieue, sans-papiers…).

Une méthode hétérodoxe

Alors, forcément, quand le JSD, le 6 janvier (n°813), puis Le Parisien du 16 janvier ont consacré un article et une interview pointant d’une part ses intentions de quitter le PC et d’autre part sa décision ferme et définitive de ne se représenter à aucune élection, nationale ou locale, la nouvelle n’est pas passée inaperçue.

Disons-le sans détour, sa posture de quasi partant du PC ne provoque guère d’émoi. Entre ceux qui pensaient qu’il avait déjà rompu depuis le temps que le torchon brûle, d’autres qui regrettent qu’il n’ait pas choisi plus tôt cette voie-là et quelques-uns qui disent bon débarras, la fracture avec le PC relève presque du non-événement.

Par contre, ce qui trouble certains et ce qui met l’eau à la bouche à d’autres, concerne sa future retraite d’élu (1) et surtout la manière dont il l’a annoncée.

Devant les membres de son comité d’action, Patrick Braouezec a récemment fait remarquer qu’en 2014, année des municipales, il aura 64 ans.

Pour un partisan de la retraite à 60 ans, lâcher le manche quatre années après l’âge toujours légal n’est donc pas incongru. Ce qui, par contre, est hétérodoxe tient à ce qu’il ne se soit pas exprimé sur la suite. D’ordinaire, un élu sur le départ adoube un dauphin potentiel.

Un « sentiment de vide »

Pourquoi Patrick Braouezec ne l’a-t-il pas fait?? Parce qu’il hésitait entre plusieurs possibilités?? Sans doute, même si cela ne semble plus être le cas. Parce qu’il teste sa proposition pour s’assurer qu’elle fera suffisamment consensus et ne provoquera pas de ravageuses bisbilles en interne?? C’est évident.

Parce qu’il attend la fin des Régionales pour s’adresser plus officiellement à la population de la ville, de la circonscription et de l’agglomération?? C’est l’explication la plus plausible.

Ce qui est certain, c’est que le « sentiment de vide », pour reprendre une expression entendue à plusieurs reprises dans la bouche de ses électeurs, sera vite comblé.

Dès que le député aura exposé sa préférence pour l’avenir, le mutisme des formations politiques de gauche, du centre et de droite, dont aucune n’a commenté officiellement l’information, ne durera bien longtemps.

Les appétits politiques hibernent en ces temps de campagne pour les Régionales, mais il n’est qu’à tendre l’oreille pour constater qu’ils sont d’autant plus solides pour les diverses familles politiques qu’elles sont à la diète depuis des décennies…

Dominique Sanchez

(1) L’annonce de sa « retraite » de député, Patrick Braouezec l’a faite dès le 17 juin 2007, jour où il a été réélu à l’Assemblée nationale avec 65 % des voix. Il déclarait ceci au JSD (n°710)?: « Ce mandat sera mon dernier comme député. On a besoin de renouveau en politique. »

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur